29/02/2012 02:56:30
Charles Onana : Je suis meurtri que mon pays politise mon travail
Un autre abus du pouvoir camerounais.
Le nouveau courrier
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Charles Onana

L’Hôtel Hilton de Yaoundé était, à en croire la presse camerounaise, noire de monde le jeudi dernier à l’occasion de la dédicace du livre «Côte d’Ivoire : Le coup d’Etat» du journaliste franco-camerounais Charles Onana. Selon le journal de feu Pius Njawé, Le Messager : «Les nombreux invités à la dédicace de cet ouvrage qui n’est pourtant pas censuré au Cameroun ont été éconduits au Hilton Hôtel. Beaucoup y voient une action conjuguée des ambassadeurs de Cote d’Ivoire et de France au Cameroun». Dans son article au vitriol, Jean François Channon nous apprend que l’ambassadeur Dosso Adama de la Côte d’Ivoire suivait de très près l’organisation de cette dédicace où était annoncé en invité spécial le ministre Justin Koné Katinan, porte-parole du président Laurent Gbagbo.

«(…) Alors que nous enquêtons pour savoir l’origine de l’interdiction de cette dédicace, nous recevons un appel de l’ambassadeur de Côte d’Ivoire qui disait chercher à savoir si la manifestation avait été finalement autorisée…». Dans l’échange que nous avons eu avec lui, Dosso Adama nous informe que la manifestation n’a pas été déclarée et le dit en ces termes : «Je pense que les organisateurs de cette manifestation ne l’ont tout simplement pas déclaré». Son affirmation est battue en brèche par Benjamin Lipawing, membre de l’appareil de communication du RDPC (le parti au pouvoir au Cameroun) et attaché de presse de cette dédicace. Pour lui, ce que dit l’ambassadeur ivoirien ne reflète pas la vérité. «Ce n’est pas vrai de dire que la manifestation n’a pas été déclarée. Elle a bel et bien été déclarée par Hervé Emmanuel Nkom (un baron du RDPC- Ndlr), le principal organisateur de cette dédicace qui est aussi un juriste averti. En fait, tout montre bel et bien qu’il y a eu des pressions diplomatiques. Et c’est dommage». Le quotidien
Mutations quand à lui, nous apprend que le Sous-préfet Albert Mekondane Obounou de l’arrondissement de Yaoundé 3 a pris la décision d’annuler la cérémonie et que c’est «un excès de zèle de la part du pouvoir camerounais».

Pour l’auteur du livre que nous avons joint au téléphone pendant qu’il revenait du département du Mbam, dans la région du centre, «les gens veulent forcément politiser un travail de recherche qui ne fait que rétablir les faits dans toute leur véracité en ce qui concerne la crise ivoirienne». Sur un ton posé mais ferme, Charles Onana dit être «meurtri que son pays ait politisé mon travail». Il profite pour nous informer que malgré tout, le livre sera mis en vente dès le début de la semaine dans deux librairies de la capitale camerounaise.

Quand à nous, nous avons fait l’objet de la méprise de la DST camerounaise. Pour rappelle, parti couvrir la cérémonie de dédicace, nous avons été arrêté par les policiers camerounais qui nous confonde avec le Ministre Koné Katinan. Malgré les preuves apportées, l’enquête se poursuit et tous nos papiers sont toujours aux mains de la DST camerounaise.

Marc Blanchard K.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE