15/01/2012 00:02:07
Franc CFA, servitude et liberté
Mamadou Koulibaly et François Ndengwe, brillants économistes africains seront des nôtres dans le cadre de l'émission «Sans détour» du dimanche 15 Janvier 2012. Au menu, le franc cfa, la France de AAA à AA, les conséquences de la crise financière mondiale sur l'économie de l'Afrique.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Mamadou Koulibaly et François Ndengwe, brillants économistes africains seront des nôtres dans le cadre de l'émission «Sans détour» du dimanche 15 Janvier 2012. Au menu, le franc cfa, la France de AAA à AA, les conséquences de la crise financière mondiale sur l'économie de l'Afrique...

Mamadou Koulibaly

Agrégé d'économie de l'université d'Aix-Marseille III (France), il est l'un des plus jeunes agrégés de son pays à l'âge de 27 ans et possède à son actif plusieurs publications en matière économique et monétaire, notamment le concept du franc CFA flottant par rapport au franc français.

Mamadou Koulibaly,Franc CFA
Mamadou Koulibaly

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages entre autres:

Le Libéralisme Nouveau départ Pour l'Afrique Noire, 1992, L'Harmattan (ISBN 978-2-7384-0866-2).

La pauvreté en Afrique de L'Ouest, 2003, Karthala (ISBN 978-2-84586-012-4).

La guerre de la France contre la Côte d'Ivoire, Mamadou Koulibaly, Antoine Ahua, Gary-K Busch, 2003, L'Harmattan (ISBN 978-2-7475-5367-4).

Sur la route de la liberté, 2004, L'Harmattan (ISBN 978-2-7475-7347-4).

Les servitudes du pacte colonial, 2005, CEDA/NEI (ISBN 978-2-86394-516-2)/(ISBN 978-2-84487-251-7).

Leadership et développement africain, 2009, L'Harmattan (ISBN 978-2-296-06201-6)

Eurafrique et librafrique, 2009, L'Harmattan (ISBN 978-2-296-07956-4)
La souveraineté monétaire des pays africains, 2009, L'Harmattan (ISBN 978-2-296-10518-8)

Afrique, oser une nouvelle voie, Mamadou Koulibaly, Gisèle Dutheuil, 2009, L'Harmattan (ISBN 978-2-296-10510-2)

François Ndengwe: « C'est du nazisme monétaire »

Le combat contre l’infantilisation dans laquelle la zone franc maintient l’Afrique, infantilisation qui relève du syndrome « Ne-le-faîtes-pas-vous-même, nous-nous-en-chargeons-pour-vous » .

Au lieu de gérer eux-mêmes leurs réserves, les États CFA les confient au Trésor français.

Au lieu de fixer eux-mêmes leurs objectifs de taux d’inflation, ils se contentent de singer ceux de la France et aujourd’hui de l’eurogroupe.

Au lieu de favoriser et intensifier les échanges entre eux, les États CFA miment les « critères de convergence » définis par la France et l’eurogroupe.

Au lieu de se doter des moyens techniques pour fabriquer eux-mêmes leur monnaie, ils se contentent de tout sous-traiter aux imprimeries de la Banque de France, qui facturent au prix fort.

 

Francois Ndengwe,économie,franc CFA
Françcois Ndengwe

Au lieu d’encourager l’émergence d’une élite africaine d’économistes et financiers compétents et indépendants, capables de défendre les intérêts africains, de promouvoir le point de vue africain et de le faire entendre dans le monde, les Etats CFA, s’en remettent aux « experts » de la Banque de France et du Trésor français ou à ceux des institutions multilatérales comme le FMI ou la Banque Mondiale.

Toute politique sans contradicteurs est corrompue. C’est précisément le cas de la zone franc et du franc CFA en Afrique. Dans cette zone, les questions monétaires sont un sujet tabou, la répression sévère, parfois meurtrière, comme ce fut probablement le cas concernant le décès, certains disent l’assassinat de Tchundjang Pouémi. Les premiers responsables de cette situation sont les dirigeants africains.

Au lendemain des « indépendances », ils ont embarqué leurs populations dans l’impasse du franc CFA, lequel n’est rien d’autre que la prolongation de l’agression coloniale et raciale contre l’Afrique. Cette monnaie a admirablement servi le but pour lequel il fut créé : être l’instrument de « l’appauvrissement automatique de l’Afrique et de l’enrichissement automatique de la France » , pour paraphraser René Sédillot. Il y avait d’autres voies. Par exemple celle choisie par les pays du Maghreb, dès qu’ils se sont libérés du joug colonial français. Ces pays se portent aujourd’hui infiniment mieux que les pays CFA. Toutes les études le montrent, la décision de quitter la zone franc est pour beaucoup dans la meilleure santé économique de ces pays maghrébins(1) .

François Ndengwe est président-fondateur du African Advisory Board et membre-fondateur du Congrès des économistes africains.

«Sans détour » c'est tous les dimanches, 13h(Montréal/New York), 18h(Abidjan/Dakar), 19h(Douala/Kinshasa) sur la radio. Vous pouvez aussi nous écouter en composant simplement +1 832 280 0705.

(1) Extrait de la préface du livre «Le franc CFA et l'Euro contre l'Afrique » du Pr Nicolas Agbohou par François Ndengwe

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE