17/02/2012 03:14:31
Alexandre Sazbekin: « Ce qui se passe en Syrie n'est pas une révolution »
Dans une interview exclusive pour alManar (version arabe), l’ambassadeur de Russie au Liban, Alexandre Sazbekin a assuré que « ce qui se passe en Syrie n’est pas une révolution ».
Al manar
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille



Dans une interview exclusive pour alManar (version arabe), l’ambassadeur de Russie au Liban, Alexandre Sazbekin a assuré que « ce qui se passe en Syrie n’est pas une révolution ».

« Des groupes armés sont apparus en marge du mouvement populaire en Syrie. Ces groupes n’ont cessé d’augmenter  et cherchent à s’emparer du pouvoir et à renverser le régime, ils ne veulent pas des réformes démocratiques » a-t-il précisé.

Toutefois, l’ambassadeur russe a nié avoir des informations sur les parties qui financent ces groupes ou  leur dépêchent des armes soulignant que « ses propos relèvent d’une  analyse politique de la situation ».

Le diplomate russe a, par ailleurs indiqué que  la Russie continuera d’utiliser  son droit de veto face à toute résolution visant la Syrie, ajoutant  que « Moscou tient  compte des décisions de la Ligue arabe mais  peut ne pas les adopter surtout si elles sont contraires aux intérêts russes dans la région » !

Et de poursuivre : « Si la  Russie a pu utiliser son droit de veto, c’est pas parce que les autres parties n’ont pas réussi à nous convaincre du contraire. Il faut savoir que  notre position est fondée  sur ce nous avons vu en Syrie. Et donc notre opposition au projet de résolution  comme à l’initiative arabe revient à ce que nous insistons à ce que le transfert du pouvoir en Syrie se réalise  à travers des élections et par le choix du  peuple syrien».

Et d’ajouter : « Notre position à l'égard de toute décision votée contre la Syrie se fonde sur  plusieurs constantes: parvenir à un règlement politique pacifique de la crise syrienne, sans aucune ingérence extérieure, établir  un dialogue global entre le régime et toutes les factions de l'opposition. Et puis, nous  ne voyons pas un bon avenir pour la Syrie après le renversement du régime, au contraire, seule la mise en œuvre de mesures de réforme et une nouvelle constitution et aussi des élections sont garants de l’avenir pour la Syrie » .

Concernant la mission des observateurs arabes, le diplomate russe estime qu'elle a joué un rôle positif grâce à sa présence en Syrie et qu'il était souhaitable de tenir compte de  ses conclusions sur ce qui se passe en Syrie .

Et de poursuivre : « A travers nos contacts avec les Etats arabes et les pays du Golfe, nous essayons toujours  de trouver un terrain d'entente avec eux. Ainsi, nous avons reçu à Moscou le  ministre des Affaires étrangères du Bahreïn et le ministre des Affaires étrangères des Emirats arabes unis, et nous avons essayé de mettre l'accent sur la nécessité de faire cesser la violence et trouver une solution politique en Syrie» .

Sans nommer le Qatar ou d'autres pays arabes,  le diplomate russe n’a pas hésité à critiquer le rôle de « certains des médias dans la couverture des  événements en Syrie au profit de certaines parties », ajoutant « nous travaillons par tous les moyens disponibles afin de clarifier la réalité de la situation en Syrie ».

Interrogé sur le rôle de la Russie dans la  question libyenne par comparaison à son rôle dans la question syrienne,   Alexandre Sazbekin a déclaré que la « Libye été la première expérience du genre dans les  événements du printemps arabe. Et si la Russie s'est abstenue de voter c’est parce que nous pensions que la mise en œuvre de l’embargo pourrait réduire le  nombre de morts parmi les civils. Mais les autres parties ont abusé des  pouvoirs qui leur étaient accordés par une décision de l’ONU, et donc l’opération  de l'OTAN a effectuée contre la Libye  alors la Russie y était opposée. C'était une mauvaise expérience. Et nous depuis le début, notre  président Dimitri Medvedev a informé toutes les parties  que la Russie refuse toute décision ou expérience comparable en Syrie ».

ll a accusé  l'OTAN d’avoir détruit le  pays, soulignant que  l'ingérence extérieure a provoqué à une nouvelle détérioration de la Libye, puisque  le chaos et les affrontements se poursuivent dans certaines régions.

Et de noter: «  la Syrie est particulièrement importante pas  seulement pour la Russie, mais tout autant  au niveau international et régional. Sans nier nos relations amicales avec la Syrie, mais nous ne regardons pas le régime syrien comme un allié de la Russie. Depuis l'époque de l'Union soviétique, nous n’avons pas d’ Etats-alliés,  parce que la politique russe n'est plus fondée sur des alliances, mais sur le partenariat avec le plus grand nombre de pays. Par conséquent, nous soulignons que dans le cas de la Syrie, il ne s’agit pas de  défendre le régime syrien, la légitimité internationale ».

Sur le dossier nucléaire iranien, le diplomate russe a insisté «sur un règlement politique et diplomatique de la question, estimant préférable pour toutes les parties de rester à l'écart de tout conflit militaire avec l'Iran, car une telle guerre provoquera des conséquences  catastrophiques dans la région ».

Cela dit, Alexandre  Sazbekin a  écarté l’éventualité d’une guerre contre l’Iran, ajoutant que "cela ne signifie pas de ne pas rester prudent et de suivre comment les choses évoluent"».

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE