29/02/2012 02:24:09
Manoeuvres. Lettre ouverte au Président Boni Yayi
Il nous revient que des manœuvres politiques secrètes sont actuellement en cours visant à exécuter les termes d’un mandat d’arrêt international  contre de paisibles personnalités ivoiriennes réfugiés chez nous. La récente visite d’Alain Juppé, Ministre français des Affaires Etrangères, au Benin s’inscrit certainement aussi dans ce cadre, eu égard au rôle combien néfaste que joua la diplomatie française dans le coup d’Etat militaire contre le Président Gbagbo en Avril 2011.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Lettre ouverte au Président Boni Yayi, Chef de l’Etat, Chef du gouvernement
et au Ministre de l’Intérieur Bénoit Dègla

                                                
Excellence, Monsieur le Président,
Monsieur le Ministre,

Il nous revient que des manœuvres politiques secrètes sont actuellement en cours visant à exécuter les termes d’un mandat d’arrêt international  contre de paisibles personnalités ivoiriennes réfugiés chez nous. La récente visite d’Alain Juppé, Ministre français des Affaires Etrangères, au Benin s’inscrit certainement aussi dans ce cadre, eu égard au rôle combien néfaste que joua la diplomatie française dans le coup d’Etat militaire contre le Président Gbagbo en Avril 2011.

En effet, dans sa parution du 20 février 2012, le quotidien béninois Fraternité nous apprend que 13 hauts dignitaires de l’ancien régime de Laurent Gbagbo sont l’objet d’un mandat d’arrêt international  par la section béninoise d’Interpool.

Par ailleurs, une note du Ministre béninois de l’Intérieur Bénoit Dègla, à votre attention,  affirmait que « D’ores et déjà, les services compétents de la Direction générale de la Police nationale ont engagé les recherches subséquentes à l’exécution desdits mandats et tout fait nouveau fera l’objet de compte-rendu à votre Haute Autorité».

Boni YayiJe voudrais vous signifier, au travers de cette interpellation publique, le caractère dangereux et suicidaire d’une telle entreprise si elle venait à s’accomplir. Votre responsabilité en tant que Chef d’Etat béninois ainsi que celle de votre gouvernement seraient clairement engagées devant l’Histoire, l’opinion publique béninoise et africaine comme responsable de ce qu’il adviendrait de ces personnalités réfugiées chez nous. Au regard de ce qui précède, mon hostilité à l’exécution de ce mandat se fonde entre autres, sur les raisons suivantes :

1- Votre responsabilité de Président en exercice de l’Union Africaine

Monsieur le Président, vous aviez à votre corps défendant, tenté de concilier les vues des différents protagonistes de la crise ivoirienne avec l’infortune qu’on sait. Donc vous connaissez parfaitement les méandres de cette crise ainsi que les responsabilités de chaque acteur politique ivoirien. A ce titre, vous devez clairement vous opposer à cette manœuvre politique de M. Ouattara et ses complices qui voudraient faire du Bénin l’allié objectif d’une mascarade judiciaire gravement attentatoire à une véritable réconciliation nationale en Côte d’Ivoire. 

Par ailleurs, en votre qualité de Président assurant la présidence tournante de l’Union Africaine, il n’est pas superflu de porter à votre attention que de nombreuses personnalités ivoiriennes et leurs proches sont détenues dans les prisons de M. Ouattara au mépris des dispositions juridiques de la Charte africaine des droits de l’Homme notamment en ses articles 5, 6, et 7 qui consacrent la liberté et sécurité individuelles ainsi que la dignité humaine hors de tout traitement inhumain dégradant. Ces personnalités, depuis plusieurs mois sont incarcérées sans jugement.

Il est aussi de votre ressort d’exhorter de manière ferme les nouvelles autorités à cultiver un dialogue inclusif sans préalable visant à créer les conditions d’une sécurité réelle des biens et des personnes, laquelle favoriserait le retour d’exil des milliers de refugiés ivoiriens vivant au Togo, Bénin, Libéria et au Ghana. C’est le minimum qu’on puisse attendre de votre mandat à la tête de l’Union Africaine.

L’Union Africaine, vous en conviendrez sans doute, doit impérativement faire peau neuve et changer de paradigme quant à sa façon de résoudre les conflits qui meurtrissent si souvent l’Afrique. Son discrédit va grandissant au sein de l’opinion publique africaine qui la perçoit comme une institution-croupion phagocytée par l’Occident.

2- Préserver la réputation de terre d’hospitalité du Bénin

Excellence, Monsieur le Président,
Monsieur le Ministre,

Malgré tous les soubresauts qu’a connu notre pays, il est édifiant de constater combien ont toujours été sauvegardées la cohésion nationale et une certaine « paix des braves » entre les différentes chapelles politiques béninoises.

Même durant les années où nous étions considérés à juste titre comme « l’enfant malade » de l’Afrique à cause de la propension du Dahomey d’alors, à enfanter des putschs militaires, jamais nous n’avions franchi le rubicon des assassinats politiques et autres massacres massifs des populations béninoises.

C’est une expérience politique à faire partager aux nouvelles autorités en charge de la Cote d’Ivoire. Comment ne pas ressentir une certaine fierté personnelle lorsqu’à l’occasion d’un évènement officiel (la fête nationale du 01 Août, par exemple), tous nos anciens Chefs d’Etat -civils ou militaires- se tenaient proches les uns des autres et ce, en estime réciproque. Ainsi les Présidents Maga, Ahomadegbé, Zinsou, Kouandété, Kérékou, Soglo... ont su préserver l’essentiel en évitant de recourir à l’assassinat politique de leurs adversaires respectifs. Leur esprit de tolérance et d’ouverture politique expliquent sans doute cela.

Sur un tout autre plan, le Bénin a longtemps accueilli des milliers de refugiés togolais sur son sol durant les années 90 et plus récemment en 2005 lors des massacres ayant suivi le décès du Président togolais Gnassingbé Eyadema et le transfert des charges présidentielles à son fils Faure Gnassingbé. Idem pour de nombreux citoyens rwandais et burundais durant le génocide au Rwanda et les massacres au Burundi dans les années 1994/1995.

Que dire des nombreux citoyens congolais des deux rives du fleuve Congo que notre pays a accueilli en 1997 durant la guerre civile à Brazzaville (Congo) d’une part et l’arrivée au pouvoir de Laurent Désiré Kabila en République Démocratique du Congo d’autre part. L’accueil récent des centaines de réfugiés ivoiriens fuyant la barbarie des milices tribales de Guillaume Soro sous la responsabilité de M. Ouattara, s’inscrit aussi dans cette longue tradition d’hospitalité béninoise.

Or la perspective d’une extradition éventuelle des personnalités ivoiriennes proches du Président Gbagbo ou anciens serviteurs de l’Etat de Côte d’Ivoire serait non seulement une faute politique grave mais aussi une menace pour la cohésion nationale ivoirienne déjà fort mise à mal par « le rattrapage ethnique » de M. Ouattara. Cette extradition éventuelle pourrait dissoudre le « contrat d’accueil » qui nous lie depuis plusieurs décennies déjà aux personnes refugiées dans nos contrées.  Vous devez, Monsieur le Président, ne pas prêter flanc à cette mascarade judiciaire en vous opposant fermement à tout renvoi de ces réfugiés vers Abidjan.

3- Récuser la vengeance justicière en cours en Cote d’Ivoire

Une sagesse bantoue nous apprend que « lorsqu’on a mis les genoux de son adversaire à terre, il est inutile de lui jeter du sable à la figure ».  L’innommable se produit sous nos yeux à Abidjan ! Le crime, le mensonge, le déshonneur et le poltronisme politique dans toute sa laideur. Sans parler de la Justice ivoirienne, cette faucheuse à sens unique dont le discrédit public a atteint le seuil de l’infamie. Comment qualifier aujourd’hui ce qui se passe à Abidjan sinon d’une volonté d’humilier et de faire rendre gorge tous ceux qui n’ont pas l’heur de plaire aux nouveaux « administrateurs » de l’Etat de Cote d’Ivoire et à leurs mandataires occidentaux. Les dignitaires de l’ancien régime relégués désormais au rang de « sans-culottes », sont contraints à la mendicité, à la maladie et à l’indigence matérielle pour survivre. Rien pourtant ne justifie cette chasse à l’homme.

Tous les proches de M. Ouattara et des FRCI (Forces Républicaine de Cote d’Ivoire !) coupables de pires crimes comme les massacres à Duékoué (27 au 29 mars 2011), les incendies de villages, les pillages de banques locales, les exécutions sommaires de citoyens, les pillages et vols à main armée, ne sont guère inquiétés et narguent leurs victimes.

Plus affligeant encore, est l’absence d’un grand dessein national dans ce sombre tableau ivoirien. La Cote d’Ivoire est « gérée » au jour le jour sans rétrospective et hélas, sans prospective. Une gouvernance à la petite semaine !
L’insécurité règne en maître, le saupoudrage est partout, l’auto-adoration est célébrée et le griottage médiatique fait le reste. Pendant ce temps, des milliers de personnes sont licenciés sans ménagement de l’administration publique et autres offices d’Etat parce que jugées proches de Gbagbo. Cette nouvelle doxa politique s’appelle le « rattrapage ethnique », sorte de néologisme de l’Etat-dioula inventé par M. Ouattara, ce Barrientos aux petits pieds. 

Cet état de fait abondamment décrit par les médias ivoiriens et internationaux résume bien le nouvel ordre ivoirien.  Un pays en réalité victime de ce que Wangari Maathai, l’ancienne Prix Nobel de la Paix qualifie de « syndrome du mauvais autobus » parce que porteur d’instabilité, de précarité sociale et d’impasse politique.

Monsieur le Président, vous avez à l’égard du peuple ivoirien et des africains, une exigence de vérité et de justice, loin de toutes collusions politiciennes. Le Bénin vous observe.

En guise de conclusion, je voudrais vous rappeler que le Bénin n’est pas une république bananière, par conséquent, votre responsabilité politique est clairement engagée  si ces différentes personnalités ivoiriennes venaient à être renvoyées à Abidjan. Inutile de vous décrire ce qui les attend dans les geôles ivoiriennes. Le Bénin a une ancienne culture de dialogue politique, ce qui fait qu’aucun prisonnier politique ne croupit dans nos prisons depuis le Renouveau démocratique opéré après la Conférence Nationale de Février 1990.
Votre leadership doit pouvoir capitaliser tout cet héritage historique et politique béninois, en affirmant clairement la primauté des principes et règles démocratiques face à la tentation autocratique de M. Ouattara.
Salutations distinguées.                       

Bruxelles le 26 février 2012

Olivier FADO
Citoyen béninois
Vice-président du MORAF (Mouvement pour la Renaissance Africaine)
m.moraf@yahoo.fr

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE