02/02/2012 02:16:58
Côte d'Ivoire. Ayamé: Un jeune abattu par les Frci
Des éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) ont encore tué. Quatre d’entre eux ont froidement abattu, hier mardi 31 janvier 2012, un jeune du nom d’Adoulé Amichia Eric, dans le village de Yaou situé à 56 km d’Ayamé, département d’Aboisso
Le nouveau courrier
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Des éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) ont encore tué. Quatre d’entre eux ont froidement abattu, hier mardi 31 janvier 2012, un jeune du nom d’Adoulé Amichia Eric, dans le village de Yaou situé à 56 km d’Ayamé, département d’Aboisso. Originaire de Grand Bassam par son père et de Toumodi par sa mère, la victime des FRCI avait 34 ans.

C’est aux environs de 10 heures que quatre éléments des Frci débarquent dans le village. Ils disent être venus chercher le jeune Eric. Car, affirment-ils, selon les informations en leur possession, ce dernier cacherait des armes à son domicile. Après une perquisition, aucune trace d’arme n’est découverte. Mais les Frci ne démordent pas. Ils se rendent sur le fleuve Bia où le jeune pêcheur mène ses activités. Alors que les investigations qu’ils ont entreprises sur les lieux se sont une nouvelle fois avérées infructueuses, les Frci séquestrent leur victime qu’ils transportent à la gare routière du village.

Témoins des sévices que font subir les Frci à leur camarade, les jeunes du village tentent une médiation. Ils prient les visiteurs indésirables d’approcher le chef du village afin qu’une solution soit trouvée. Mais leur initiative butte sur l’intransigeance des éléments Frci qui refusent d’entendre raison et se font même menaçants. C’est finalement autour de 18 heures que le jeune Eric sera abattu par ses ravisseurs. Courroucés, après cette mort injuste et injustifiée, les jeunes du village de Yaou se soulèvent contre les éléments des Frci auxquels ils arrachent les armes avec lesquelles ils tenaient tout le village en respect, avant de les tabasser copieusement. Les éléments du général de division Soumaila Bakayoko n’ont eu d’autre choix que prendre la fuite. Alertée, des éléments de la brigade de gendarmerie d’Ayamé se sont rendus dans le village de Yaou où jusqu’à 22 heures, ils étaient encore chez le chef du village.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE