17/04/2012 01:18:51
Ben Bella, un panafricaniste souvent ignoré
L'ex-président algérien Ahmed Ben Bella, 95 ans, l'un des pionniers du déclenchement de la guerre d'indépendance de l'Algérie, est décédé  le mercredi  11 avril dernier à son domicile d'Alger.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

L'ex-président algérien Ahmed Ben Bella, 95 ans, l'un des pionniers du déclenchement de la guerre d'indépendance de l'Algérie, est décédé  le mercredi  11 avril dernier à son domicile d'Alger.

Ce panafricaniste convaincu aura marqué d'une empreinte indélébile  l'Histoire de l'Afrique.

Militant anticolonialiste,il a échappé à plusieurs tentatives d'assassinat perpétrées par les services secrets français.
Mais Hélas, la plupart des africains semble ignorer tout de son histoire. La plupart des africains ignore le rôle joué par Ben Bella et l'Algérie pour l'émancipation des peuples colonisés d'Afrique.

Amilcar Cabral,le père de l'indépendance de la Guinée Bissau et du Cap-Vert disait : « Les chrétiens vont au Vatican, les musulmans à la Mecque et les révolutionnaires à Alger. »

Ben BellaBen Bella a financé la majorité des  mouvements de libération du continent africain.Agostinho Neto, Eduardo Mondlane, AthanasioNdong, Samora Machel, Joshua Nkomo, Nelson Mandela et tant d’autres leaders de mouvements de libération avaient guichet ouvert à la présidence de la jeune République Algérienne.
Ben Bella ne voulait pas s'enfermer dans une vision étroite et figée de ses frontières nationales.Pour lui,toute l'Afrique devait s'émanciper et s'unir. Et s'il le fallait : « acceptons tous de mourir un peu, ou même de mourir tout à fait, pour que l’unité africaine ne soit pas un mot creux ! »

Dès 1962, Ben Bella  apportait déjà son appui inconditionnel pour libérer les peuples qui croupissaient encore sous le joug du colonialisme.Pour cela,il accueillait, formait,armait  et finançait les  leaders des mouvements nationalistes africains : « C'était un devoir pour nous d'aider tous  nos amis africains qui aspiraient à la liberté et à l'autonomie.Pour nous, ce soutien était sacré » « Je donnais de l’argent, beaucoup d’argent. Je donnais chaque fois qu’il en fallait, chaque fois que l’on m’en demandait. Et pour moi, c’était presqu’un devoir religieux. Sacré ! » , se remémorait Ben Bella, quelques mois avant sa mort, en feuilletant l’album de l’Histoire, avec Hervé Bourges, son conseiller, de 1962 à 1965.

Avec le Tanzanien Julius Nyerere,l'Egyptien Nasser, le Kenyan Jomo Kenyatta, le Guinéen Sékou Touré, le Malien Modibo Keita etc... Ils fondèrent le comité de libération de l'Afrique qui était présidé par un officier de l'armée algérienne.

Après l'assassinat du  nationaliste camerounais Felix Moumié à Genève, Ben Bella s'est chargé d'accueillir son épouse Marthe Moumié en Algérie où elle bénéficiait d'une pension de l'Etat Algérien. C’est lui qui préfaça le livre de Marthe Moumié ,Victime du colonialisme français, mon mari Félix Moumié.

C'est encore Ben Bella, qui affréta son avion personnel pour transporter  le nationaliste Camerounais Abel Kingue au Caire en Egypte pour qu'il s'y soigne.

En effet, En mission à Alger, l’état  de santé d'Abel Kingué empire brutalement, il est rapidement transporté au Caire par l’avion du président de la République Algérienne Ahmed Ben Bella. Le 16 avril 1964, il succombe et est inhumé sur place.

En fin, n’oublions surtout pas que la guerre d'Algérie a eu une incidence considérable sur la décision de la France  d'octroyer l’indépendance à  ses colonies d’Afrique, y compris celles qui n’en voulaient pas.

Wake Up Africa !
Contact : wakeupafrica1@yahoo.fr

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE