11/01/2012 01:56:10
Cameroun. Des partisans de Boko Haram interpellés
Trois imans auditionnés. Des écoles coraniques suspectes fermées. Des arrestations des présumés espions à la pelle
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Trois imans auditionnés. Des écoles coraniques suspectes fermées. Des arrestations des présumés espions à la pelle

Ils sont suspectés depuis quelques jours par la police camerounaise de rouler pour la secte islamique nigériane.
Dimanche 8 janvier, un groupe de sept (7) individus a été interpellé à Banki (Amchide) par les forces camerounaises, a indiqué une source policière en service dans la zone frontalière avec le Nigeria. « Leurs comportements est jugé louche depuis un certain temps. Des renseignements sont remontés à notre niveau(…) l’ordre de les filer a été mise en exécution. C’est ce qui a conduit à leur interpellation»,  a-t-il affirmé.

Les présumés espions sont suspectés d’entretenir des liens « très étroits » avec Boko Haram. Leurs faits et gestes étaient particulièrement suivis à la loupe par les services de renseignements. Dans la foulée, trois (3) imans ont également été auditionnés. Parallèlement, des écoles coraniques ont été sommées de fermer sans autre forme de procès.

A Kousséri hier, la psychose s’est emparée des populations nigerianes, tchadiennes et camerounaises. C’est la conséquence d’une nouvelle vague d’interpellations.  Plus de peur que de mal, la dizaine de présumés snipers a été relâché après des heures d’audition. Depuis, ils sont placés sur surveillance. Quoique tardif, ce sursaut  des forces de défenses camerounaises en dit long sur la menace réelle du syndrome Boko Haram. Il faut noter qu’en dépit de la fermeture de la frontière Nigeria-Cameroun (du côté nigerian),  elle reste poreuse dans certaines zones (Mogodé notamment) où le trafic des personnes et des biens ne faiblit pas.

S.K

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE