26/04/2012 05:39:24
Sommet de la Francophonie: François Hollande n'ira pas à Kinshasa à cause du hold-up électoral !
PARIS - Le candidat socialiste à la présidentielle française François Hollande a estimé mercredi qu'une rupture était nécessaire par rapport à des pratiques qui ont desservi la France et l'Afrique.
Réveil FM
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

 

Arrivée de François Hollande à l'Union Internationale des Chemins de Fer, 16 rue Jean Rey, Paris
Arrivée de François Hollande à l'Union Internationale des Chemins de Fer, 16 rue Jean Rey, Paris. Photo Réveil FM

François Hollande, candidat à la présidence de la République, arrivée premier au premier tour de l'élection présidentielle française vient de tenir une conférence de presse ce mercredi 25 avril 2012 à 15 heures à l'Union Internationale des Chemins de Fer, 16 rue Jean Rey, Paris, au pied de la Tour Eiffel.

Il s'agit pour lui de tenir une conférence telle que celle qu'il tiendrait tous les six mois si il était élu président de la République. C'est sans ambiguïté que François Hollande premier au premier tour de l'élection présidentielle en France a répondu à nos deux questions: sur sa présence au XIVè Sommet de la Francophonie et la Françafrique: "Je n'accepterais pas des élections qui auront été frauduleuses". "Une rupture est nécessaire par rapport à des usages qui n'ont rien d'acceptable ni de légaux", répond-il. "Je veillerai que les relations entre la France et l'Afrique" repose sur un principe de "solidarité", économique et du point de vue de la langue. "Sur les régimes eux-mêmes, les règles doivent être celles de la démocratie".

 

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE