20/02/2012 04:05:13
Coulisses. Pourquoi Kabila est (presque) invisible
Sorti des écrans radars depuis décembre, le président congolais Joseph Kabila entretient d'inquiétantes spéculations sur son état de santé.
Africa Intelligence
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Sorti des écrans radars depuis décembre, le président congolais Joseph Kabila entretient d'inquiétantes spéculations sur son état de santé.

Suite à sa réélection en novembre dans de très mauvaises conditions, Joseph Kabila n’a fait qu'une très rare apparition depuis sa prestation de serment du 20 décembre. Selon des informations recueillies au sein du premier cercle présidentiel, le chef de l’Etat aurait été victime, mi-janvier, d’un léger accident vasculaire cérébral (AVC). Il aurait alors été pris médicalement en charge dans la province du Katanga par des équipes sud-africaines, avant d'être rapatrié à Kinshasa où il suit une convalescence. De quoi expliquer son absence à des rendez-vous ayant, ces dernières semaines, nécessité sa présence, même a minima.

Ainsi, Joseph Kabila n'est pas apparu à l'occasion de la visite, fin janvier à Kinshasa, d’Hervé Ladsous, le secrétaire général adjoint des Nations unies chargé des opérations de maintien de la paix (OMP). Fait rare dans l’histoire diplomatique du Congo-K depuis la période de Mobutu Sese Seko, la cérémonie des vœux au corps diplomatique, organisée chaque année en janvier, ne s’est toujours pas tenue. Preuve d'un réel problème au palais présidentiel, Joseph Kabila n'a été vu que quelques minutes, le 13 février, à la cérémonie de deuil de son bras droit, Augustin Katumba Mwanke, décédé la veille dans un crash aérien à Bukavu.

Par ailleurs, les membres des corps constitués (ministres, ambassadeurs…) élus députés aux législatives de novembre n’ont toujours pas quitté leur poste, alors que la loi interdit le cumul entre des fonctions ministérielle et parlementaire. Aucun décret présidentiel n’a été signé en ce sens. Une vacance du pouvoir propulserait l'actuel président du Parlement Kengo wa Dondo, opposant déclaré à Joseph Kabila, qui assurerait l’intérim avant l’organisation de nouvelles élections

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE