09/01/2012 02:35:36
Propagande, mensonges et désinformation: absence de déontologie de la presse française.
Aux ordres et servile, propagandiste et mensongère: ce sont les termes qui siéent pour qualifier la tenue des médias français lorsqu’il s’agit pour ces derniers de relater l’actualité internationale et notamment celle de l’Afrique.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Aux ordres et servile, propagandiste et mensongère: ce sont les termes qui siéent pour qualifier la tenue des médias français lorsqu’il s’agit pour ces derniers de relater l’actualité internationale et notamment celle de l’Afrique.

On peut comprendre et excuser un relatif parti pris dans l’exposé des faits.

Un journaliste n’écrit et ne réfléchit qu’à partir de ce qu’il est : un produit plus ou moins abouti de la doxa officielle, elle-même fruit de la culture rance et décatie de la Plus Grande France, reliquat d’une vision impérialiste et coloniale.

Nulle surprise, donc, de percevoir  dans le substrat de la description des réalités africaines (elles sont multiples malgré une volonté de la réduire à une essence fantasmée), des insuffisances et une ignorance qui découlent d’une méconnaissance profonde et de surcroit assumée, des sujets abordés et corrélativement de la réalité décrite.

Peut-il en être autrement, alors que vues de France, sociologie et Afrique se confondent avec «Tintin au Congo » ?
Mais doit-on pour autant accepter le mensonge et la désinformation ? 

Peut-on accepter de la presse qu’elle se comporte en petit télégraphiste d’un pouvoir arrogant, orchestrant une politique africaine d’un autre âge, et dont les conséquences meurtrières sont passées sous silence par ceux-là même qui devraient les révéler à l’opinion publique ?

Cet alignement aveugle sur des positions gouvernementales relayées mécaniquement par l’Agence Française de la Propagande (AFP), et par la suite reprise sans recul et analyse par les médias français dans leur quasi-généralité, pose avec acuité la question du fonctionnement réel de la démocratie française.

Une démocratie qui se targue pourtant d’installer la liberté en dehors de ses frontières...

Charité bien ordonnée commençant évidemment par soi-même, il serait utile que la société française fasse son introspection et se demande, avant que de se présenter comme porte-parole de la liberté, ce qu’il en est de la réalité des contre-pouvoirs, en particulier celui de sa presse, garante et garde-fou supposé d’un pouvoir, qui d’après l’aphorisme de Lord Acton, est par essence corrupteur. (1)

Deux informations portées à la connaissance de l’opinion publique française, le 6 janvier 2012, sont de nature à relancer une mise en accusation récurrente,  mais malheureusement mise sous le boisseau, d’une presse ayant abdiqué toute déontologie et qui en définitive, se fait le héraut d’une propagande d’état anti-démocratique et mensongère.

Bavure nigérienne et affaire d’état…

Janvier 2011, les cadavres de deux ressortissants français, Antoine de Léocour et Vincent Delory , sont  retrouvés à la suite d’une opération de sauvetage organisée à la va-comme-je-te-pousse par les autorités françaises. A l’époque nous écrivions, dans un article paru le 16 janvier 2011 :

« Les zones d'ombre entourant la prise d'otages puis la mort de deux ressortissants français  à Niamey au Niger, soulèvent nombre d'interrogations. L'unanimisme suspect de la classe politique française est révélateur d'une certaine perception de l'Afrique où la France a l'habitude de faire ce qu’elle veut, au mépris du respect de principes élémentaires de la souveraineté des États africains.

Que personne ne se soit posé la question de savoir si la version officielle de la mort des deux habitants de la petite ville de Linselles était ne serait-ce que plausible, nous ramène aux contradictions de la diplomatie française. Nos soldats ont-ils vocation à intervenir (avec le succès que l'on sait) sur le sol de pays étrangers? Le mensonge d'état caractérisé dans cette affaire ne peut que choquer.

Rappelons que le ministre de la défense, M. Alain Juppé, avait affirmé que deux preneurs d'otages avaient été remis aux autorités nigériennes avant d'être désavoué par celles-ci.

Ce ratage fait désordre, de là à penser que l'action militaire française ordonnée par Nicolas Sarkozy pourrait obéir à des motivations différentes que celles présentées à l'opinion publique...

La thèse de l'exécution des deux français par les terroristes a été battue brèche par un communiqué, émanant de l'AQMI il y a deux jours, accusant l'aviation française d'avoir causé la mort d'un des otages. Ces éléments plaident pour la dissimulation par le gouvernement des  véritables circonstances de la mort des deux français, et l'escamotage des motifs et du déroulement de l'intervention de l'armée française en territoires nigérien et malien.

Alain Juppé
Alain Juppé

Le fait que l'on étouffe un témoignage de proches des victimes, portant sur la pertinence de l'opération militaire visant à délivrer les deux otages, est préoccupant. Les médias ont donné peu d'échos à une lettre rédigée par des proches des victimes dénonçant le cynisme de la récupération politicienne du drame nigérien et fustigeant également le sacrifice de deux vies pour la raison d'état. ».

Nous soulevions également que : « La classe politique, à l'exception notable de Génération écologie, qui s'est positionnée en rangs serrés derrière le gouvernement, n'est pas exempte de tout reproche ». (2) 

Surprise! Le 6 janvier 2012, soit plus d’une année après les faits les médias français se voient dans l’obligation de rectifier leur position, en reprenant nos conclusions d’alors pour reconnaitre les zones d’ombre et les omissions de la version officielle.(3) 

Et pourtant,  les premiers éléments de l’enquête de la police française et les conclusions de l'autopsie présentées juste après les faits par le parquet de Paris, et datant de janvier 2011, battaient en brèche les mensonges proférés par le délinquant condamné Alain Juppé, repris en chœur sans aucune vérification par les médias.
Aurait-on voulu intoxiquer l’opinion publique et dissimuler la vérité au nom de la (dé)raison d’état qu’on ne s’y serait pas pris autrement…

Biens mal acquis de Laurent Gbagbo : un mensonge bien mal ficelé...

Ce même vendredi 6 Janvier 2012, les médias français, mangeant de nouveau leur chapeau, sont forcés de reconnaître indirectement qu’ils ont relayé sans aucune preuve une fausse information, se faisant ainsi les missi dominici de l’administration Sarkozy auprès de l’opinion publique.

Le président Gbagbo, présenté depuis des années avec force traits grossissants et insultants comme un roi nègre sanguinaire et corrompu (à l’image de tous les potentats africains imposés par une France qui n’est restée gaullienne que dans sa volonté de spolier les populations locales de leurs richesses naturelles), serait indigent, et donc dans l’impossibilité d’avancer les frais afférents à sa défense devant la CPI. (4)

Les propos de Silvana Arbia, greffière de la Cour, repris par le Figaro (Un examen préliminaire «…» laisse penser, a priori, que le demandeur ne dispose pas de ressources suffisantes pour prendre en charge tout ou partie des coûts de sa représentation légale devant la cour), sont accablants pour le journal en particulier, et la presse française en général. L’artifice utilisé par le journaliste du Figaro pour atténuer la portée hautement symbolique de cette décision, démontre l’inconfort de la position dans laquelle se trouve la presse française dans ce dossier. 
Ce dernier s’empresse, en effet, de souligner que: «Malgré cette concession, le parquet de la CPI semble en effet résolu à poursuivre ses investigations sur le patrimoine supposé de Laurent Gbagbo, auquel des rumeurs jamais confirmées ont notamment prêté des avoirs aux États-Unis et en Afrique du Sud.»

Il est intéressant de faire un saut en arrière, le 14 janvier 2011, le Figaro, suivant la tendance générale, publiait alors un article affirmant que «L'Union européenne a décidé vendredi le gel des avoirs en Europe de Laurent Gbagbo, de 84 membres de son camp et de onze entités économiques, en raison de son refus de céder le pouvoir au président ivoirien reconnu par la communauté internationale, Alassane Ouattara». (5)

Pas question de patrimoine supposé ou de rumeurs jamais confirmées, le propos est clair et affirmatif. Le lecteur est donc en droit de penser que le journaliste a vérifié les éléments qui sont avancés sans réserves ou précautions oratoires. Cette présentation de Laurent Gbagbo est celle qui était reprise à l'époque dans tous les médias d’information français, nous en voulons pour preuve ces articles datant du 6 janvier 2011 émanant du site Le Point.fr (6), Europe 1.fr (7) qui reprenaient sans aucune vérification une dépêche de l’Agence Française de la Propagande (AFP) : «Le département du Trésor américain a annoncé jeudi qu'il gelait les avoirs aux Etats-Unis du président ivoirien sortant Laurent Gbagbo ainsi que ceux de sa femme et de trois de ses proches. La décision a été prise en vertu d'un décret permettant de prendre des sanctions financières contre ceux qui "présentent une menace pour la paix et le processus de réconciliation nationale en Côte d'Ivoire ou qui agissent ou déclarent agir en leur nom", écrit le Trésor dans un communiqué».

Cette fois encore pas de conditionnel  ni de doute possible quant à la véracité de l’existence d’avoirs appartenant à Laurent Gbagbo aux Etats-Unis.

Laurent Gbagbo,Côte d'Ivoire
Laurent Gbagbo

Mais à l’époque il s’agit de faire triompher une version officielle : Alassane Dramane Ouattara est le président légitime de la Côte d’Ivoire, légitimité incontestable qu’il excipe non pas des suffrages de ses concitoyens mais du vote des bandits occidentaux coalisés parlant  au nom de laCommunauté Internationale.

La presse avec zèle et empressement relaie la version officielle, il faut absolument achever l’entreprise de diabolisation médiatique dont fait l’objet Laurent Gbagbo, pour faire accepter à une opinion publique volontairement abusée, une intervention coloniale où la France se retrouvera alliée à des bandes armées, responsables de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

Claude Cabannes, éditorialiste à l’Humanité, pourtant seul organe de presse ayant adopté (par dogmatisme ?) une position critique et contestant  la guerre coloniale engagée par Nicolas Sarkozy en Côte d’Ivoire, finira par hurler avec les loups sur le plateau de la chaîne de désinformation massive LCI, taxant Laurent Gbagbo de «Sale type qui s’en était certainement mis pleins les poches».

Le bon sens entraîne deux réflexions :

-Comment gèle-t-on des avoirs qui n’existent pas ?

-Les journalistes chargés de relayer ces informations comprenaient-ils la gravité des accusations dont ils se faisaient l’écho et la manipulation de l’opinion publique qui en découlait ?

Il est évident que les responsables politiques, qui ont décidés de ces gels d’avoirs, et ont communiqué sur le sujet, savaient pertinemment que ce n’était là que pure affabulation.

Ne peuvent faire l’objet de blocage et n’être saisis que des comptes dûment répertoriés et des biens existants. Les blocages de fonds et autres saisies ne sont pas des incantations proférées dans le vide mais la mise en pratique de procédures juridiques reposant sur des faits avérés et surtout vérifiables…

Une presse sans déontologie : démocratie à minima et exécutif sans contre-pouvoir…

Les cas de la bavure nigérienne et de la communication propagandiste et mensongère concernant Laurent Gbagbo ne sont que deux exemples, parmi tant d’autres, des errements d’une presse française ayant perdu le fil et ayant oublié quel est le rôle, ô combien fondamental, qui est le sien dans l’équilibre des pouvoirs et par là-même indispensable au bon fonctionnement de la démocratie.

Il ne suffit pas de se prévaloir de principes de liberté de la presse, de protection des sources et du devoir d’information lorsque le pouvoir se met en tête de mettre au pas un membre de la profession récalcitrant.

Constitutifs de l’activité journalistique, ils doivent guider les pas de ceux qui ont pour métier de diffuser l’information.

Que le gouvernement se livre à une propagande éhontée n’est pas en soi un problème, ce qui est inquiétant c’est la propension qu’ont les organes de presse à reprendre la doxa gouvernementale, notamment en ce qui concerne les questions internationales, sans recul ni mise en perspective. Ce faisant, le journaliste trahit sa déontologie et commet un acte mettant en péril l’édifice fragile qu’est la démocratie, contribuant ainsi à la vider de sa substance, la transformant en signifié sans signifiant.

Le pouvoir s’exerçant, pour ce qui est de la politique internationale, sous la forme du secret, de la manipulation de l’opinion et de la dissimulation des véritables objectifs poursuivis, le danger d’une presse aux ordres et ne respectant pas les règles fondamentales du journalisme est perceptible au sujet des deux affaires mises ici en perspective.

Dans les deux cas les journalistes n’ont pas respectés la Charte d’éthique professionnelle des journalistes qui stipule qu’"un journaliste digne de ce nom - Tient l’esprit critique, la véracité, l’exactitude, l’intégrité, l’équité, l’impartialité, pour les piliers de l’action journalistique ; tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, l’altération des documents, la déformation des faits, le détournement d’images, le mensonge, la manipulation, la censure et l’autocensure, la non vérification des faits, pour les plus graves dérives professionnelles". (8)

La Cour Européenne des droits de l’homme dans l’arrêt Goodwin c/ Royaume Uni de Grande-Bretagne du 27 mars 1996 énonce dans le même ordre d’idées le rôle indispensable de "chien de garde" de la presse.

Une démocratie dans laquelle la presse serait libre mais désinformerait sciemment l’opinion s’apparente à un régime autocratique, où la contrainte plus psychologique que physique, est néanmoins réelle.

La masse, flouée, verrait imposés les raisonnements induits par la propagande d’état, elle-même reprise par des médias dominants, alliés objectifs du pouvoir.

Le cas Gbagbo pose également la question de la responsabilité (pénale et historique) des organes de presse. Ceux-ci sont responsables, pour bonne partie des conséquences de la guerre menée par la France en Côte d’Ivoire :

-En ayant organisé un lobbying officieux de la parole d’état.

-En reprenant sans vergogne les mensonges officiels.

-En orchestrant  une désinformation de tous les instants.

Guy André Kieffer
Guy Andre Kieffer

Quid d’une demande en réparation ? Peut-elle être mise en place, et que recouvrerait-elle? 

L’affaire du gel des avoirs fictifs est une preuve parmi tant d’autres de la malhonnêteté intellectuelle et de l’incompétence de la majorité de la presse français en ce qui concerne le traitement de la crise ivoirienne. La découverte, annoncée le 6 janvier 2012, au moyen d’une couverture médiatique bien plus conséquente, des ossements présumés de Guy-André Kieffer est un contre-feu opportun permettant d’escamoter une preuve évidente de l’inconséquence et du rôle condamnable joué par les médias les plus influents dans le déroulement du drame ivoirien.

Elle permet également de criminaliser sans preuve et à moindre frais un Laurent Gbagbo, qui malgré tous les efforts déployés, ne se confondra jamais avec feu Omar Bongo, son fils Ali ou Denis Sassou-Nguesso par exemple, tous trois grands amis de la France, dictateurs reconnus et voleurs impénitents (leurs biens mal acquis et non-saisis sont pourtant connus et aisément localisables).

Une démocratie sans presse indépendante et respectueuse des principes nobles fondant la profession de journaliste est une démocratie sans âme et un régime autocratique qui s’ignore. Il serait bon que les médias français ainsi que l’opinion publique s’interrogent sur le sens du principe de séparations des pouvoirs et la pertinence  du concept de contre-pouvoirs lorsqu’au sein d’un régime prétendument démocratique la presse est propagandiste, mensongère, en un mot : sans déontologie.


Ahouansou Séyivé

(1)- "Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument".  Lord Emerich Acton
(2)-  http://alternativesetcoherence.blogspot.com/2011/01/de-la-politique-internationale-de-la.html

(3)-  http://fr.news.yahoo.com/la-pol%C3%A9mique-rebondit-sur-la-mort-dotages-fran%C3%A7ais-103344330.html
(4)-  http://www.lefigaro.fr/international/2012/01/06/01003-20120106ARTFIG00412-l-indigence-de-laurent-gbagbo-reconnue-par-la-cpi.php
(5)-  http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/01/14/97001-20110114FILWWW00507-cote-d-ivoire-gel-des-avoirs-de-gbagbo.php
(6)-  http://www.lepoint.fr/monde/cote-d-ivoire-washington-gele-les-avoirs-de-laurent-gbagbo-aux-usa-06-01-2011-127701_24.php
(7)-  http://www.europe1.fr/International/Washington-gele-les-avoirs-de-Laurent-Gbagbo-363059/
(8)-  http://www.snj.fr/spip.php?article1032http://www.snj.fr/spip.php?article1032

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE