06/05/2012 02:30:17
Fin de partie?
Il est donc temps que le  glas sonne...
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Nicolas Sarkozy

A en croire la majorité des dernières enquêtes d’opinion,  les français semblent être résolus à tourner la page du sarkozysme, et à un jour du verdict sorti des urnes, les jeux  seraient faits. Ainsi s’achèverait, la longue carrière politique du plus atypique des présidents de la Vème République.

L’heure du bilan a donc sonné. A cela, les esprits chagrins prétendront que tout a été dit, écrit ou entendu sur le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Alors comment éviter d'énoncer les mêmes poncifs et esquiver tout procès en anti-sarkozysme primaire ?

La réponse n’est pas  des plus aisées à découvrir…

Néanmoins, deux aspects de la présidence de Nicolas Sarkozy ressortent de façon singulière et permettent d’éclairer au mieux cette période. Il s’agit de son exercice de la fonction présidentielle et de sa volonté  permanente  et  assumée de cliver la société française. Pour comprendre l’échec du Président sortant, si l’on en croit la vox populi, on ne peut passer sous silence ces deux aspects. Il est évident que d’autres causes pourraient être avancées, afin d’expliquer la conclusion prématurée de l’épopée d'un Nicolas Sarkozy, qui, selon ses partisans, devait ancrer la France dans le siècle nouveau.

Un Président contre les institutions

Arrivé au pouvoir, Nicolas Sarkozy a eu pour volonté affichée de « dépoussiérer » la fonction présidentielle. Il fallait en finir avec l'exercice du pouvoir tel que conceptualisé par ses illustres prédécesseurs, François Mitterrand et plus particulièrement Jacques Chirac. La modernité prônée, devant caractériser cette nouvelle ère était à ce prix. On clamât haut et fort qu’il n’y aurait plus de roi fainéant au Château.

Désormais, le Président serait omniprésent et surtout omniscient… Plus rien ne devait échapper à la magnificence présidentielle. Le président s’occuperait de tout, mais aussi de rien !

En effet, si la constitution de la Vème République a concentré, de manière excessive à nos yeux, un certain nombre de prérogatives entre les mains du président, c’est dans le but que celui-ci s’en serve de manière  pertinente.

Ce qui revient à poser que le président de la République ne devrait qu’intervenir qu’en dernier ressort et seulement, lorsque la situation le commanderait.

M. Sarkozy, nous vous interpellons, car demain, vraisemblablement, vous ne serez plus notre président. Le Président de la République, clef de voûte de nos institutions, en est aussi l’arbitre ! A vouloir agir, tout le temps, et malheureusement pour rien, vous avez contribué à diluer les pouvoirs qui vous étaient conférés.

Non!

Nicolas SarkozyNon, M. Sarkozy, le Président de la République n’est ni le Premier Ministre ni le gouvernement. Non, M. Sarkozy, le Président de la République n’est pas le Parlement. 

Non, M. Sarkozy, le Président de la République n’a pas à nommer les dirigeants de l’audiovisuel public.

Non, M. Sarkozy, le Président de la République n’a pas à se substituer au pouvoir judiciaire, chaque fois qu’un juge aurait pris une décision contraire à ses intérêts.

Non, M. Sarkozy, le Président de la République n’a pas à favoriser la nomination de proches, à plus forte raison celle de son fils, à la tête d’un établissement public.

Non, M. Sarkozy, le Président de la République n’a pas à contester la légitimé des corps intermédiaires.

Non, M. Sarkozy, le Président de la République n’est pas tout et ne peut donc tout se permettre… Le Président de la République doit présider avec, et dans le cadre organisé par les institutions, non pas contre les institutions !

La discorde comme arme

Du débat sur l’identité nationale à la dénonciation des « faux travailleurs » ou assistés en tout genre, le pouvoir n’a eu de cesse d’opposer les français les uns aux autres. Au lieu, de faire en sorte que les français se réunissent autour d’un projet commun, Nicolas Sarkozy a proposé qu’ils se déterminent en fonction de ce qui les différencie. Salariés du secteur privé contre salariés du public, actifs contre inactifs, français de «souche» contre français d’origine étrangère, catholiques, protestants, juifs, bouddhistes, raëliens, que savons-nous encore, contre musulmans.

Voilà, la grille de lecture que Nicolas Sarkozy a suggéré  à la société française.

Le but cynique (comme souvent avec les politiciens qui à la différence des hommes d’Etats, n’ont jamais qu’une vision à court terme des enjeux), était de préserver le magot électoral constitué des suffrages des électeurs du Front National.

Las, ces derniers ont préféré en 2012, l’original à une pâle copie...

On ne peut vouloir présider à la destinée de la France, en passant par pertes et profits son histoire multiséculaire.

La France est un pays singulier, qui s’est construit lentement, contre les facteurs de divisions, d’abord religieux, puis politiques et enfin ethnoculturels. Le pouvoir central, qu’il soit monarchique ou républicain, a dû combattre des féodalités protéiformes pour arriver à unifier la Nation française.

Ce pays est une somme de réalités identitaires, objectivement différentes, mais qui ont su se rassembler, d’abord autour de la monarchie et ensuite se fondre dans l’idéal républicain. Ceci a permis, non sans difficultés, aux basques et aux alsaciens, par exemple, d’affirmer: « nous sommes français », car citoyens d’une République les reconnaissant en son sein de manière identique.

Il est vrai, que ce parcours amenant à la pleine citoyenneté, pour les enfants issus de l’immigration maghrébine, d'Afrique subsaharienne et asiatique, est encore semé d’embuches et loin d’être achevé. Raison supplémentaire pour ne pas ajouter le poison de la discorde à la crise économique, au risque, de voir la société  française se fracturer, et sombrer dans un climat de guerre civile larvée.

De fait, si nous ne devions retenir qu’une seule raison de souhaiter ardemment vôtre départ, M. Sarkozy, ce serait celle-ci.

Il est donc temps que le  glas sonne…

Harry Dia-Moukori

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE