18/01/2012 01:18:29
Cameroun: L'unité des Upécistes à l'épreuve de la division
Alors que des militants de l’Upc des tendances Kodock et Hogbe Nlend se sont retrouvés dans un hôtel de Yaoundé, les upécistes des fidèles se sont officiellement inscrits aux abonnés absents. 
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Alors que des militants de l’Upc des tendances Kodock et Hogbe Nlend se sont retrouvés dans un hôtel de Yaoundé, les upécistes des fidèles se sont officiellement inscrits aux abonnés absents. 

Hier au moment où nous mettions sous presse, aux environs de 17h, la réunion de réconciliation des upécistes longtemps annoncée n’avait pas encore débuté. Ce n’est pas qu’il n’y avait pas de militants. Depuis 10h du matin ce 17 janvier 2012, les militants de « l’Âme immortelle du peuple camerounais » se faisaient bien distinguer par leurs écharpes et tricots rouges avec l’emblème du crabe noir.

Des crabes des tendances Kodock et Hogbe Nlend ont été visibles dans la salle de réunion d’un hôtel bien connu localisé au quartier Fouda à Yaoundé. Les militants au fur et à mesure de leur arrivée se faisaient identifier et s’inscrivaient sur les listes disposées à l’entrée de la salle de réunion. Mais la réunion en elle même tardait à commencer. Il a fallu joindre au téléphone certains cadres du « parti historique », pour savoir que les tractations continuaient en coulisses, en vue de ramener tout le monde à la maison.

En fait très tôt hier 17 janvier 2012, la tendance Upc dite des fidèles a rendu publique une mise au point à l’issue d’une réunion de leur comité directeur qui s’est tenue le 14 janvier 2012 à Douala. Dans la dite mise au point, les signataires que sont Charles Bakeme (président de séance) Hilaire Ngoualeu Ham Ekoue (secrétaire de séance), Ndema Same Alexis (président de l’Upc), Samuel Kingue Etouke (président de la commission de rassemblement) et Moutoudou Albert (secrétaire général de l’Upc) indiquent entre autres que : « le bureau du comité directeur de l’Union des populations du Cameroun (Bcd de l’Upc), réuni en session plénière mensuelle à Douala, le 14 janvier 2012, a débattu du rassemblement des upécistes et notamment d’une rencontre proposée par une fraction de l’Upc gouvernementale pour la date du 17 janvier».

Aussi réaffirment-ils dans leur mise au point leur « attachement à l’idée du rassemblement  des upécistes sur des bases fiables et crédibles aux yeux de l’opinion kamerunaise. » Toutefois, ils notent qu’à cet effet, la Commission ad-hoc de l’Upc pour le rassemblement des upécistes a accepté de rencontrer à trois reprises, les 7, 8 et 12 janvier à Douala des émissaires venus lui parler de la journée du 17 janvier 2012. Mais que « malgré le bal incessant d’émissaires et les pressions de toutes parts, aucune invitation formelle avec ordre du jour ne lui a été remise ». Aussi, le bureau du comité directeur de l’Upc des fidèles estime-t-il que pour relancer le processus de rassemblement, il y a deux considérations dont il faudrait, de leur point de vue, en tenir compte.

Premièrement : « La poursuite des actions en Justice contre les upécistes est incompatible avec toute idée de rassemblement des upécistes. Il faut rappeler qu’un procès est pendant devant les tribunaux de Douala depuis 2004 et la prochaine audience aura lieu le 9 février 2012 à la Cour d’appel du littoral ».

Deuxièmement : « Afin qu’il se déroule de manière sereine et approfondie, le processus de rassemblement des upécistes ne saurait être assujetti aux échéances électorales ». Il s’est agit là d’un pavée dans la marre qui a ainsi considérablement fragilisé et même bloqué le début des travaux de la réunion de réconciliation, de rassemblement et d’unité des upécistes de ce 17 janvier 2012.

De leur côté, les upécistes des deux tendances dites gouvernementales ont pendant toute la journée d’hier, essayé de ramener leurs camarades de l’Upc des fidèles à des meilleurs sentiments. Mais en vain. Jusqu’à ce que, au milieu de l’après midi d’hier ils se sont résolus à mobiliser les upécistes présents pour qu’ils gagnent la salle des travaux en vue d’une réunion qui s’est poursuivie jusqu’au milieu de la nuit. Et dont les résolutions sont encore inconnues.

Rassemblement de l’Upc. Le jeu de cache cache de certains acteurs

Les préparatifs de cette concertation qui devrait accueillir toutes les tendances de «  l’Âme immortelle du peuple camerounais » auront été des plus houleuses.  Evocations.  

Il y a encore quelques semaines, on avait vu la naissance au sein de la tendance  gouvernementale de l’Union des populations du Cameroun (Upc) pendant longtemps animée par le défunt Augustin Frédéric Kodock d’un « front sacré» dont le but était de conserver le secrétariat général de l’Upc au sein du département du Nyong et Kelle en général et du clan Ndog-Soul (clan du défunt secrétariat général) en particulier.

Le dit « Front sacré», animé par l’ancien secrétaire national à l’organisation, Me Thomas Biyick, en tant que Ndog-Soul, se prévaut comme héritier de Augustin Frédéric Kodock  comprenaient entre autres, le Dr Pierre Sende, ancien député Upc du Nyong et Kelle, et des cadres très proches du défunt Sg, semblait catégoriquement opposé à la dynamique unitaire née de la réunion de concertation du 19 décembre 2011 à Yaoundé. Il se dit dans les milieux upécistes que tous les membres de ce « front sacré », tous marqués par leur fidélité à Augustin Frédéric Kodock, et à sa gestion du parti, n’entrevoyaient l’unité de l’Upc que pour autant que tous les autres militants s’aligneraient derrière eux.

Au cours de la réunion du 19 décembre 2011, les upécistes de plusieurs tendances qui s’étaient retrouvés du côté du quartier Nkolbisson dans la banlieue de la capitale (pendant que Me Biyick et Dr Sende s’étaient inscrits aux abonnés absents), avaient alors entre autres arrêté la date du 17 janvier 2012, pour la tenue d’une réunion de large concertation qui devrait poser les bases de l’unité de l’Upc.

Le troisième larron

Il se trouve que, sentant peut-être la dynamique unitaire animer aujourd’hui la plupart des militants de « L’Âme immortelle du peuple camerounais », les principaux animateurs du « front sacré» du Nyong et Kelle n’ont pas pu s’entendre pour rester sur la position qui était la leur ces dernières semaines. La plupart d’entre eux ont entrepris de rejoindre la dynamique unitaire, avec chacun malheureusement, la forte ambition intérieure d’être l’initiateur et le moteur de la légalité de cette concertation entre upécistes. C’est ainsi que, en fin de semaines dernière, on a vu Adolphe Papy Ndoumbe, ancien secrétaire national à la communication de ce parti aller demander l’autorisation de la tenue de la rencontre de ce 17 janvier 2012 au sous-préfet de Yaoundé 3ème pour une assise au Hilton hôtel de Yaoundé. Informé, Me Thomas Biyick qui se prévaut du titre de « secrétaire général de l’Upc par intérim », est allé faire opposition à cette demande d’autorisation. Il se vengeait ainsi du sort de sa propre demande de réunion introduite à la sous-préfecture de Yaoundé 1er, pour le 23 décembre 2011, et qu’ Adolphe Papy Ndoumbe avait fait annuler.

Mais pendant que ces deux militants « kodockistes » se surveillaient et s’étripaient ainsi à travers les sous-préfectures de Yaoundé, un troisième larron qu’ils avaient tous deux oubliés de surveiller, a donc pris les devants. Il s’agit du Dr Pierre Sende. Ce dernier qui jusque-là semblait silencieux, a réussi à obtenir du sous-préfet de Yaoundé 5è, l’autorisation de la tenue de la réunion de concertation qui va rassembler les upécistes ce jour. La dite réunion devait donc avoir lieu à l’hôtel Jouvence sis au quartier Fouda à Yaoundé.  Une réunion à la quelle étaient en principe attendues toutes les tendances de l’Upc, avant que l’Upc des fidèles ne fasse connaître sa position très tôt ce 17 janvier 2012.

En tout cas on a vu le Pr Henri Hogbe Nlend, qui anime une autre tendance de l’Upc se concerter, il y a quelques jours avec les autres chefs de tendances de l’Upc dont Adolphe Papy Ndoumbe, Dr Pierre Sende, et Le Pr Bernard Wandji, qui depuis quelques semaines est le 1er vice-président de l’Upc de la tendance dite légale. On avait aussi appris qu’avant Noël, la section dite unitaire de France de l’Upc a envoyé un mandataire en la personne de Gwet Matip pour catalyser ce processus de concertation unitaire. Les upécistes peuvent-ils vraiment s’unir ? Wait and see.

Jean François CHANNON

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE