14/03/2012 04:08:58
La Chine met fin aux terres rares à bon marché
L'ère de l'approvisionnement de terres rares à bon marché en provenance de Chine est condamnée à s'achever, alors que le pays intensifie le contrôle de ces précieuses ressources en raison de préoccupations environnementales, a déclaré un député à l'Assemblée populaire nationale (APN, parlement chinois) en marge de la session annuelle en cours à Beijing.
Xinhua
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

L'ère de l'approvisionnement de terres rares à bon marché en provenance de Chine est condamnée à s'achever, alors que le pays intensifie le contrôle de ces précieuses ressources en raison de préoccupations environnementales, a déclaré un député à l'Assemblée populaire nationale (APN, parlement chinois) en marge de la session annuelle en cours à Beijing.

La Chine fournit au monde d'énormes quantités de produits à base de terres rares. Cependant, les coûts environnementaux n'ont pas été pris en compte lors de l'établissement des prix de ces produits, a indiqué Liao Jinqiu, économiste à l'Université de finances et d'économie du Jiangxi (est).

"L'exploitation des terres rares devra être davantage intégrée, et une chaîne industrielle devra être édifiée pour atténuer la pression environnementale générée par leur extraction excessive", a expliqué M. Liao.

On estime que la Chine possède d'abondantes réserves de terres rares, un groupe de 17 métaux essentiels à la production d'une variété de biens de haute technologie, dont les téléphones portables, les éoliennes, les batteries de voitures électriques et les missiles.

La Chine assure aujourd'hui plus de 90% de la production mondiale de terres rares, mais ses réserves ne représentent qu'environ un tiers de celles de la planète.

L'exploitation minière désordonnée des terres rares a été longtemps critiquée pour les dommages environnementaux qu'elle cause dans les régions du pays riches en terres rares. Selon les experts, le coût pour réparer les écosystèmes détruits par l'exploitation minière de terres rares sera très élevé.

Afin de contrôler les dommages environnementaux et protéger ses ressources, la Chine a suspendu la distribution de nouvelles licences de prospection et d'exploitation minière des terres rares, imposé des plafonds de production et des quotas d'exportation et annoncé des standards environnementaux plus stricts pour la production de terres rares.

Le changement des politiques chinoises concernant les terres rares aura un impact important sur les prix de ces métaux, selon des experts.

La Chine doit réglementer l'exploitation des terres rares et unifier ses exportations afin de s'assurer un droit à la parole lors de l'établissement des prix de ces produits.  

Le recours américain devant l'OMC contre les quotas de la Chine sur les terres rares pourrait aggraver la situation (COMMENTAIRE) 

La décision des Etats-Unis de déposer une plainte devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC) concernant les quotas imposés par la Chine sur ses exportations de terres rares risque de nuire aux relations commerciales bilatérales et de provoquer une réaction négative de la Chine, au lieu de régler le problème.

Le président américain Barack Obama va annoncer officiellement mardi que les Etats-Unis, conjointement avec l'Union européenne et le Japon, vont déposer une plainte auprès de l'OMC au sujet des quotas d'exportation de terres rares mis en place par la Chine, a-t-on appris lundi soir de la Maison Blanche.

On estime que la Chine possède d'abondantes réserves de terres rares, un groupe de 17 métaux essentiels à la fabrication de nombreux produits de haute technologie, tels que les téléphones portables, les écrans plats, les lasers, les éoliennes, les batteries de voitures électriques ou encore les missiles.

Les autorités américaines ont déclaré que la Chine, en imposant des quotas d'exportation sur les terres rares, avait, de manière déloyale, renforcé la compétitivité des acheteurs nationaux et provoqué la flambée des prix sur le marché mondial. La Chine a rejeté ces accusations, et ce pour de bonnes raisons.

L'OMC autorise ses membres à prendre les mesures qu'ils jugent nécessaires pour protéger les ressources et l'environnement, et estime que ces mesures sont équitables si les restrictions à l'exportation sont accompagnées de restrictions simultanées sur la production ou la consommation intérieure. Les quotas chinois d'exportation de terres rares entrent dans le cadre de ce règlement.
Au cours des dernières décennies, la Chine, en raison d'un manque de stratégie en matière de développement durable, a procédé à l'exploitation excessive de terres rares, qui ont été vendues à des prix très bas, et consécutivement, de graves problèmes environnementaux sont apparus dans de nombreuses régions.

La politique chinoise de quotas d'exportation sur les terres rares se justifie donc pleinement.
Pour promouvoir le développement sain de l'industrie, la Chine, en plus d'imposer des quotas d'exportation, a également suspendu la délivrance de nouveaux permis pour la prospection et l'exploitation minière, adopté des plafonds de production et des normes environnementales strictes, et elle s'est engagée dans une campagne de lutte contre les activités minières illégales.

En revanche, la Chine n'a jamais adopté de mesures discriminatoires préjudicables aux entreprises étrangères en termes d'approvisionnement de terres rares. Les dispositions sont en effet appliquées de la même manière aux entreprises nationales et étrangères, sans distinctions.

La Chine contribue toujours énormément à l'industrie des terres rares. Le pays, dont les gisements ne représentent qu'un tiers des réserves de la planète, assure aujourd'hui plus de 90% de la production mondiale de ces métaux très recherchés.

En déposant une plainte auprès de l'OMC contre la Chine, les Etats-Unis agissent de façon imprudente et inéquitable, car cette action pourrait porter préjudice aux relations commerciales entre les deux plus grandes économies du monde.

Face à de telles accusations déraisonnables et injustes, la Chine n'hésitera pas à défendre ses droits légitimes en cas de litige commercial.

Par conséquent, un choix plus avisé pour les Etats-Unis serait de s'asseoir à la table des négociations avec la Chine, pour résoudre le différend par le dialogue plutôt que d'en faire un problème international.

Les expériences passées ont montré que les décideurs de Washington doivent traiter ces questions avec la plus grande prudence, car le maintien de relations commerciales saines entre la Chine et les Etats-Unis sert les intérêts fondamentaux des deux pays.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE