23/01/2012 03:31:55
Cameroun: 30 boeufs et du riz pour récompenser les électeurs du Sud
L’élite du Sud ignore les promesses de Paul Biya
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Paul Barthelemy Biya Bi Mvondo, président,Cameroun

Les promesses non tenues du chef de l’Etat toujours ignorées
 
Douze mois, jour pour jour après la tenue du comice agro-pastoral d’Ebolowa, l’ensemble du gratin politique et les ministres de la région du Sud, réunis dans le cadre d’un méga meeting politique, se sont contentés de dire merci à Paul Biya ;  éludant et évitant au passage les promesses non tenues du chef de l’Etat à sa région natale 

Samedi, 21 janvier 2011. Ebolowa est au firmament de sa splendeur ; après une semaine pleine d’artifices et de grandes promesses présidentielles, les lampions s’éteignent sur le comice agropastoral. Point n’est besoin de revenir sur les péripéties, les contours, les enjeux, les échecs, les improvisations, l’arrière-goût d’inachevé et l’avalanche des mouvements d’humeur et les mécontentements ayant rythmé de bout en bout ce rendez-vous du monde paysan.La référence à la date de clôture du comice d’Ebolowa 2011, est d’autant plus significative, dans le sens où elle suggère que l’on s’attarde sur le méga meeting, organisé samedi, 21 janvier 2012 à Ebolowa.

Un an jour pour jour, les fils du Sud se sont réunis à Ebolowa, sous la supervision des ministres et les hommes politiques du Sud. Moment d’ambiance et de retrouvailles s’il en fût ; mais un grand moment de méditation, de réflexion et de débat, sur le bilan du comice ; surtout s’agissant des promesses faites par le chef de l’Etat, Paul Biya, à ses frères du Sud. On se souvient que de façon pompeuse et solennelle, il avait pris l’engagement de suivre « personnellement » l’aboutissement desdits chantiers. A Ebolowa, on a remis aux populations des quatre départements du Sud, trente bœufs, des centaines de sacs de riz, l’argent de transport. Comment éluder le « show » que s’est offert le ministre Jacques Fame Ndongo. Le spectacle à travers lequel il s’est livré en distribuant à tout vent des billets de 5.000 Fcfa, à une foule hystérique.

Trois axes essentiels ont ponctué le meeting d’Ebolowa : féliciter Paul Biya pour sa brillante élection à la présidentielle de 2011 ; dire merci et récompenser par divers présents et dons en nature, l’électorat des quatre départements du Sud, qui a fait montre de soutien et de mobilisation derrière Paul Biya ; remercier le président de la République  pour le maintien et la nomination de certains fils du Sud aux postes ministériels. En dehors du ministre Biyiti bi Essam, absent du pays, le quorum était presque atteint : les autres ministres ont répondu présents, pour s’entendre glorifier, au même titre que Paul Biya. Edgard Mebe Ngo’o, Jacques Fame Ndongo, Martin Belinga Eboutou, Louis Paul Motaze, Jules Doret Ndongo, Marcel Medjo Akono… 

Il s’est agi d’un meeting stratégique. Il induit une remobilisation des troupes vers le double scrutin municipal et législatif de juillet 2012. Cela doit se passer dans un esprit de cohésion totale. Prenant la parole pour commenter sur cette « curiosité » où la République se retrouve pour fêter au village, le ministre Jacques Fame Ndongo, qui s’est voulu rassurant, a invité les fils et filles du Sud à rester vigilants, à maintenir la flamme allumée et à rester constants en œuvrant par un loyalisme « inoxydable ».
 
Embargo et black-out sur le scandale des tracteurs

Deux jours après la descente sur le terrain du ministre Nganou Njoumessi de l’Economie, du Plan et de l’Aménagement du Territoire, accompagné d’un représentant au plus haut niveau du ministre Essimi Menye, qui auraient été envoyés par le président de la République pour s’enquérir de l’affaire des 750 tracteurs abandonnés dans la brousse, grande a été la surprise que les fils du Sud, présents à Ebolowa, aient esquivé, sinon, ignoré de dire un mot sur le sujet. 

Un tel black-out aux yeux des populations du Sud est tout aussi suspect que la descente du ministre Nganou Njoumessi à Ebolowa. Lequel s’est contenté de sujets périphériques ; mais n’a pas accompli la mission pour laquelle il était attendu A qui peut profiter cet embargo sur le sujet des tracteurs ? Les membres de la grande élite du Sud, surtout parmi ceux aux affaires, seraient-ils comptables du scandale ? Et si le meeting d’Ebolowa était une simple diversion pour détourner l’attention des populations ?

Qui dit merci, en redemande. Peut-on valablement expliquer que les retrouvailles entre les politiciens, les ministres et autres Dg avec les populations, organisées en ce moment où tous les phares sont braqués sur le scandale des tracteurs, n’aient pas retenu l’attention de tous ? N’ont été évoqués non plus les grands projets en chantiers aujourd’hui abandonnés, mais dont l’effet d’annonce avait été fait à grand renfort de publicité : l’hôtel du comice qui devait être livré au mois de novembre 2011, tarde à sortir de terre. La construction de la route dite « la boucle du Dja » est « définitivement » enfermée dans les tiroirs. L’année des grandes réalisations ressemble, pour les fils du Sud à une vue de l’esprit. Même si certaines langues affirment que le chef de l’Etat ayant prescrit une enquête, il n’était pas souhaitable d’évoquer le sujet dans le cadre d’un meeting comme celui d’Ebolowa. Allez-y comprendre quelque chose.
 
Focal : La vallée du Ntem boude Paul Biya

Plusieurs désagréments, des mécontentements et de l’indignation, se sont invités au mega meeting d’Ebolowa de samedi dernier. Sur les visages burinés par la colère et le refus de l’intolérable, on pouvait observer que beaucoup de fils et filles du Sud traînaient le pas et avaient répondu présents à la « fête au village », malgré eux. Approchés, on parvenait à comprendre que les plaies ouvertes lors du congrès ordinaire du Rdpc n’avaient pas été définitivement pansées. On se souvient que les fils du Sud avaient contesté l’entrée « injustifiée » et « irrationnelle » de certains des leurs dont on ne reconnaissait les services rendus, encore moins les faits d’arme dans l’épanouissement du Rdpc.

Des élus locaux et présidents des instances régionales et départementales du parti des flammes s’étaient offusqués de l’imposture. Dans le sillage de cette multitude de malaises qui dévoilaient des fissures et dissensions au sein du Rdpc, le remaniement gouvernemental du 09 décembre 2011 en a rajouté au ras le bol. Si parmi les populations des départements du Dja et Lobo, l’Océan et la Mvila , le boycott a été de faible amplitude, ces zones d’ombre et autres rancœurs ont été perceptibles par les populations de la « Vallée du Ntem ».

Le département est déçu d’être le seul de la région à ne pas avoir de ministre. Selon une certaine opinion, ce sont autant de récriminations contre Paul Biya, qui justifient l’absence des fils influents de la « Vallée du Ntem ». Me Mbiam, le leader et homme d’affaires charismatique, François Bikoro Alo’o (Dga du Chantier naval), Samuel Obama Sam, le directeur du courrier présidentiel…

Souley ONOHIOLO

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE