08/02/2012 02:10:06
Côte d'Ivoire: Un espion parmi les détenus pro-Gbagbo
Un détenu à la fois collabo et espion démasqué à la MACA.
Le nouveau courrier
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

MACA Abidjan

Même en prison, les détenus proches du président Gbagbo continuent de troubler le sommeil du régime d’Alassane Ouattara. Au point où des espions infiltrent la MACA pour des basses besognes.

Le régime ne veut négliger aucun détail pour filer, espionner et traquer les personnalités proches du président Gbagbo en exil. Depuis la Maca, un détenu se faisant passer pour un exgarde du corps de Stéphane Kipré, est le principal «informateur» des services de renseignements. Ce sont ces informations qui vraisemblablement sont à l’origine de la mission d’espionnage des hommes de Ben Laden au Ghana, il y a quelques semaines.

Après donc les camps de refugiés et la capitale ghanéenne, le régime a infiltré la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca) où sont détenus plusieurs civils et militaires, jugés proches du président Laurent Gbagbo. Les moindres faits et gestes de ces détenus sont épiés. L’un de ces collabos du régime n’est autre que Mideh N’dri Jaurès, arrêté pourtant pour meurtre et tentative d’assassinat. Il y a quelques mois, la presse avait fait échos d’une supposée tentative d’assassinat du général Michel Gueu et qui avait conduit à l’assassinat de son neveu. En réalité, ce détenu peu ordinaire qui jouit de privilèges, n’est qu’un espion.

Celui qui se fait passer pour un ex-garde de corps de Stéphane Kipré et un  ex-collaborateur du commissaire Monnet, arrêté en même temps que le président Gbagbo, travaille avec le régime, sinon travaille pour le régime. Assez fréquemment, selon une source pénitentiaire, il se rend au greffe de la Maca pour livrer des informations à des personnes qui viennent lui rendre visite.

Où le pot au rose va être découvert, par un concours de circonstances, le téléphone en sa possession tombe entre les mains d’un garde pénitentiaire. Les messages découverts laissent béat. «Je vous propose de vous indiquer de manière précise et directe, les cachettes exactes de tous ceux que vous recherchez, les ministres Katinan Koné, Kadet Bertin, Damana Pickas et plusieurs conseillers du président Gbagbo. Et même des chefs de corps de l’armée en exil sur qui vous tenez à mettre la main. Je vous dirai tout et indiquerai tout», écrit-il dans un de ses messages. «Ces informations vous permettront de mettre aussi la main sur ceux qui sont dans certains pays, mais pas au Ghana. Mais qu’est-ce que vous me proposez de concret».

Le mercredi 18 janvier à 22h 22 minutes, ce détenu à la fois collabo et espion, va passer un message à sa «source», ce qui va finir par convaincre de ses activités réelles au sein de la prison civile. Un message fort révélateur. «Et jusqu’à présent rien de sûr ni de rassurant de votre part. Même pas un mot sur tout ce que je vous ai déjà dévoilé et vous trainez les pas. Alors que vous envoyez au Ghana discrètement certains de vos éléments conduits par l’un de vos comandants Frci, dans l’espoir de trouver les résidences de nos patrons en exil au Ghana», écrit ce détenu. On peut l’affirmer sans se tromper que ce détenu ne chôme pas du tout du fond de sa cellule, puisqu’il semble avoir été «recruté» comme «pourvoyeur» d’informations au service de renseignements pro-Ouattara.

Gérald Koné

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE