06/08/2009 13:28:57
CCFB : Un mois pour célébrer les martyrs Yaoundé
Le Centre culturel Francis Bebey (Ccfb), accueille dans sa programmation du mois d’août 2009, une série d’activités.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Dès demain vendredi, l’espace de culture s’ouvre à une « Essaim de Poésie », avec des séances de lectures ouvertes et des commentaires de poèmes, dans un esprit de partage et de convivialité. La série se poursuit vendredi, 14 août, lorsqu’à travers une « Natte Théâtre et contes » intitulée « Il était 14 fois », David Noundji de la Compagnie Bena Zingui va se produire d’après Fables de la montagne de Patrice Kayo. Il était 14 fois » est un sage compil de quelques contes inspirés des Fables de la montagne de Patrice Kayo, textes candides, costumés de proverbes palpitants, pincés de sels excitants et frappés d’un ludisme chanté. Le cocktail « contal » débouche sur un savoir-vivre total. La journée de dimanche, 16 août sera consacrée à la représentation théâtrale de la pièce « Les deux frères » par «la compagnie Bana Ba Africa » dans une mise en scène de Marlyse Bete. Durant les deux semaines, le public surtout jeune, aura droit à un « Espace chanson » ayant pour cadre, une rencontre entre de jeunes artistes dans le cadre du projet « Art-en scène », la Clôture des activités de vacances initiées depuis le 15 juillet dernier, des prestations d’enfants et une exposition de quelques-unes de leurs créations artistiques.

Samedi 22 août, lorsqu’il sera 17 heures, l’attention sera focalisée sur les mélomanes en herbes, dans un programme baptisé « Premiers pas », au cour duquel, les jeunes participant au projet « Art-en scène », offriront des galettes musicales, en prélude au concert qui sera organisé le 11 septembre prochain au Centre culturel français de Yaoundé. Coté humour, le public aura droit à une prestation du comédien Major Asse dans son spectacle à succès intitulé : « Avant de me rapatrier». Le sujet est construit sur le rêve d’une Afrique dépouillée de tous ses maux, une Afrique new look. Et l’un de ces maux c’est bien l’immigration clandestine, que l’humoriste qualifie de “fléau d’un nouveau cannibalisme”. C’est un regard froid et sans complaisance qu’il jette sur ce phénomène, un regard construit et présenté autour de douze (12) sketchs préparés à la sauce du rire jaune. Un regard qui ne laisse personne indifférent ni indemne. « Sortez donc pour rire de tous et de tout, car “l’Afrique survivra” » D’un bout à l’autre, la représentation est un cocktail de rire et de vérités toutes folles et toutes crues, servi dans un style tout à fait personnel et magistral, par l’une des étoiles montantes les plus en vue de l’humour camerounais!

Pour clôturer sa série d’activités culturelles du mois d’août, Le Centre culturel Francis (Ccfb) fera à nouveau un arrêt Vendredi, 28 août, 16 heures, pour proposer une découverte de Francis Bebey à travers une relecture de son roman Les trois petits cireurs. Après la lecture commentée des textes suivie de débat, suivra le même jour, un espace consacré à ce qu’il convient d’appeler « Les Monologues de Ruben » ; avec dans l’écriture du texte et l’interprétation, El Loco de la Basura. Le poète s’imagine dans la peau de Ruben Um Nyobé et fait parler le héros mal connu ou peu connu, dans un parcours poétique fait de soubresauts, de plaines et de larmes. Que nous apprend-t-il réellement ? Certainement que le poème n’est pas ce long fleuve tranquille où viennent s’abreuver de dociles et gentilles créatures, où le soleil vient se mirer ou les étoiles comparer leur éclat. Il nous apprend que le poème sait aussi prendre la mesure de l’histoire et reconnaître les traits du héros ou le rire sarcastiques du bourreau. Il nous invite donc à venir à notre tour, donner vie à l’histoire, lui prêter notre plume ou tout simplement, l’écouter passer sur la scène...

Le Centre culturel Francis (Ccfb) est une maison de la culture créée par l’association La Ronde des Poètes du Cameroun. Il construit sa démarche en s’inspirant de l’œuvre et de la vie du poète, homme de lettres et de culture Francis Bebey. 

Souley ONOHIOLO

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE