25/01/2012 15:42:27
Business: Pourquoi Set'Mobile n'a pas démarré
Télécommunications. La société de Samuel Eto’o Fils n’a pas lancé ses activités le 24 janvier 2012, comme initialement annoncé.
Quotidien Le Jour
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Télécommunications. La société de Samuel Eto’o Fils n’a pas lancé ses activités le 24 janvier 2012, comme initialement annoncé.
 
Ils sont nombreux les Camerounais qui attendaient, hier, 24 janvier 2012, le lancement des activités de Set’ Mobile. Cela n’a pas été le cas.

Un communiqué d’ Eto’o Telecom Sa qui circulait sur le Net depuis quelques jours a été publié dans l’édition d’hier du quotidien Le Jour hier expliquant les raisons de ce report : « Nous vous informons que le lancement des activités de Set’ Mobile est différé, pour des raisons indépendantes de notre volonté. Mais, ce n’est que partie remise ! D’ici très peu de temps, nous aurons tout le plaisir de vous faire découvrir et apprécier les services et les tarifs de Set’ mobile… Pour le plus grand bonheur de tous. A très bientôt donc… Et ne raccrochez pas ! », promet la société du capitaine des Lions indomptables.
 
Pour en savoir davantage, nous nous sommes rapprochés de l’Agence de régulation des télécommunications (Art). D’après les responsables de cette structure, Eto’o Telecom Sa a reporté ses activités parce qu’il n’a pas pu conclure un engagement avec l’un des trois opérateurs téléphoniques (Mtn Cameroon, Orange  Cameroun et Camtel). « La société Eto’o Telecom Sa a reçu de l’Art un récépissé transitoire de déclaration pour la fourniture des services à valeur ajoutée. Elle va focaliser son activité sur la revente du trafic téléphonique. Donc, elle a engagé des négociations avec Mtn, Orange ou Camtel. C’est sûr qu’ils n’ont pas trouvé un terrain d’entente, parce qu’il va acheter du trafic en gros et le revendre à des prix préférentiels », explique notre source.
 
D’après nos informations, Eto’o Telecom Sa a engagé des négociations avec Orange Cameroun. Les négociations seraient encore en cours. « La difficulté ici, c’est que les opérateurs concessionnaires sont réticents à se lancer dans ce type de négociations, explique notre source. Ils estiment qu’ils ont investi des milliards de francs Cfa dans les infrastructures et ne permettent pas que d’autres viennent en bénéficier. Eto’o Telecom Sa aura du mal à se frayer un chemin. Il connaîtra les mêmes problèmes que Providence et la soixantaine d’autres opérateurs qui offre le même type d’activité ». Face à ce blocus d’Orange et de Mtn notamment, l’Art a initié une plateforme de négociations avec les opérateurs existants pour favoriser l’émergence du business de la revente du trafic téléphonique. Une activité génératrice de revenus si elle est bien organisée dans le contexte actuel.
 
L’autre frein serait la promulgation des textes d’application de la loi de 2010 sur les communications électroniques. Ce sont ces textes qui vont définir les modalités et les caractéristiques des opérateurs offrant les services à valeur ajoutée. Ce serait la raison pour laquelle Eto’o Telecom dispose plutôt d’un récépissé transitoire de déclaration et non d’un récépissé de déclaration.
 
Beaugas-Orain Djoyum

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE