11/05/2012 03:59:36
Le capitaine Sanogo souhaite revenir à la tête du Mali
Le capitaine Amadou Sanogo, qui a renversé le 22 mars dernier le président Amadou Toumani Touré (alias ATT) à la tête d'une junte d'officiers subalternes, souhaite, d'après son entourage, reprendre le pouvoir à Bamako à l'expiration, le 21 mai prochain, du mandat du président par intérim Dioncounda Traoré.
20minutes
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Amadou Sanogo

Le capitaine Amadou Sanogo, qui a renversé le 22 mars dernier le président Amadou Toumani Touré (alias ATT) à la tête d'une junte d'officiers subalternes, souhaite, d'après son entourage, reprendre le pouvoir à Bamako à l'expiration, le 21 mai prochain, du mandat du président par intérim Dioncounda Traoré.

Le 6 avril, sous la pression de ses pairs de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao), les capitaines maliens ont dâ passer le relais à un président civil chargé de superviser la transition vers un régime civil au-delà de son mandat de 40 jours. Mais les efforts déployés dans la capitale malienne pour préparer le terrain à un retour à un régime civil n'ont guère fait de progrès et le capitaine Sanogo continue de peser de tout son poids sur le pouvoir.

«Il n'y a que [Sanogo] pour gérer tout cela»

«Notre proposition consiste à dire que l'armée est le seul arbitre neutre dans ce pays. Compte tenu de la situation, il n'y a que [Sanogo] pour gérer tout cela», a déclaré ce jeudi Bakary Mariko, porte-parole du Conseil national pour le redressement de la démocratie et le rétablissement de l'Etat (CNRDRE, nom officiel de la junte militaire). «Dans l'état des choses, ce n'est pas négociable», a ajouté ce responsable interrogé par téléphone. La position du CNRDRE a été confirmée par un autre responsable proche du capitaine Sanogo.

L'accord du 6 avril stipule qu'en l'absence de la tenue d'élections dans les 40 jours, le capitaine Sanogo et la Cedeao décideront en commun accord de la personnalité censée superviser la suite du processus de transition. Toutefois, lors d'un sommet en avril, les dirigeants de l'organisation sous-régionale ont exprimé le souhait que l'actuel président intérimaire Traoré reste aux commandes pendant une période de 12 mois, une proposition rejetée par la junte des capitaines.

Traoré a été investi le 12 avril mais les militaires maliens continuent, avec l'appui de certains partis politiques, à peser de tout leur poids, procédant à l'arrestations de hautes personnalités militaires et civiles proches d'ATT. Pour le moment, les médiateurs de la Cedeao, présents au Mali, n'ont fait aucun commentaire en public mais une source proche de la délégation a déclaré: «Le problème est le choix de la personnalité devant piloter le processus de transition.»

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE