05/02/2012 03:20:24
France: Des escrocs camerounais lui soutirent 90 000 euros
Convaincants, redoutables et intelligents, ces escrocs ont réussi à dépouiller, en moins de six mois, un habitant d’Andrésy. Ce n’est que fin décembre qu’Edouard, 34 ans, a prévenu la police après avoir été soulagé de près de 90000 €, donnés en échange de quelques statuettes africaines artisanales d’une valeur estimée en fait à quelques dizaines d’euros.
parisien
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Convaincants, redoutables et intelligents, ces escrocs ont réussi à dépouiller, en moins de six mois, un habitant d’Andrésy. Ce n’est que fin décembre qu’Edouard, 34 ans, a prévenu la police après avoir été soulagé de près de 90000 €, donnés en échange de quelques statuettes africaines artisanales d’une valeur estimée en fait à quelques dizaines d’euros.

Le 27 juillet, ce salarié de l’Union des banques africaines (UBA) est contacté par e-mail par un homme lui proposant de servir d’intermédiaire entre un vendeur d’objets primitifs provenant du village de Bangoulap Tikar au Cameroun et un collectionneur américain puis européen. « Ce contact lui fait miroiter une culbute conséquente », confie une source proche de l’affaire. Au mois de novembre, Edouard effectue un premier virement de 3000 € vers un compte bancaire camerounais et reçoit en échange un lot de quatre statuettes africaines.

Un peu plus tard, il reçoit à son domicile, la visite d’un homme qui se dit collectionneur. Celui-ci présente bien, environ 50 ans, cheveux mi-longs poivre et sel, plutôt mince. Faux expert mais bon acteur, il estime que les pièces ont une grande valeur et invite Edouard à se porter acquéreur de l’ensemble de la collection. L’ homme effectue un second virement de 85000 € et il reçoit en échange deux nouvelles statuettes ainsi que des documents estampillés du ministère de la Culture camerounais attestant de l’authenticité des pièces.

Quelques jours plus tard, le collectionneur revient à la charge et demande à Edouard d’acheter des pierres tombales en avançant encore 25000 € à trois nouveaux contacts du même pays. Edouard réalise qu’il vient de se faire plumer et refuse de poursuivre dans cette voie.

« Le problème, c’est qu’il a prévenu les escrocs qu’il alertait la police. Ils ont disparu et, comme ils utilisent des adresses, des téléphones, des coordonnées bancaires bidon, ça va être très difficile de les retrouver. »

Hier, Edouard n’était pas à son domicile. La nouvelle étonne beaucoup ses voisins, qui voient en lui « un jeune homme qui a plutôt la tête sur les épaules ».

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE