26/01/2012 03:22:10
Démission du gouvernement. La conférence de presse du Pr. Kamto interdite
Selon le sous-préfet de Yaoundé V auteur de cette interdiction, la conférence de presse du Pr Kamto pour expliquer son « retrait  du gouvernement » est de nature à troubler l’ordre public.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Selon le sous-préfet de Yaoundé V auteur de cette interdiction, la conférence de presse du Pr Kamto pour expliquer son « retrait  du gouvernement » est de nature à troubler l’ordre public.

Le 9 décembre 2011, Paul Biya qui vient d’être porté à la magistrature suprême à l’issue du scrutin du 9 octobre de la même année a cru bon de réaménager selon l’expression consacrée, son gouvernement. Mais avant, précisément le mercredi 30 novembre 2011, le ministre délégué auprès du vice-Premier ministre de la Justice, le Pr. Maurice Kamto qui vient pourtant ce jour-là d’assister à l’immeuble Etoile, au traditionnel conseil de cabinet du gouvernement de la République, rend public que sa démission. Pour beaucoup, en dépit des explications contenues dans le communiqué du concerné largement relayé par la presse, les motivations profondes de ce retrait du gouvernement restent encore à élucider.

Le Pr Maurice Kamto, qui en posant cet acte, rentrait dans la liste très restreinte des ministres qui ont, sous le régime  de Paul Biya, démissionné de leurs fonctions ministérielles, voulait-il satisfaire la curiosité des Camerounais en organisant ce mercredi 25 janvier 2012 à Yaoundé, une conférence de presse ? C’est du moins ce que laisse entendre la réponse à sa correspondance adressée au sous-préfet de Yaoundé V où un hôtel a été sollicité à l’effet de rencontrer les médias dans le cadre d’une conférence dont le but était de donner un sens à son « retrait » du gouvernement.

Martin Locko Motassi, devant qui le Pr Maurice Kamto a cru bon devoir déclarer ladite conférence de presse porte à sa connaissance « qu’il ne m’a été possible de vous délivrer le récépissé de déclaration escompté ». Et d’expliquer : « Votre retrait de vos fonctions de ministre délégué auprès du ministre de la Justice, objet de votre communiqué en date du 30 novembre 2011, communiqué qui par ailleurs a été relayé par tous les supports modernes de communication, ayant été clair et précis dans l’esprit du peuple camerounais à qui vous vous adressiez en général et dans l’esprit des populations placées sous mon encadrement en particulier ».

Pour le sous-préfet de l’arrondissement de Yaoundé 5e, toute démarche visant à redonner un sens à ce « retrait du gouvernement après bientôt deux mois, ne peut que constituer une menace à l’ordre public que je ne peux cautionner ». Aussi a-t-il pris sur lui de signer un arrêté « portant interdiction d’une conférence de presse sur toute l’étendue de l’arrondissement de Yaoundé V », sa circonscription de compétence au motif « que celle-ci est de nature à troubler l’ordre public ».

Et l’article 1er dudit arrêté précise bien qu’il s’agit de la « conférence de presse que se propose de donner le professeur Maurice Kamto sur le sens de son retrait du gouvernement ». Martin Locko Motassi, dans l’article 2 instruit les responsables des forces maintien de l’ordre compétent de l’exécution de cet arrêté.

Nadège Christelle BOWA

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE