08/05/2012 01:41:15
Mémorandum des congolais contre la tenue de la francophonie
Mémorandum de la communauté congolaise de l’afrique du sud contre la tenue du  xiveme sommet de la francophonie, prévu du 12 au 14 octobre 2012 à Kinshasa (RDC).
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Mémorandum de la communauté congolaise de l’afrique du sud contre la tenue du  xiveme sommet de la francophonie, prévu du 12 au 14 octobre 2012 à Kinshasa (RDC).

Cape Town Le 02 Mai 2012

A : Tous les ambassadeurs des 75 Etats et gouvernements, membres de  la francophonie, accrédités en Afrique du sud.

-Tous les ambassadeurs des 19 Etats et gouvernements observateurs de la francophonie, accrédités en Afrique du sud

-Tous les ambassadeurs de 3 Etats et Gouvernement, membres associés de la francophonie, accrédités en Afrique du Sud

-    L’ambassadeur de la république du Gabon (Doyen des ambassadeurs accrédités a Kinshasa), en RDC.

-    L’ambassadeur de la RDC en Afrique du sud (Doyen des ambassadeurs accrédités en Afrique du sud)

-    Cc : Monsieur Le secrétaire général de la francophonie à Paris/ Abdou Diouf

-    Ci : Monsieur Le Secrétaire Général Adjoint de L’ONU, chargé de maintien de la paix/Herves Lasdisou

-    Ci : Monsieur Le secrétaire Général  de L’ONU/ Ban Ki-Moon


Excellences mes sieurs,

Nous membres de la communauté congolaise vivant en Afrique du sud, venons par le présent  demander à vos Etats et gouvernements, à travers vous, de ne pas participer au XIV sommet de la francophonie, prévu à Kinshasa, en république démocratique du Congo du 12 au 14 octobre 2012, selon le secrétaire général monsieur Abdou Diouf, car Joseph kabila n’est ni légitime ni légal.

Pour le peuple congolais la tenue de ce sommet à Kinshasa couvre un agenda caché, afin d’officialiser la fraude électorale, pendant qu’un climat chaotique et malsain continue à persister dans l’ensemble du territoire national après les élections du 28 novembre 2011, lesquelles ont laissé la république démocratique du Congo dans un imbroglio total  avec deux présidents à savoir :

- Dr Etienne Tshisekedi wa Mulumba, Président élu du peuple congolais selon les listes des votes affichées dans tous les bureaux des votes sur l’ensemble du territoire national, lesquels résultats sont confirmés par l’ensemble du peuple congolais, la société civile congolaise, l’église catholique, et  les observateurs nationaux et internationaux.

Joseph Kabila- Monsieur Joseph Kabila, candidat perdant aux élections du 28 novembre 2011, mais déclaré vainqueur par la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante), laquelle CENI est dirigée par le pasteur Daniel Ngoy Mulunda Nyanga, co-fondateur et membre du parti politique de Joseph Kabila et ancien conseiller spirituel de celui-ci (2004-2006), Confirmé par la cour suprême de justice, alors qu’en date du 13 octobre 2011, monsieur Kabila avait procéder à la nomination de 3 présidents et des 17 conseillers à la cour suprême. Cette ordonnance a été rendu publique le soir du 27 octobre 2011, le jour officiel du début de la campagne electorale. Tous ces magistrats  ont prêté serment devant le candidat Joseph Kabila qui était en pleine campagne electorale.

Vous vous rappelez  que lors de la prestation de serment de monsieur Joseph Kabila, en date du 20 Décembre 2011 à Kinshasa, aucun chef d’état était venu assister a cette cérémonie de mascarade , à l’exception du président de la république du Zimbabwe, Robert Mugabe, et le peuple congolais dans sa majorité avait saluer cette position prise par différents chefs d’états car, la légitimité d’un président de la république doit provenir de son peuple, alors que Joseph Kabila voulait profiter de la présence des chefs d’états invités, pour bénéficier  de la confiance  sur le le chiquet international afin de  rester illégalement au pouvoir en utilisant les armes, massacres, tortures, viols contre la population congolaise, comme fût le cas en 2006,alors que le vainqueur de cette élection est monsieur Etienne Tshisekedi wa Mulumba ,et c’est bien lui qui incarne la légitimité, la legalité,et la confiance de l’ensemble du peuple congolais, au pays ainsi qu’a l’extérieur.

Les élections présidentielles et législatives du 28 novembre 2011 en république démocratique du Congo devaient marquer une étape essentielle dans le processus de consolidation démocratique, et l’établissement d’un état de droit, qui n’a jamais existé  depuis l’indépendance. C’est à travers cette élection que le peuple congolais voulait chasser la loi de jungle qui règne , avec un régime sanguinaire qui massacre  la population, qui ne permet jamais que la voix des nos compatriotes au pays soit écoutée, c’est ainsi que la communauté congolaise est debout avec comme objectif de chasser le régime de monsieur Joseph Kabila,qui veut prendre le pouvoir par force alors que la constitution congolaise donne aux congolais le pouvoir de faire échec a joseph kabila à son article 64 qui stipule : Tout congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d’individu qui prend le pouvoir par force ou qui l’exerce en violation des dispositions de la constitution. Toute tentative de renversement du régime constitutionnel constitue une infraction imprescriptible contre la nation et l’Etat. Elle est punie conformément à la loi.

Depuis janvier 2001 que monsieur Joseph kabila est à la tête de la république démocratique du Congo, il a organisé plusieurs massacres, viols, et crimes contre nos compatriotes qui sont au pays et tous congolais s’opposant à son régime sanguinaire, les plus souvent sont les activistes de droit de l’homme, les pasteurs, journalistes, les membres de l’opposition, ainsi que les étudiants de l’université.

Le souhait de l’ensemble du peuple congolais en ce moment est de voir Joseph Kabila devant la barre de la CPI (Court Pénale Internationale) pour le massacre et crimes ci-après :

*    Massacre de 8million de mort sur le territoire congolais
*    L’assassinat du Pasteur Albert Lukusa, pour avoir prêché sur les crimes de Joseph Kabila sur le territoire congolais
*    L’assassinat du cardinal Echau de l’église catholique, pour avoir déclaré que Joseph kabila n’avait jamais gagné les élections de 2006
*    L’assassinat de Floribert Chebeya, un activiste de droit de l’homme
*    L’assassinat des plusieurs journalistes
*    L’assassinat d’Armand Tungulu, Un combattant de la diaspora congolaise de Belgique
*    Le viol des femmes congolaises sur le territoire national (48 femmes violées par heure sur l’ensemble du territoire national, Aujourd’hui la RDC est la capitale mondiale du viol de la femme)
*    Les massacres des nos frères et sœurs au pays qui sont sorti dans les rues pour dire non au Hold up électoral après l’annonce des résultats frauduleux du 28 novembre 2011, et comme l’indique  L’ONU dans son dernier rapport sur la situation de droit de l’homme au Congo

Excellences mes sieurs les ambassadeurs vos Etats et gouvernements prendront part au XIVème sommet  de la francophonie organisé dans un pays qui a deux présidents ?

Etienne Tshisekedi- Un élu par l’ensemble du peuple congolais (Dr Etienne Tshisekedi wa Mulumba), mais mis dans la résidence surveillée, privé des toutes ses libertés par Joseph Kabila en complicité avec la communauté internationale, L’Union africaine et SADC

- Un autre perdant aux élections du 28 novembre 2011 (Joseph Kabila), mais qui prend le pouvoir par forces des armes, en massacrant, tuant, violant, le peuple congolais à l’aide des mercenaires Rwandais, Ougandais, Tanzaniens, et sud africains, au vu de la communauté internationale,l’Union Africaine, SADC,, et de la francophonie pendant que le secrétaire général monsieur Abdou Diouf avait suspendu le MALI, âpres le coup d’état des militaires, pendant que la situation de la république démocratique du Congo est-elle  plus pure que celle du MALI ,mais nous constatons que joseph kabila continue a profiter de la confiance des Etats membres de la francophonie….  Combien des nos compatriotes au pays sont massacrés, violés, enlevés, torturés par le régime de Monsieur Kabila juste par ce qu’ils revendiquent la vérité des Urnes ? Pourquoi le silence des Etats et Gouvernements membres de la francophonie ?

L’opinion congolaise se souvient bien que la RDC est l’un de 75 pays membres de la francophonie depuis son adhésion en 1977 en temps quel tel nous devrions en principe bénéficier d’un soutien démocratique de la part des Etats et gouvernement membres de la francophonie, subsidiairement avec la déclaration de Bamako du 03 Novembre 2000, qui  montre clairement que  les pays et gouvernements signataires ayant le français en partage, ont adoptés et proclamés que < la Francophonie et la démocratie sont indissociables>,par la suite les pays et gouvernement signataires ont demandé d’en assurer la pratique des engagements relatifs à la tenue des élections libres, fiables, démocratiques et transparentes.

La situation actuelle du hold up électoral des élections présidentielles et législatives du 28 novembre 2011 en république démocratiques du Congo, plonge le pays dans une crise politique préoccupante et alarmante aux effets imprevisibles.Les rapports finaux des observateurs internationaux et nationaux de ces élections, à savoir : la mission d’observation de l’union européenne, le centre carter, l’église catholique, IDASA, les organismes de droit de l’home en RDC, ainsi que la ligue des electeurs,font tous état des irrégularités, et fraudes rendant ainsi < non crédibles>,les résultats de la commission électorale nationale indépendante. Enfin le dernier rapport accablant de L’ONU fait état des < graves violations de droit de l’homme> sur la population civile, des tueries, des détentions arbitraires et séquestration constatées avant, pendant et après les scrutins.

L’article 1 de la charte de la francophonie stipule :

La francophonie, consciente des liens que crée entre ses membres le partage de la langue française et souhaitant les utiliser au service de la paix, de la coopération et du développement pour objectifs d’aider :à l’instauration et au développement de la démocratie, à la prévention des conflits et au soutien à l’état de droit l’homme, à l’intensification du dialogue des cultures et des civilisations ;au rapprochement des peuples par leur connaissance mutuelle ;au renforcement de leur solidarité par des actions de coopération multilatérale en vue de favoriser l’essor de leurs économies.

Eu égard à ce qui précède, vous conviendrez avec nous, excellence mes sieurs les ambassadeurs des pays membres de la francophonie, que la tenue du XIVème sommet de la francophonie en république démocratique du  Congo, contredit carrément les objectifs et des principes de la démocratie et du droit de l’homme alors que la francophonie doit faciliter la consolidation de l’Etat de droit et la démocratie au sein des Etats membres et surtout la promotion des droits de l’homme comme l’indique l’alinéa C, de l’Annexe 1,de la charte incluant les amendements découlant du consensus des chefs d’Etat et de gouvernement réunis à l’occasion du septième sommet, tenu en date du 15 novembre 1997,à Hanoi( Vietnam).

Par conséquent au nom de la révolution congolaise, au nom des 8 millions de morts massacrés par le régime de monsieur Joseph Kabila depuis 2001 ,au nom de toutes les femmes violées ( plus de 4 millions des femmes violées depuis 2001 en RDC, et 1100 femmes sont actuellement violées par jour),au nom des tous les congolais qui vivent dans la peur et l’incertitude, au nom des déplacés des guerres,au nom de la vérité des urnes et la justice, nous venons par le présent recourir à votre esprit d’équité et d’humanisme, en demandant à vos pays, à travers vous, de ne pas faire honneur au régime sanguinaire de Kinshasa décrié par la  population congolaise dans son ensemble, en refusant de partir au sommet prévu du 12 au 14 octobre 2012 à Kinshasa, tout en demandant au secrétaire général de la francophonie monsieur Abdou Diouf qui va lire ce mémorandum en copie de prendre l’initiative d’organiser ce sommet dans un autre pays.

Ainsi vous préserverez la notoriété de L’Organisation Internationale de la Francophonie, pour qu’il n’apparaisse aux yeux du monde comme étant une institution de soutien aux régimes iniques, dictatoriaux, arbitraires et sanguinaires ; car la charte de la francophonie tire ses principes sous l’empire de la déclaration universelle du Droit de l’homme.
Nous faisons appelle à la vieille conscience humaniste française, née de siècle de lumière et de la révolution française du 1789, à se souvenir de la volonté  du peuple congolais de sortir de l’ignorance, de la dictature et de l’affaiblissement permanent qu’on lui impose. Les congolais du 21eme siècle sont soucieux d’instaurer un état de droit dans leurs pays, afin de disposer des structures solides, fiables, crédibles et viables pour faciliter des échanges pacifiques avec tous les autres peuples du monde, et surtout les peuples des Etats et gouvernements membres de la francophonie.

Que vive le peuple congolais, que vive le président de la république démocratique du Congo, Son excellence le Dr Etienne Tshisekedi Wa Mulumba.

Nous vous remercions

LA COMMUNAUTE CONGOLAISE  VIVANT EN AFRIQUE DU SUD

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE