10/05/2012 01:20:35
Des gens corrompus chercheraient tuer l'Ombudsman burundais
L'Ombudsman burundais Mohamed Rukara a des inquiétudes qu'il y aurait des gens corrompus qui chercheraient à le tuer et a demandé mercredi que si jamais ils mettaient en exécution ce projet, il ne soit pas enterré avant qu’on fasse de l'autopsie et des tests d'ADN pour identifier les auteurs.
Xinhua
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Mohamed Rukara, Ombudsman du Burundi

Bujumbura - L'Ombudsman burundais Mohamed Rukara a des inquiétudes qu'il y aurait des gens corrompus qui chercheraient à le tuer et a demandé mercredi que si jamais ils mettaient en exécution ce projet, il ne soit pas enterré avant qu’on fasse de l'autopsie et des tests d'ADN pour identifier les auteurs.

« Il y a des gens qui sont corrompus, je peux même dire des malfaiteurs qui sont déterminés à le (l'Ombudsman) tuer et dans le cas où ils en arriveraient à le faire, il (Ombudsman) a fait une déclaration signée au peuple burundais et à tous les intéressés qu' il ne soit pas enterré immédiatement, qu'il y ait d'abord autopsie et qu'il y ait des analyses de l'ADN pour identifier les criminels pour que tout le peuple burundais le sache », a annoncé à la presse ce mercredi son porte-parole, Jérôme Ndiho.

Il a dit que l'Ombudsman serait victime de sa détermination à mettre en application l'article 2 de la loi qui réprime la corruption au Burundi, que cette information de le tuer est en train de circuler et que l'Ombudsman ne peut pas céder à l’intimidation et au chantage.

« L'Ombudsman ne va pas céder à l'intimidation et au chantage ; il va absolument continuer à jouer le rôle que lui confie la Constitution : défendre les droits de l'homme, combattre la corruption, défendre l'Etat de droit et défendre l'acharnement pour la justice sociale », a ajouté Jérôme Ndiho.

La presse a essayé de connaître davantage les noms de ces malfaiteurs dont parle J. Ndiho, mais celui-ci s'est refusé de tout autre commentaire. L'institution de l'Ombudsman est nouvelle au Burundi, mais a déjà été saisie pour un bon nombre de dossiers, surtout d'ordre social. Très peu de dossiers de corruption ont été traités jusqu'à présent au niveau de cette institution qui a été mise en place en novembre 2010.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE