19/04/2012 03:28:31
Cameroun. Marché de la biométrie: Le gouvernement impose les Allemands
C’est officiel depuis hier. Le marché de la biométrisation du fichier électoral a été confié à l’entreprise allemande Giesecke Cid dont l’offre financière s’élevait à 7,5 milliards Fcfa. Le contrat y afférant a été paraphé hier, 18 avril 2012 entre Hans Kung, le patron de cette entreprise et Mohaman Sani Tanimou, le directeur général d'Elecam.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Ernst Burgbacher
Annoncés hors course par la direction générale des élections, les entreprises allemandes soumissionnaires du marché de la refonte du fichier électoral ont, contre toute attente, signé un contrat de partenariat technique avec Elecam. Ce serait une conséquence de la récente visite du secrétaire d’Etat allemand  Ernst Burgbacher à Yaoundé.

C’est officiel depuis hier. Le marché de la biométrisation du fichier électoral a été confié à l’entreprise allemande Giesecke Cid dont l’offre financière s’élevait à 7,5 milliards Fcfa. Le contrat y afférant a été paraphé hier, 18 avril 2012 entre Hans Kung, le patron de cette entreprise et Mohaman Sani Tanimou, le directeur général des élections d’Elections Cameroon (Elecam). L’opérateur technique ainsi retenu aura à charge de fournir tout  le matériel nécessaire aux inscriptions sur les listes électorales, mais aussi de former le personnel d’Elecam à son utilisation. De même, elle devra d’après les termes du contrat paraphé, collaborer avec des ingénieurs camerounais retenus dans la short-list d’Elecam dans la perspective d’un transfert de technologie.

Seulement, cet accord entre le Cameroun et l’Allemagne ne s’est pas fait sans grincement de dents. Car d’après la short-list publiée dans l’édition de Cameroon Tribune du mardi 10 avril 2012, ce sont les Camerounais, les Sud-Africains et les Français qui avaient été retenus par Elecam, notamment la direction générale des élections avec caution du gouvernement. L’organe en charge de l’organisation des élections précisait alors qu’Allemands et Canadiens étaient désormais hors-course. Mais, l’injonction sur le tard,  du gouvernement et même de la présidence de la République aura, d’après nos sources, contraint Elecam à corriger sa copie.

France

Dans les allées du pouvoir, on stigmatise le lobbying du gouvernement allemand qui s’est fait avec aplomb à l’occasion de  la visite au Cameroun, du 15 avril au 18 avril 2012, du secrétaire d’Etat  parlementaire allemand auprès du ministre fédéral de l’Economie et de la technologie. Ernst Burgdacher qui avait dans sa suite les principaux responsables de l’entreprise allemande adjudicataire du marché l’a adoubée auprès de tous les officiels camerounais rencontrés (entre autres, le chef de l’Etat et le Premier ministre) et certainement auprès des membres du Conseil électoral d’Elecam avec lesquels il s’est entretenu à la résidence de l’ambassadeur d’Allemagne au quartier Bastos à Yaoundé le 16 avril 2012. Au cours des différents échanges, le ministre allemand se serait engagé totalement aux côtés de Giesecke Cid dont il dit avoir 120 ans d’expériences dans  le domaine des solutions informatiques.

Autres sujets qui fâchent. Les Allemands  étaient connus dans ce dossier sous le  nom social « Save It ».  Or, l’entreprise adjudicataire final du marché se nomme « Giesecke Cid ». Deux entités différentes du point de vue juridique. Mais à Elecam, on explique cela par un accord passé entre ces deux sociétés qui sont des partenaires de longue date. Chiche. De même, Giesecke Cid n’aurait aucune expérience en matière d’élection biométrique. Elle ne le revendique pas du reste. Et se dit plutôt capée dans le domaine de l’identification par des moyens biométriques.  Dans ce segment, elle est très connue en Amérique du Sud. Et s’apprêterait à faire concurrence à la France pour le marché de la  sécurisation informatisée de la nationalité camerounaise que détient Thales.

Rodrigue N. TONGUE

Focal. Refonte du fichier électoral en 2013...

En attendant de s’attaquer à la biométrisation de la carte nationale d’identité et même… du passeport camerounais comme ils le prétendent,  les Allemands ont promis de procéder en trois mois à la formation des agents d’Elecam, dès que le matériel adéquat sera arrivé au Cameroun. C’est seulement après cela que l’enrôlement (inscriptions) des électeurs  débutera. Sur ce point, ils se donnent un délai de 7 mois.

Seulement, calculette en mains,  si la formation commence en fin mai comme il se murmure, elle ne se terminera qu’en fin août lorsqu’Elecam n’aura plus le droit d’inscrire les électeurs (la loi prévoit que les inscriptions se fassent entre le 1er janvier et le 31 août de chaque année). Le début de la refonte du fichier électoral,  c’est donc pour l’année prochaine ?

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE