07/03/2012 01:57:27
Cameroun. Assemblée nationale: Le doyen d'âge dénonce les fraudes électorales
Dans son allocution lors de la cérémonie protocolaire d’ouverture de la session parlementaire hier mardi 6 mars 2012, Fonso Peter Choo, a regretté les dysfonctionnements qui ont émaillé la présidentielle de 2011.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Dans son allocution lors de la cérémonie protocolaire d’ouverture de la session parlementaire hier mardi 6 mars 2012, Fonso Peter Choo, a regretté les dysfonctionnements qui ont émaillé la présidentielle de 2011.

La première session ordinaire de l’année législative 2012 s’est ouverte hier mardi, 6 mars à l’hémicycle du palais des Verres de Ngoa-Ekélé à Yaoundé. Plus d’une centaine de députés, tant de l’opposition que du parti au pouvoir, ont pris part à la cérémonie d’ouverture de cette session. Une quinzaine de ministres aussi, avec à leur tête le Premier ministre, Philémon Yang. Occasion a ainsi été donnée au doyen d’âge à l’Assemblée nationale, l’honorable Fonso Peter Choo, de dénoncer sans complaisance les dysfonctionnements ayant émaillés le déroulement de l’élection présidentielle du 9 octobre 2011. 

Il remarque que ces irrégularités ont été reconnues même par la plus haute autorité de l’Etat. Selon le député, ces manquements ont laissé un goût d’inachevé dans la conduite des missions dévolues à Elecam, l’organe chargé de l’organisation des élections au Cameroun.

« Elecam a fait montre d’un ensemble de dysfonctionnements, qui n’étaient pas certes de nature à remettre en question l’issue du scrutin, mais qui nous auront laissés quelques doutes quant à la capacité de cet organe à jouer son rôle », regrette l’honorable Fonso Peter Choo. Heureusement, se réjouit-il, que sur haute instruction du chef de l’Etat, des dispositions sont en train d’être prises par le gouvernement et Elecam, pour corriger ces manquements. Il cite notamment la refonte du fichier électoral, l’élaboration d’un code électoral harmonisé et l’instauration de la biométrie qui est une « technique jugée imparable aujourd’hui pour l’identification des électeurs afin d’éviter par exemple le phénomène des votes multiples ».

Réunification.

L’autre préoccupation de l’honorable Fonso Peter Choo a porté sur la commémoration de la Réunification. Il a vivement souhaité que cette célébration prévue à Buea, chef-lieu de la région du Sud-Ouest, le 1er octobre prochain, ne soit pas considérée comme une fête réservée aux seuls anglophones. « l’évènement concerne et interpelle tous les compatriotes, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, musulmans, chrétiens ou animistes, anglophones et francophones », exhorte-t-il. « Je souhaite que cette célébration soit guidée par des considérations historiques et non de politique politicienne afin que nos enfants et la communauté mondiale puisse véritablement s’imprégner de notre passé », souligne le doyen d’âge, non sans féliciter le gouvernement de la République pour les initiatives engagées en vue de faire du Cameroun un pays émergent à l’horizon 2035. Il cite par exemple les grands chantiers actuellement en cours sur l’ensemble du territoire, et le supplément ajouté aux enseignants, dans le cadre des primes de documentation et de recherche. La session qui se poursuit devrait connaître dans les prochains jours, l’élection du président de l’Assemblée nationale. Une consultation que d’aucuns annoncent gagnée d’office par le président sortant Cavaye Yéguié Djibril.

Joseph Flavien KANKEU

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE