10/04/2012 03:03:51
Humeur. Un peu d'ingéniosité quand même !
Après la Libye, voilà la « révolution » qui prend la direction de Bamako. Certaines voix invétérées dans les entreprises séditieuses, vont comme d’habitude étaler leur rhétorique humanitaire et attribuer ces événements à une quelconque logique du « printemps arabes »...
La nouvelle republique
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Nicolas Sarkozy et Alain Juppé

Après la Libye, voilà la « révolution » qui prend la direction de Bamako. Certaines voix invétérées dans les entreprises séditieuses, vont comme d’habitude étaler leur rhétorique humanitaire et attribuer ces événements à une quelconque logique du « printemps arabes ».

« Le ras-le- bol des populations, le droit à plus de liberté et de démocratie », et un tas d’autres ragots seraient à l’origine de ces soulèvements, va-t-on entendre ça et là. Comble du hasard, le Mali est limitrophe de la Libye et la « révolution » libyenne semble glisser vers le nord du Mali pour constituer un second Benghazi. Des touaregs qui, après une hibernation centenaire, se réveillent subitement pour s’apercevoir qu’ils doivent arracher leur indépendance. Sans doute réveillés par les stridents cris de joie venus du Sud Soudan, de Tripoli après l’assassinat de Kadhafi, ou encore par les murmures d’Alain Peyrefitte (mort en 1999), lui qui rêvasser de voir naître un Etat Touareg chevauchant : L’Algérie, la Libye, le Niger, le Mali, et une petite parcelle du Burkina Faso.

Dans ces rêveries de basse intensité, à base du principe : « diviser pour régner », faudrait-il notamment souligner le rôle de la France prédatrice et nostalgique d’un ordre coloniale qui, force est de constater, se chronicise pour devenir un complexe, comme si la vie n’était faite que de prédation. « La France a joué un double rôle, dune part, en se réjouissant d'emblée de la déchéance du mauvais élève (ATT) considéré comme « trop laxiste » envers les rebelles touaregs, si l'on tient compte des otages français aux mains d'Aqmi, et d'autre part, la défiance vis-à-vis des putschistes » me confie un analyste politique.

A comparer ces propos avec ceux tenus par Juppé, on ne peut que s’en convaincre de cette duplicité de la diplomatie française. «Pour nous, comme pour les Américains, il n’est pas question de déployer des troupes au sol. Nous n’avons rien à y faire. En revanche, nous sommes prêts à apporter un soutien logistique à la CEDEAO», avait déclaré ce dernier. Quel « altruisme » ! On y aurait cru, n’était-ce le rôle dévastateur de la France en Libye et ses tentatives en Syrie.

Au fait, quel est ce soutien logistique que Juppé est prêt à apporter à cette CEDEAO (Communauté
Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) ? Pour rappel, cette CEDEAO s’est illustrée récemment par ses sanctions vis-à-vis d’un pays qui souffrait déjà : la suspension du Mali de toutes les instances de la CEDEAO, le gel de ses avoirs à la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et le non approvisionnement de ses banques nationales, la suspension des programmes d’aide au développement, etc. A souligner fermement que ces sanctions ont été prises après que le Capitaine Amadou Haya Sanogo ait accepté le retour à l’ordre constitutionnel, et ce, à l’issue d’une rencontre, à Ouagadougou (Burkina Faso), qui a regroupé une délégation du CNRDRE avec le Président du Burkina Faso, le médiateur.

Étrangement, on assiste à la même situation qu’en Libye après la pression de la France sur le CNT de ne pas reconnaître la médiation de l’Union Africaine.

Étrangement, également, cette partie du Nord du Mali, à l’image de Benghazi, renferme beaucoup de ressources convoitées par les prédateurs. Un peu d’ingéniosité quand même !

Chérif Abdedaïm

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE