21/01/2012 01:36:58
Thabo Mbeki: «Non au nouvel impérialisme !»
Tout feu tout flamme. L’ancien chef de l’Etat sud-africain a dénoncé une fois de plus les interventions brutales des Occidentaux en Afrique. Destinées selon lui à capter le pétrole et les ressources naturelles du continent.
Le nouveau courrier
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

L’ancien chef de l’Etat sud-africain a profité d’une conférence à l’université de Makerere pour dénoncer une fois de plus les interventions brutales des Occidentaux en Afrique. Destinées selon lui à capter le pétrole et les ressources naturelles du continent. Il a appelé à renforcer l’Union africaine et à rendre audible la voix de l’Afrique dans le monde.

Les anciens chefs d’Etat africains se réclamant du progressisme et du nationalisme africain seront-ils les nécessaires éclaireurs du continent face à la guerre sournoise que l’Occident et ses alliés locaux opposent désormais aux peuples ? En tout cas, après le Ghanéen Jerry Rawlings devant le Parlement panafricain à Addis Abeba, le Sud-Af ricain Thabo Mbeki a dénoncé, devant un parterre d’étudiants dans la célèbre université ougandaise de Makerere, les expéditions occidentales de 2011 en Côte d’Ivoire et en Libye. Et appelé les Africains à des initiatives destinées à contrer le « nouvel impérialisme ».

«Nous avons maintenant vu ce qui s'est passé en Côte d'Ivoire et en Libye au cours de cette dernière année, dans les deux cas pour permettre à des pays non-africains, officiellement mandatés par le Conseil de sécurité de l'ONU, et indépendamment de l'opinion africaine, de renverser par la force des gouvernements établis et pour instaurer par la force et donc un changement de régime, dans l'intérêt des puissances occidentales. Il y a deux décennies, une grande partie de l'Afrique aurait caractérisé ces pays interventionnistes occidentaux comme des puissances impérialistes, dans le sens plein du terme.

Pourtant, quand ils sont intervenus dans en Côte d'Ivoire et en Libye, ils ont cherché à justifier leurs actes en affirmant qu'ils ont agi comme ils le faisaient pour faire avancer nos intérêts en tant qu'Africains, prétendant être plus déterminés à protéger nos intérêts de manière désintéressée que nous-mêmes. Vraisemb lablement pour atteindre ce noble objectif, ils ont même réussi à imposer la fiction selon laquelle la Libye n'était pas un pays africain, mais simplement un pays arabe, dont le sort devait être décidé sur la base de ce que la Ligue des États arabes avait dit, et jamais sur la base de ce que l'Union africaine avait décidé !»

 «Ces pouvoirs sont intervenus violemment sur notre continent, affirmant qu'ils ont agi par bonté de coeur, avec l'objectif de nous apporter, à nous les Africains, les dons de la démocratie, de la bonne gouvernance, de la paix et même de la vie pour ces millions d'Africains qui auraient été massacrés par les gouvernements africains concern és. C'est ainsi qu’un miracle s’est produit : nos maîtres du temps de la colonisation, les impérialistes, sont réapparus sur notre continent comme les meilleurs amis des peuples africains !»


Thabo Mbeki a levé le voile sur les véritables motivations des interventions musclées des Occidentaux en Libye et en Côte d’Ivoire en s’appuyant sur un livre publié en 2007 par le Conseil américain aux Relations extérieures (CFR) intitulé «Au delà de l’humanitaire : une approche stratégique de l’Afrique». Un livre qui affirmait notamment : que les Etats-Unis dépendaient de plus en plus du pétrole brut africain pour combler ses propres besoins énergétiques ; qu’il était impossible de compter sur un approvisionnement continu en pétrole africain sans faire attention à la gouvernance et à la stabilité à long terme, ce qui signifie très clairement qu’il fallait intervenir sur les différentes scènes politiques ; qu’il y avait désormais une forte concurrence pour accéder au pétrole et aux autres ressources naturelles de l’Afrique, provenant notamment de la Chine ; que la Chine devenait un concurrent formidable à la fois sur le plan de l’influence et des contrats lucratifs sur le continent. Thabo Mbeki a af firmé que les Occidentaux avaient trahi l’esprit du NEPAD en mettant en place le plan du G8 pour l’Afrique et en imposant les Accords de partenariats économiques (APE), qu’il a qualifiés d’inégaux et qui visaient un objectif : « continuer d’organiser les relations entre l’Afrique et le « monde post-moderne » à l’avantage de ce dernier ».

Prononçant l’expression « nouvel impérialisme », Thabo Mbeki a appelé à « la défense de notre indépendance » à travers un renforcement de l’Union africaine. Il faut s’assurer que la voix de l’Afrique, « soit à la fois entendue et considérée avec sérieux, en particulier quand cela concerne ses propres affaires ». Mbeki a aussi appelé au renforcement des relations entre l’Afrique et les pays de ce qu’on appelait hier le Tiers-Monde. E t demandé aux forces engagées dans la transformation progressive de l’Afrique, à se mobiliser plus que jamais.

Traduit par Benjamin Silué

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE