27/04/2012 00:51:01
Des hommes en armes attaquent un village : FRCI et Dozos fuient
Dans la nuit du mardi à hier mercredi, des individus non identifiés et lourdement armés, selon les témoignages, ont attaqué le village de Sakré à 27 km de Taï. Faisant au moins 8 morts, de nombreux blessés et plusieurs maisons incendiées.
Le nouveau courrier
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

FRCI et Dozos

Dans la nuit du mardi à hier mercredi, des individus non identifiés et lourdement armés, selon les témoignages, ont attaqué le village de Sakré à 27 km de Taï. Faisant au moins 8 morts, de nombreux blessés et plusieurs maisons incendiées.

C’est l’angoisse au sein des populations de la sous-préfecture de Taï et la désolation chez les habitants du village de Sakré, situé à moins de 30 km de Taï. Et pour cause, dans la nuit du mardi 24 avril au mercredi 25 avril, des individus «lourdement armés» ont attaqué le village de Sakré. Le bilan enregistré en début de soirée, selon plusieurs sources, était d’au moins 8 morts, de nombreux blessés et plusieurs maisons saccagées et incendiées. Notamment, la résidence du ministre Désiré Gnonkonté, cadre du Pdci et par ailleurs maire de la ville de Taï.

Les habitants de Sakré ont trouvé refuge dans la forêt avant de rejoindre Taï au petit matin. Ils ont été aussitôt imités par les villages et campements environnants qui se sont vidés de leurs habitants. De peur de subir le même sort que le village de Sakré.

Au dire d’un ressortissant de la localité, les «assaillants, lourdement armés», étaient maîtres des lieux et aucune résistance ni riposte des éléments des Frci et dozos dans le village n’a été enregistrée. Après avoir été surpris par l’attaque, ayant causé la mort de 4 éléments des Frci. Plusieurs éléments des Frci et de l’Onuci ont été dépêchés en renfort sur les lieux, mais à cause de l’état de dégradation avancée de la voie, ils sont arrivés nettement en retard. Le commando avait déjà disparu.

En moins d’un an, après la fin de la crise post-électorale, c'est la cinquième attaque enregistrée dans la région. Sans que les autorités ne prennent des mesures idoines, afin de garantir la sécurité des populations. Qui sont scandalisées par la facilité avec laquelle des individus en armes sèment la terreur sans être inquiétés outre mesure.

Cette attaque intervient au lendemain de la clôture d’une visite du chef de l’Etat et ministre de la défense, Alassane Ouattara dans l’ouest du pays. Donnera-t-il aux Ivoiriens, et plus particulièrement aux populations de la zone, des explications sur ces formidables carences de la force publique, dans un pays parsemé de milliers de Dozos et où des détachements de FRCI installés jusque dans les villages rançonnent sans arrêt les paisibles populations sans pour autant les protéger ? Les prochains jours nous le diront.

Frank Toti

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE