08/03/2012 01:08:27
Cameroun. Pagne du 8 mars: Mafia gouvernementale autour du logo officiel
Comme lors de la célébration du Cinquantenaire de l’indépendance, le gagnant du prix du logo officiel dénonce une main basse sur son prix. Bisbilles à quelques heures de la grand-messe féminine qui se commémore ce jour.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Comme lors de la célébration du Cinquantenaire de l’indépendance, le gagnant du prix du logo officiel dénonce une main basse sur son prix. Bisbilles à quelques heures de la grand-messe féminine qui se commémore ce jour.
 
Le nommé Bernard Baima est aussi tendu qu’un pagne neuf. Pour cause, l’étudiant en master à la Faculté des sciences juridiques et politiques (Fsjp) de l’Université de Ngaoundéré revendique mordicus le premier prix du concours de la maquette du logo officiel du pagne du 8 mars 2012. On se souvient que ledit concours avait été lancé par la circulaire N°11/minproff/Cab du ministre de la Promotion de la femme et de la famille. Officiellement, les résultats du concours en question classe (ou relègue) le plaignant au quatrième rang. La remise des différents prix aux cinq (5) lauréats retenus a d’ailleurs eu lieu le 18 janvier dernier à Yaoundé. L’étudiant Baima a, à l’occasion perçu la somme de 100 000 Fcfa. Contre une enveloppe de 250 000 Fcfa pour le vainqueur dont l’identité, aux yeux de certains observateurs, est sujet à caution.

Sinon comment expliquer qu’à la confession du pagne officiel du 8 mars 2012, c’est le chef-d’œuvre de l’étudiant à l’Université de Ngaoundéré qui a été préféré ? « Sur ce pagne, je retrouve mon logo qui est celui de deux femmes portant le Cameroun. Et en dessous, la main du chef de l’Etat remettant un nécessaire à la femme pour son développement tant dans le secteur formel qu’informel (Tic, Agriculture et santé) », dénonce Bernard Baima. Et d’ajouter que lors de la cérémonie de remise des prix à Yaoundé, les têtes à penser de cette supercherie gouvernementale se seraient employés à détourner son attention du pagne querellé. « Je m’attendais à ce que la table du ministre soit habillée par ce pagne mais, ce n’était pas le cas. C’est vers la fin de la cérémonie qu’on est venu plaquer un pagne au fond de la salle. Ce n’est qu’après le départ du ministre que je me suis approché de ce pagne pour enfin constater que c’était mon logo qui figurait. Mais, il se faisait déjà tard »

Pis, « lorsqu’on nous remettait les prix, on nous donnait une enveloppe et un carton emballé. On nous a fait savoir que, dans chaque carton se trouvaient 05 pagnes du 8 mars. Mais à ma grande surprise, j’ai retrouvé 01 seul pagne et les 04 autre étaient des pagnes ordinaires de 2.500F », argue celui qui dit avoir initié une correspondance respectivement au Minproff, au Pm, à la Mincult, au Minpemesa ainsi qu’au préfet de la Vina. Lettre morte. Soulignons qu’aucun des responsables cités plus haut n’a pour l’heure infirmé, ni confirmé la réception d’une correspondance de Bernard Baima. Toujours est-il que l’étudiant menace de saisir la Conac ; afin que toute la lumière soit faite sur ce qui s’apparente à de la mafia autour des logos officiels. Le rififi autour du logo officiel du Cinquantenaire n’est pas tout à fait digéré qu’une nouvelle affaire scabreuse est remise au goût du jour. Ce, à quelques heures seulement de la grand messe de demain.

Salomon KANKILI

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE