23/01/2012 03:15:54
Choléra.Déjà 1.500 Camerounais tués en 2 ans
Révélation a été faite jeudi dernier, lors de la réunion du comité opérationnel de lutte contre cette épidémie ravageuse.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Les chiffres sont parlants. Depuis le 06 mai 2010, 33 911 cas de choléra ont été enregistrés au Cameroun. Avec 10 759 cas en 2010 et 23 152 en 2011. Au finish, quelques 1.500 personnes ont ainsi perdu la vie, tuées par cette terrible maladie, essentiellement causée par les mauvaises conditions d’hygiène. Cette épidémie qui passe pour être l’une des plus meurtrières de l’histoire de notre pays a fait plus de ravage dans la partie septentrionale du pays, où le problème d’eau potable se pose avec acuité.

«Alors que 8 régions sur 10 étaient touchées en 2010 (l’Est et le Sud épargnés), toutes les régions du pays le sont en 2011. Si en 2011 la région de l’Extrême-Nord enregistrait à elle seule 87,6% des cas de choléra, en 2011, 92% de cas notifiés sur l’ensemble du territoire national  résidaient dans 5 régions : le Littoral (5.463), le Nord (4.752), l’Extrême-nord (4.454), le Centre (3.565) et le Sud-ouest (3.111) », révèle le secrétaire d’Etat à la Santé publique chargé de la lutte contre les épidémies et les pandémies, Alim Hayatou, lors de cette réunion.

Il ajoute qu’au cours de ces deux années, la période de transition inter épidémique se situe entre le début novembre et début février. Cette terrible épidémie n’a d’ailleurs pas encore dit son dernier mot. Même cette année 2012, des cas continuent d’être signalés ici et là.   Entre le 16 et le 19 janvier par exemple, 2 cas ont été signalés par le district de santé de Nylon dans la région du Littoral. L’un de ces malades est d’ailleurs passé de vie à trépas, faisant passer le nombre de décès à 2, un autre cas de décès ayant été enregistré dans le Centre. Pour ce mois de janvier, l’on parle de 31 cas de malades de choléra signalés, dont 25 à Douala et 6 à Yaoundé, selon une enquête actualisée du ministère de la Santé publique.

« On peut remarquer que depuis 2010, le choléra est présent toute l’année. Depuis 1983, le choléra est endémique dans le bassin du Lac Tchad (Cameroun, Niger, Nigéria, Tchad). Épidémiologiquement, la période inter-épidémique se situait entre début novembre 2010 et début mars 2011. Actuellement, nous sommes en pleine transition épidémique », peut-on lire dans un document technique. Malgré l’implication des différents acteurs et partenaires dans la lutte contre ce fléau, implication ayant fait passer le taux de létalité global de 6,11% en 2010 à 3,6% en 2011, les problèmes restent entiers.

« ...beaucoup cependant reste à faire en matière de prévention. Nous savons tous que l’accès à une eau saine, aux infrastructures d’assainissement de base et à l’hygiène constituent les bases du trépied de la prévention du choléra. Aussi, voudrais-je vous convier à plus d’ardeur dans la mobilisation communautaire et la mise en œuvre des activités Wash (eau-hygiène-assainissement) », exhorte le secrétaire d’Etat Alim Hayatou. Les connaissances du Pr. Maurice Tchuenté, ancien ministre et directeur du Laboratoire international d’informatique et de mathématique appliquée seront mises à contribution pour mettre à disposition et en temps réelles les données épidémiologiques.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE