26/04/2012 02:22:40
Economie. Des Ghanéens prospectent au Cameroun
Vers un transfert de technologie du Ghana au pays de Paul Biya
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Vers un transfert de technologie du Ghana au pays de Paul Biya

Du 22 au 26 avril 2012, une délégation conduite par le ministre des Affaires foncières et des ressources naturelles a séjourné à Yaoundé et à Douala où ils ont pu explorer des opportunités d’affaires.

Après la phase des audiences inhérentes aux exigences protocolaires à Yaoundé, où ces hommes d’affaires, parlementaires chapeautés par Mike Allen Hammah, ministre ghanéen en charge des Affaires foncières et des ressources naturelles, ont pu rencontrer Philip Ngole Ngwese, des Forêts et de la faune, Moukoko Mbonjo des Relations extérieure, les chambres du Commerce et d’Agricultures, ils ont finalement mis le cap sur la capitale économique. Question d’avoir des rencontres et des échanges avec les opérateurs économiques de la filière bois basés à Douala.

En un après-midi, mardi 24 avril, M. Hannah et ses compatriotes ont pu faire le tour des principaux sites d’exploitation et de transformation du bois de la capitale économique. C’est dans cette perspective qu’ils se sont rendus en compagnie de M. Abena le secrétaire général du ministère des Forêts et de la faune, représentant de Philip Ngole Ngwese, au Parc à bois du Port de Douala, à Trc zone industrielle et à Alpicam. Cette dernière scierie figure parmi les plus importantes de la filière, voire le leader dans le secteur au Cameroun.

Avec ses 1900 employés dispersés sur ses trois sites (Mindourou, Kika à l’Est et Bonabéri) étendue sur 364.325 Ha pour un chiffre d’affaires de 22 milliards de Fcfa, Alpicam spécialisé dans l’exploitation forestière, la transformation et l’exportation des grumes et sciage des essences telles que l’Ayous, le Sapelli, le Bété, l’Okan, le Tali, la Padouk et l’Eyong, a constitué une étape importante et un spécimen attractif pour la délégation ghanéenne.

Partenariat Sud/Sud

Ce qu’a confirmé George Motogbe un officiel ghanéen, qui pense qu’avec « l’expertise et la technologie dont jouit  la filière bois dans son pays et la qualité du bois du Cameroun, les opportunités de partenariat et joint-venture sont incontournables ». Mais pour l’instant, comme l’a si bien précisé Mike Allen Hammah : « Notre visite au Cameroun se situe sur une double vision. A savoir, explorer les opportunités d’affaires et promouvoir les valeurs et le know how ghanéen pour intensifier la coopération entre nos deux pays ». A en croire cet homme d’Etat, considérant d’une part la réputation de l’unique école d’industrie forestière basée dans son pays et son économie qui se veut compétitive, et, d’autre part, la variété des essences et de cette économie qui se veut émergente, « il n’est plus seulement question, a-t-il conclu, d’explorer uniquement la filière bois mais d’envisager l’extension vers d’autres secteurs clés susceptibles de dynamiser cette coopération entre pays frères».  Ce fut le même discours avec les professionnels du Groupement de la filière bois du Cameroun avec lesquels les Ghanéens ont eu une séance de travail.

Au finish, lors de la visite de courtoisie effectuée chez Beti Assomo, le gouverneur du Littoral, le maître de céans, a indiqué que cette descente en terre camerounaise ne saurait être vaine car : « Je suis persuadé compte tenu de notre potentiel dans la gestion durable des Forêts, que ce partenariat Sud/Sud, portera des fruits ». On ne demande que ça.

Jacques Willy Ntoual

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE