06/08/2009 12:35:56
Niger : Le référendum conforme aux normes internationales, selon des observateurs
APA-Niamey(Niger) Des observateurs venus de la diaspora africaine en Europe, ont affirmé que le scrutin référendaire qui s’est tenu mardi dernier au Niger a répondu « dans son ensemble » aux normes internationales d’élection sécurisée « ouverte, libre, transparente et démocratique », selon un de ses membres, Modeste Ndraman, joint jeudi au téléphone par APA à Niamey.
APA (Agence de Presse Africaine)
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

 

Le président Mamadou Tanja (c) vote au référendum le 4 août 2009 à Niamey

 

Cette mission, a-t-il, s’est déployée dans sept des huit régions du Niger à savoir Tillabery, Dosso (ouest), Agadez( nord), Diffa (extreme-est), Zinder, Maradi (centre-est) et Niamey, la capitale.


«Il ressort des constats fondamentaux marquant ce scrutin du 4 août 2009. Il s'agit précisément de la reprise totale du fichier électoral à l'issue d'un recensement général de la population pour prendre en compte tous les citoyens nigériens remplissant les conditions requises par la loi, la disponibilité des listes électorales, et de la distribution à temps des cartes électorales », a indiqué M.Ndraman.


Les observateurs de la diaspora africaine en Europe ont aussi constaté « la promptitude de réaction » des autorités électorales qui ont opéré au fur et à mesure les correctifs nécessaires aux quelques insuffisances constatées lors des opérations électorales, notamment celles concernant les bulletins de vote et les listes électorales dans certains bureaux de vote, a-t-il ajouté.


La mission n’a cependant pas donné d’estimations chiffrées du taux de participation à ce referendum controversé et pour lequel l’opposition a appelé à un boycott général. Elle n’a non plus fait cas des incidents signalés dans plusieurs localités et ayant opposé des forces de l’ordre à des militants anti-référendum.


Plusieurs sources contactées par APA affirment que le taux de participation, principal enjeu de ce référendum, a été « très faible » à Niamey, la capitale, Maradi (centre), Dosso (sud), Tillabery (ouest) et Tahoua, le bastion du chef de file de l’opposition où des heurts ont émaillé le déroulement du scrutin dans la localité d’Illéla, ville natale de Elhadj Mahamadou Issoufou, principal opposant au Président Tandja.


D’autres affrontements ont été annoncés dans certaines villes du Sud-Ouest, favorables à l’opposition, comme Dosso, où des individus ont été interpellés par la police près de Birni Gaouré, une localité située à 119 Km au sud de Niamey.


Un responsable du mouvement pro-référendum joint au téléphone mercredi matin par APA, a confirmé les incidents survenus à Birni Gaouré, annonçant cependant que ceux-ci « n’ont guère perturbé le déroulement du vote ».


La mission des observateurs de la diaspora africaine, a expliqué M.NDraman, est arrivée au Niger sur accréditation de la Commission électorale nationale indépendante. Elle est forte de 24 organisations internationales non gouvernementales venues d'Italie, de France, de Côte d'Ivoire, de Belgique, du Bénin, du Cameroun et de la République Démocratique du Congo.


Quelque 6 millions de Nigériens étaient attendus pour se prononcer sur ce nouveau texte, qui consacre l’entrée dans une sixième république marquée par la non limitation des mandats présidentiels contrairement à l’actuelle loi fondamentale qui limite le mandat présidentiel à deux de cinq ans une fois renouvelable.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE