13/04/2012 03:28:10
Afrique, impérialisme, mercenariat et recul de liberté
L'impérialisme est l'ennemi du progrès, l'ennemi de la liberté, l'ennemi de l'indépendance des peuples africains, l'ennemi de la paix. L'impérialisme s'est imposé et continue de s'imposer par l'action dévastatrice de ses engins de guerre (exemple de la  Côte d'Ivoire) dont il use avec une cruauté inqualifiable contre les peuples qui désirent se soustraire à son fardeau dégradant et réactionnaire.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

L'impérialisme est l'ennemi du progrès, l'ennemi de la liberté, l'ennemi de l'indépendance des peuples africains, l'ennemi de la paix. L'impérialisme s'est imposé et continue de s'imposer par l'action dévastatrice de ses engins de guerre (exemple de la  Côte d'Ivoire) dont il use avec une cruauté inqualifiable contre les peuples qui désirent se soustraire à son fardeau dégradant et réactionnaire.

L'impérialisme, en même temps, se livre à la division, à la subversion et surtout à la corruption de certains de nos gouvernements dont il téléguide, même s'sgissant des affaires proprement africaines, les activités afin de les rendre compatibles avec les impératifs de son règne. Si l'mpérialisme est l'ennemi des peuples africains, il faut ici reconnaître, courageusement que cet ennemi agit à travers des fantoches et des MARIONNETTES  de toutes les couleurs qu'il choisit au sein de chaque  peuple placé dans son carcan d'exploitation.
 
Chaque fois qu'un Etat africain fait la démonstration de sa volonté sincère de faire assurer par son peuple  et pour son peuple les attributs de sa liberté, l'impérialisme ne manque jamais d'agir sur lui pour compromettre le succès (exemple du budget sécurisé d'Antoine Bouhoun Bouabré) d'une telle entreprise; la désorganisation intervenue au niveau de certaines nations africaines qui ont connu agitations politiques, oppositions tribales et des coups d'Etat militaires, cas de la Côte d'Ivoire par l'armée francaise  (la Licorne), reste toujours liée à la volonté secrète de l'impérialisme d'user de tous les facteurs de divisions pour retarder le processus de l'émancipation de nos peuples; face à une  telle situation, les Etats africains doivent  considérer la liberté, la souvaineraineté, la dignité comme des conceptes indivisibles. La liberté de l'Afrique, la dignité de l'Afrique, tout comme la responsabilité de l'Afrique restent une  réalité intéressante au même  degré chacune des nations d'Afrique indépendamment de son étendue géographique,  de ses richesses matérielles et de sa démographie.
 
Chaque recul de la liberté (Comme le cas de la Côte d'Ivoire actuelle) dans un pays d'Afrique doit être dialectiquement considéré comme la perte d'une portion de la liberté de tous les autres pays d'Afrique. Enfin, comme dans les autres domaines, l'Afrique se doit, ici , de faire face à ses responsabilité. L'organisation d'une défense commune s'impose. Si celle-ci existait, certains événements regretables  comme les événements du 11 avril 2011 en Côte d'Ivoire qui ont coûté la vie à 2700 jeunes patriotes devant la résidence du Président Laurent Gbagbo et des milliers d' ivoiriens auraient pu être évités.

Le débarquement des mercenaires et de la force licorne dans toutes les villes de la côte d'Ivoire n'aurait jamais pu se réaliser, car toutes les puissances impérialistes se seraient rendu compte de la volonté unanime et du potentiel défensif considerable des Etats africains.

L'exemple de la Côte d'Ivoire nous a montré que l'ONU, est incapable d'assurer la liberté, légalité et le progès des peuples qui s'en remettent à elle en renoncant au combat juste qui doit les opposer systématiquement  à l'impérialisme, au colonialisme et à l'exploitation capitaliste des multinationales.
 
Emmanuel Zié
Consultant / Economiste

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE