25/01/2012 05:06:05
Enoh Meyomesse: Des canadiennes écrivent à Paul Biya
En raison des faits exposés ici, PEN-Québec, regroupement d'écrivains et éditeurs francophones au Canada, exige à l'égard de notre collègue comme de tout autre détenu d'opinion dans votre pays...
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

M. Paul Biya, Président République du Cameroun
M. Philemon Yang, Premier ministre

Messieurs,

Notre collègue écrivain, Enoh Meyomesse, 57 ans, est l'auteur d'une quinzaine d'ouvrages de fiction et de quelques essais politiques ou culturels. Il est également membre fondateur de l'Union des Écrivains du Cameroun.

En 2010, il a publié un ouvrage intitulé "Le massacre de Messa" où il relate sous une forme romanesque un carnage commis par l'armée coloniale française le 25 mai 1955. Cette publication fut suivie d'un pamphlet intitulé "Discours sur le tribalisme" où il commente les effets selon lui désastreux de l'héritage tribal sur la politique africaine actuelle.

Meyomesse a tenté de se porter candidat à la présidence de son pays pour l'élection du 9 octobre 2011, mais on lui dénia ce droit.

Un an plus tard, soit le 22 novembre 2011 il a été détenu à l'aéroport de Yaoundé alors qu'il rentrait d'un voyage à Singapour. Il fut aussitôt accusé, avec 3 autres personnes:

De conspiration pour organiser un coup d'État.

De possession d'arme à feu.

De vol qualifié.

Notre collègue fut aussitôt expédié à l'infâme prison de Bertoua où il a été maintenu durant 30 jours en isolation complète et dans le noir absolu. Il n'a eu, durant ce temps, et comme on s'en doute bien, accès à aucun appui légal. Il prétend de plus avoir été torturé.

Le 22 décembre dernier Meyomesse a été déplacé vers la très surpeuplée prison centrale de Kondengui à Yaoundé où il est toujours détenu. Le 12 janvier, une cour de justice militaire a lancé à son égard et sans motifs déclarés un mandat de détention valable pour 6 mois, mais renouvelable pour une période additionnelle équivalente.

Aucune date de comparution n'as pour l'instant été fixée et l'avocat de notre collègue affirme n'avoir jamais reçu divulgation des accusations retenues contre lui ni de la preuve. Il existe d'ailleurs une forte suspicion voulant que la machine de l'état ait pu fabriquer ou soit en voie de construire une telle preuve.

Les systèmes judiciaires et de détention du Cameroun sont reconnus pour leurs comportements arbitraires, leurs conditions intolérables et la surpopulation de leurs geôles. Nos amis d'Amnistie Internationale ont d'ailleurs à maintes reprises dénoncé cette situation.

- En raison des faits exposés ci-haut, PEN-Québec, regroupement d'écrivains et éditeurs francophones au Canada, exige à l'égard de notre collègue comme de tout autre détenu d'opinion dans votre pays:

- Le respect intégral du principe de présomption d’innocence.

- La libération immédiate de Mayomesse, car celui-ci ne peut et ne manifeste aucune velléité de fuir le pays.

- La révision de chacune des accusations retenues contre notre collègue par une autorité civile, et ce, en présence de la presse et de représentants d'organismes de défense des droits humains.

- Le respect par le Cameroun de ses engagements internationaux en matière de respect de droits de la personne.

Germaine Beaulieu (poète, romancière)

Annik de Carufel

Nathalie Roy (Écrivaine,Membre du Centre québécois du P.E.N. International,Membre de l'Union des écrivaines et des écrivains du Québec)

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE