08/03/2012 17:11:54
D'abord la Syrie, puis l'Iran?
Selon Aviation Week, « les nouvelles installations syriennes perfectionnées servant à la collecte de renseignements et à la surveillance à distance » représentent un obstacle à une attaque israélienne contre l'Iran. 
Mondialisation.ca
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Soulignant la coopération entre la Syrie et l'Iran, l'article explique :La chute du gouvernement du président Bachar Al-Assad pourrait créer un chaos qui protégerait une attaque des États-Unis ou d'Israël contre l'Iran. Autrement, la Syrie pourrait fournir à l'Iran une alerte rapide. (David Fulghum, Syria Key To Iranian Defenses Against West, 6 mars 2012.)

Cette information appuie l'argument avancé par plusieurs médias indépendants voulant que « la route vers Téhéran passe par Damas ». Selon de nombreux reportages, l'insurrection armée en Syrie, appuyée par l'étranger, est une opération clandestine visant à renverser le gouvernement syrien, le seul allié de l'Iran dans la région. Les médias dominants occidentaux continuent de présenter l'insurrection comme un mouvement de contestation pacifique, même si la secrétaire d'État des États-Unis, Hillary Clinton a admis qu'Al-Qaïda en faisait partie.

L'article d'Aviation Week mentionne que la chute de Bachar Al-Assad affaiblirait l'Iran et faciliterait une attaque des États-Unis et d'Israël.On ajoute qu'une attaque contre l'Iran par Israël se ferait « par l'espace aérien de la Syrie, de la Turquie, de la Jordanie ou de l'Arabie Saoudite ».

Toutefois, les systèmes de renseignement perfectionnés de la Syrie permettent dorénavant la surveillance électronique « d'Israël, de la Jordanie et du nord de l'Arabie Saoudite », ainsi qu'une station radar installée sur le Mont Sannine, « dominant le plateau du Golan, occupé par Israël, ainsi que la plaine de Bekaa, contrôlée par le Hezbollah et la Syrie ».

Les améliorations apportées par les Russes aux systèmes syriens serviront par ailleurs à « suivre les trajectoires navales et aériennes des États-Unis et d'Israël dans l'est de la Méditerranée, y compris en Grèce et à Chypre (où les États-Unis possèdent leur propres installations vouées au renseignement) ».D'autres reportages affirment que des troupes britanniques et qataries établies à Homs « sont en train d'ouvrir la voie à une incursion militaire clandestine [de la Syrie] par la Turquie ». (British and Qatari troops already waging secret war in Syria?- 13 undercover French army officers seized in Syria, Lanka Newspapers, 6 mars 2012.)

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE