09/03/2012 02:05:58
Après avoir fait de la résistance. Soro quitte enfin la primature
Voici les ministres qui doivent le suivre
Le nouveau courrier
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Voici les ministres qui doivent le suivre

Dans l’action gouvernementale post-crise, plusieurs ministres de Ouattara n’ont pas donné de résultats encourageants dans la conduite des affaires de leurs départements ministériels. Si certains d’entre eux ont eu le mérite de bien se «débrouiller», ce n’est pas le cas pour les autres. On continue de s’interroger sur les critères qui ont prévalu dans le choix de bon nombre de ces ministres, par rapport à la délicatesse des portefeuilles ministériels qu’ils occupent. Dès la formation de ce gouvernement sortant, Le Nouveau courrier a attiré l’attention sur le caractère pléthorique de l’équipe, dont les critères de sélection reposaient beaucoup plus sur la «récompense» que sur la compétence.

Dix mois après la mise en place du gouvernement dit «de six mois», les résultats sont très mitigés, pour ne pas dire catastrophiques dans beaucoup de domaines. Sur cette base, un certain nombre de personnalités devraient passer la main.

Au nombre de ceux-ci, Babo Darret, ministre chargé des ex-combattants et des victimes de guerre. Il a quasiment été l’ombre de lui-même, sans aucune influence sur les structures en charge de la question de la démobilisation et de réinsertion des combattants, comme le PNNRC sous tutelle de la primature. De toute évidence, sa nomination à ce poste tenait plus à un devoir de reconnaissance de Ouattara au travail de feu Guédé Guinan, frère aîné de l’actuel ministre des ex-combattants.

Quant à Anne Ouloto dit Maman Bulldozer, actuel ministre chargée de la Salubrité, même si ses débuts ont séduit plus d’un Ivoirien, elle avait fini par verser l’autocélébration et les mic-mac. L’ex-porte-parole de Ouattara a péché en attribuant un marché, au fondement douteux, de 60 milliards de Fcfa pour le ramassage des ordures, à une entreprise créée il y avait moins de 6 mois. Et qui se trouve être celle des Bictogo. Le scandale des ordures risque de l’emporter si son mentor ne veut pas se mettre à dos la Banque mondiale très regardante sur les questions de bonne gouvernance.

Pour sa part, Dagobert Banzio, ministre du Commerce, n’a pas su résorber le problème de la flambée des prix. On peut dire même d’ores et déjà qu’il s’est laissé emporter dans les airs par les prix, avec des théories sans fondement et qui n’ont donné, tout naturellement, le moindre résultat.

Paul Koffi, Gnénéma, Ouloto...
 
Plusieurs fois, il a annoncé la baisse des prix de certains produits alimentaires qui se sont avérés loin de la réalité. Comme le cas du kilo de la viande, du riz. Alors que les Ivoiriens qui sortaient d’une grave crise attendaient de lui des prix des denrées alimentaires accessibles, l’espoir s’est vite transformé en cauchemar. Et à ce jour, ils ne cessent de grimper. Une autre grosse déception, c’est sans nul doute Coulibaly Gnenema, ministre chargé des Droits de l’homme. Un magistrat de formation, de surcroît, qui a choisi de se voler la face devant les graves cas de violations des droits de l’homme enregistrés ces derniers mois en Côte d’Ivoire. Surtout lorsque les victimes de la barbarie des FRCI et des partisans du régime étaient de l’opposition ou supposées telles.

On se souvient encore par ailleurs de sa campagne européenne pour le transfèrement du président Gbagbo à la Haye pendant que les Frci continuaient de martyriser les populations. Il est resté muet jusqu’à ce jour au sujet des évènements de Vavoua, Sikensi, Taï, Abengourou et récemment Arrah. La seule fois où il a donné de la voix, c’était à Bonon où des militants du Rdr avaient été tués, à la suite d’un affrontement avec des éléments de l’Onuci. A moins que ce ne soit en réalité un ministère chargé des Droits de l’homme des militants Rdr. Le ministre délégué à la Défense, Koffi Koffi Paul devrait le plus logiquement du monde céder son portefeuille ministériel, dépassé qu’il est par les événements. A part ses missions de bons offices dans les zones où des
éléments des Frci ont tué les civils, Koffi Koffi Paul n’a jamais su s’imposer.

Ainsi, on attend toujours les sanctions qu’il avait publiquement annoncées contre les éléments des Frci impliqués dans l’explosion d’une roquette à Grand-Lahou lors des campagnes pour les législatives. Partout où des violences ont été signalées, le délégué à la Défense donc proche collaborateur n’a vu que la main de miliciens pro-Gbagbo. Au point de coller cette étiquette à tous les jeunes des localités de l’ex-zone gouvernementale. Pourquoi donc ne pas confier ce poste à quelqu’un de moins passionné et capable d’élévation, c’est-à-dire de sortir de la logique de catégorisation des populations en pro ou anti Gbagbo.

Autre domaine à problème : les Sports. Logiquement, le ministre Philippe Légré ne devrait plus figurer sur la photo de famille des membres du gouvernement. Vomi par son parti, le Mfa et avec qui d’ailleurs il n’est pas en odeur de sainteté, Philippe Legré devrait faire ses adieux. Puisque le président du Mfa, Anaky Kobena ne l’avait véritablement pas coopté pour être le ministre Mfa dans le gouvernement.

Sa propension aussi à «déifier» Alassane Ouattara n’est pas faite pour arranger sa situation. Aux dernières nouvelles, une délégation du Mfa, composé des néo-députés, avait rencontré le président Bédié dans ce sens. Dans le nouveau gouvernement annoncé, on devrait s’attendre à un retour d’Anaky Kobena ou à tout le moins à la nomination d’un des 3 députés du Mfa. Il n’est pas fort surprenant que Kandia Camara quitte le ministère de l’Education nationale pour un autre département. Ses «accrochages» avec la langue de Molière jouent contre elle pour un ministère si important que l’Education nationale.

Démission de Soro

A côté de cela, plusieurs ministres risquent de faire leurs bagages avec la suppression de leurs départements ministériels. Adama Bictogo, apostrophé comme un affairiste né, pourrait rétrocéder les dossiers de l’Intégration africaine aux Affaires étrangères. Pour des questions d’efficacité Mamadou Sanogo (Construction et urbanisme) et Kaba (chargée des Logements) Niellé pourraient donner naissance à un seul ministère qui serait tenu par l’un des deux.

Le pari de la bonne gouvernance, tant chanté par Ouattara, c’est aussi avoir les hommes qu’il faut là où il faut sans forcément avoir un gouvernement extra large. Le temps des crises est définitivement passé, chante-t-il. Selon toute vraisemblance, si le nouveau gouvernement connu cet après midi, avec le conseil des ministres extraordinaire qui se tient aujourd’hui, le départ de Soro Guillaume sera officialisé avec sa démission et la dissolution de fait du gouvernement.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE