07/03/2012 03:08:06
Quant on sabra... Chatila
« I’m a poor lonesome cowboy, and a long way from home... »
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Kadhafi le guide

Mon enfance a été bercée de beaucoup de Bd. Il y avait Tintin au Congo. Avec le capitaine haddock, Tintin était un de mes héros préférés. Il préfigurait déjà le tintin français d’aujourd’hui, qui pour un oui ou pour un nom, envoie sa horde de légionnaires bouffer du nègre et son pétrole. J’ai aussi beaucoup lu Lucky Luke, héros du Far West, qui tire plus vite que son ombre.

L’histoire se termine toujours de la même manière. Juché sur ‘Joly Jumper’ son cheval mythique, sur fond de soleil couchant qui préfigure une aube nouvelle de conquêtes, Lucky Luke s’en va vers d’autres horizons en chantant : « I’m a poor lonesome cowboy, and a long way from home ».

Le justicier était toujours parti vers de nouvelles aventures, comme George Bush l’Américain, loin, très loin de chez lui. Enfin j’adorais René Goscinny au scénario et Albert Uderzo au dessin qui nous ont offert une série de Bd appelée Astérix et Obélix. Chaque épisode commence par : « Nous sommes en 50 avant Jésus-Christ ; toute la Gaule est occupée par les Romains… Toute ? Non ! Car un village peuplé d'irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l'envahisseur. Ce village gaulois peuplé d’hommes fiers et courageux n’a jamais plié les genoux face à l’armée romaine ».

Ce n’est pas le cas d’Israël. Depuis l’instauration par la force de l’Etat d’Israël en Palestine, que de sang a coulé sur la montagne. Témoin entre autres le massacre de Sabra et Chatila en 1982. Les personnes assassinées étaient des hommes âgés, des femmes et des enfants. L’armée israélienne et ses supplétifs avaient tué au Liban de milliers de morts sans défense. Les victimes et les survivants des massacres n’ont jamais eu droit à une enquête officielle sur la tragédie.

Mais qu’est-ce qui fait la force et l’arrogance de ce petit Etat doté de la bombe nucléaire et entouré de pays arabes hostiles ? Le monde occidental lui doit tout. Lui pardonne tout et lui donne tout sous le prétexte de l’aider à se protéger. Alors Israël ne doute de rien. Le parapluie américain lui permet la violation de tous les traités.
La mauvaise foi et l’injustice occidentales sont tellement patentes que lorsque l’Iran hostile à Israël tente de se doter de la bombe nucléaire, les Américains attrapent la grippe. Sous le couvert du parapluie américain, le Premier ministre israélien, s’est dit prêt à défier Téhéran avec l’assurance que les États-Unis agiront militairement contre le programme nucléaire iranien si Téhéran décide de passer au stade de la production d'armes nucléaires. Deux poids, deux mesures ? Ainsi va le monde où la loi de la force a supplanté la force de la loi.

Les Américains ont inventé la fable d’armes de destruction massive pour bombarder l’Irak à des milliers de kilomètres de leur pays et tuer son président Saddam Hussein. En Lybie, les bombes de l’Otan ont fait tellement de ravage que les autorités religieuses de la ville de Syrte (Libye) avaient promulgué une fatwa autorisant les habitants survivants à manger les chiens et les chats.

Durant plus d’un mois, 3 000 soldats et 80 000 civils ont été pris au piège. Pour faire tomber Kadhafi qui ne leur a rien fait et installer des hommes à leur solde, la ville était assiégée par les forces du Conseil national de transition encadrées par des officiers de la Coalition internationale dont la France et bombardée par l’Otan. Syrte n’était plus approvisionnée en nourriture. L’électricité et l’eau étaient coupées. Les hôpitaux ne fonctionnaient plus. Aujourd’hui où Kadhafi a été assassiné, la ville n’est plus que ruines.

Personne pour reconnaître que le siège et le bombardement français constituent des crimes de guerre au regard des normes internationales compte tenu du fait que la population civile en était la principale victime. L’Otan est très présente ces derniers temps sur le théâtre des tragédies en Afrique où les Occidentaux ne prennent plus de gants lorsqu’il s’agit de changer un dictateur par un autre. Mais à quoi bon disserter sur les «guerres humanitaires» au Kosovo, en Irak, en Afghanistan, en Libye, en Côte-d’Ivoire et demain en Syrie ou en Iran ? La guerre, c’est bon pour les affaires.

Les affaires ? « Les affaires, c'est le sang des Hommes » disait Georges Bernanos. La guerre, dit la chanson « et ses jolis bombardements, ça fait marcher le bâtiment et les industries militaires (…) La guerre et les méchants à tour de rôle qui vont passer à la casserole, on leur pompera leur pétrole pour faire fonctionner nos bagnoles ».

C’est ce que l’Afrique apprend à ses dépens pour mieux assimiler le nouvel ordre mondial qui depuis la Deuxième Guerre mondiale, a fait la part belle aux Occidentaux, qui se sont partagé le monde. « La guerre, c’est bon pour les affaires. Les puissants groupes financiers qui manipulent de façon quotidienne les valeurs boursières, les marchés de la monnaie et ceux des matières premières font aussi la promotion de la poursuite de la guerre et de son escalade », notamment dans les républiques bananières nanties de matières premières de toutes sortes.

Surtout quand les dirigeants de ces pays ne sont plus fréquentables comme Gbagbo ou Saddam Hussein, ou montrent des velléités d’indépendance comme Kadhafi. Pour la France comme pour les Etats-unis et leur joker israélien, la guerre contre l’Afrique et partout où coule l’or noir est le moteur essentiel de la croissance, de la richesse des pays du nord qui s’affairent ensuite pour la reconstruction à crédit de ce qu’ils ont détruit, au frais du pays détruit qui croulera sous le poids de la dette internationale.

Le Moyen-Orient et l’Afrique sont des marchés porteurs de profits mirobolants. Massacres de masse, destructions sauvages des infrastructures de vie, des pays, des sociétés humaines, c’est bon pour les affaires !
Mais le sait-on ? Le petit village gaulois d’Astérix plie mais ne rompt pas. Avec des armes, de la brutalité, des tanks, des bombes, il est facile de conquérir un pays pauvre. Ce qui est difficile, c'est de conquérir le peuple qui y vit!

Bon mercredi et à mercredi

Edking

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE