18/04/2012 02:26:37
Cameroun. Prison de Kondengui.Gendarmes et policiers en civil patrouillent
Un dispositif particulier de sécurité a été déployé dans et autours de la prison centrale de Kondengui lors de l’arrivée dans cet univers carcéral de deux anciens membres du gouvernement.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Un dispositif particulier de sécurité a été déployé dans et autours de la prison centrale de Kondengui lors de l’arrivée dans cet univers carcéral de deux anciens membres du gouvernement.

Il règne une atmosphère particulière dans et autours de la prison centrale de Kondengui à Yaoundé cet après midi du lundi 16 avril 2012. A l’approche, l’on peut se rendre compte qu’un nombre anormalement  impressionnant de véhicule sont stationnées sur la cours située en face de cette maison d’arrêt. Parmi elle, on  reconnaît sans grande difficulté une Toyota Land Cruiser de couleur noire immatriculée Ce 846 Do, ayant fait parti de l’escorte lors de l’acheminement de Marafa Hamidou Yaya et Inoni Ephraïm dans ce lieu de détention.  Une centaine de personnes, hommes et femmes confondus, vont et viennent autour de la prison. Mais en les approchant, on se rend aussitôt compte qu’il s’agit de gendarmes et policier en civil, mais armés de pistolets. Au portail, des bagnards sont péremptoires. « Les visites sont momentanément suspendues. Revenez demain », tranche un gardien chef de prison qui tient une chaîne reliée au portail.

Un coup d’œil dans la cour d’honneur de cette maison d’arrêt permet de constater qu’il y a également beaucoup de monde à l’intérieur. Il ne s’agit ni des gardiens de prison, ni  des prisonniers, au regard de leurs tenues vestimentaires. Vraisemblablement des flics venus dissuader les éventuelles personnes qui seraient tentées de manifester leur mécontentement après l’interpellation de l’ancien ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation et de l’ancien Premier ministre, au sujet de la procédure judiciaire pendante devant les tribunaux, et relative  à l’affaire de l’achat d’un avion présidentiel.

Au milieu de cet enchevêtrement de véhicules parfois mal stationnés, une dame toute de pagne vêtue essuie une larme avant de demander à s’entretenir avec un gardien de prison. Visiblement un proche de Marafa, venue s’enquérir de la situation. Entre temps, les choses s’accélèrent à l’intérieur. « Nous avons reçu trois personnes dont deux anciens ministres. Ils sont actuellement en train de subir les consultations médicales avant d’être convoyés dans leurs quartiers », renseigne une source interne à la prison, jointe au téléphone.

Cette source indique qu’un proche de l’ancien Premier  ministre lui aurait déjà porté des oreillers, afin de lui permettre de faire un atterrissage en douceur dans ce monde qu’il connaît très peu. Sa première nuit dans une cellule se fera peut être sans couverture, mais au moins avec des oreillers. En rappel, ces deux anciens membres du gouvernement rejoignent en prison leur collègue Jean marie Atangana Mebara, l’ancien secrétaire général de la présidence de la République, et Yves Michel Fotso l’ancien directeur général de la défunte Camair, tous écroués  au sujet de l’affaire de l’avion présidentiel.

Joseph Flavien KANKEU

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE