22/02/2012 01:19:37
Tchad et Bénin : bientôt un alphabet national
Dans un proche avenir, l'alphabet national du Tchad verra le jour. Le gouvernement béninois quand à lui envisage très prochainement de promouvoir les programmes d'enseignement des langues nationales dans le système éducatif formel
Xinhua
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Dans un proche avenir, l'alphabet national du Tchad verra le jour. Le gouvernement béninois quand à lui envisage très prochainement de promouvoir les programmes d'enseignement des langues nationales dans le système éducatif formel

Tchad : bientôt un alphabet national

Dans un proche avenir, l'alphabet national du Tchad verra le jour, a déclaré le ministre de l'Enseignement primaire et de l'éducation civique, Faitchou Etienne, à l'occasion de la Journée internationale de la langue maternelle célébrée mardi.

Déjà validé par les techniciens, cet important document est en deux versions (latine et arabe)." Il sert à écrire facilement et rapidement les langues nationales et conduit à un rythme exponentiel vers la maîtrise des langues officielles (le français et l'arabe, Ndlr)", a précisé M. Faitchou Etienne.

Selon le ministre, une étude sociolinguistique sera systématiquement menée sur l’ensemble du territoire national pour déterminer avec exactitude le nombre de toutes les langues maternelles en vue d’établir la carte linguistique officielle du Tchad.

Vers les années 70, des enquêtes ont été menées conjointement par le Comité national de recherches scientifiques et l'Institut national tchadien pour les sciences humaines dans le cadre d'un projet d'inventaire et de classification des langues du Tchad. Les résultats de ces enquêtes, contenus dans l'atlas du Tchad, donnent un chiffre d'environ 150 langues.

 En mai et juin 1976, l'Institut national des sciences de l'éducation et l'UNESCO ont réalisé des enquêtes sur l'utilisation et la transcription des langues du Tchad. Le rapport de ces enquêtes donne environ 90 langues.

Selon l'association Société internationale de linguistique (SIL), présente au pays depuis 1990, il y a environ 120 langues au Tchad.

 Le département des sciences de langage de l'Université de N'Djaména avance, pour sa part, 170 langues. "La direction de la promotion des langues nationales du ministère tchadien de l'Enseignement primaire et de l'éducation civique, quant à elle, se contente du chiffre de la SIL compte tenu des multiples travaux de recherche que cette ONG a menés sur le terrain", a déclaré M. Faitchou Etienne.

"Cette diversité linguistique, qui renvoie forcement à la diversité culturelle, doit être utilisée au service du développement de notre pays", a-t-il conclu.

Bénin: Vers l'introduction des langues nationales dans le système éducatif formel

Le gouvernement béninois envisage très prochainement de promouvoir les programmes d'enseignement des langues nationales dans le système éducatif formel, a annoncé mardi à Cotonou, le ministre béninois de la Culture, de l'Alphabétisation, de l'Artisant et du Tourisme, Michel-Jean Abimbola.

"Nous travaillons à promouvoir les programmes d'enseignement des langues nationales dans le système éducatif formel déjà élaborés, valides et rendus disponibles", a-t-il déclaré, lors de son message à la nation lancé à l'occasion de la 13ème journée internationale de la langue maternelle.

Pour le Bénin, la question n'est plus de savoir pourquoi les langues nationales dans le système éducatif formel mais plutôt de chercher comment intégrer les langues nationales au système éducatif formel, a-t-il poursuivi. "Pour répondre à cette question, il a été mis en place une Commission interministérielle de pilotage de l'introduction des langues nationales avec son secrétariat permanent", a-t-il indiqué, précisant les objectifs visés par l'exécutif béninois à travers cette politique. "Le but visé par l'exécutif béninois en initiant l'introduction des langues nationales dans le système éducatif formel est de promouvoir ces langues menacées de disparition", a-t-il souligné.

Le Benin, a-t-il expliqué, a sur son territoire un peu plus de 70 langues maternelles.

"Pour diverses raisons, un grand nombre de langues maternelles sont en voie de disparition au Benin, avec par exemple le 'Bulba' à Tangiéta et le "Tchinka" à Malanville. Avec la disparition d'une langue, c'est tout un pan de la culture du peuple qui meurt avec elle", a-t-il déploré, invitant le peuple béninois à une prise de conscience.

 "J'invite le peuple béninois à prendre conscience de l'importante richesse que constituent nos langues maternelles et à en faire des vecteurs d'initiatives de développement au-delà de leurs aspects communicationnels", a-t-il indiqué.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE