14/05/2012 03:47:24
L'opposition camerounaise appelle au boycott du défilé du 20 mai
Rejetant le nouveau code électoral, les leaders du « Groupe des 7 » annonce, à travers une déclaration faite à Foumban le 12 mai dernier, une visite à François Hollande et une série de manifestation pour favoriser une véritable instauration de la démocratie au Cameroun.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Rejetant le nouveau code électoral, les leaders du « Groupe des 7 » annonce, à travers une déclaration faite à Foumban le 12 mai dernier, une visite à François Hollande et une série de manifestation pour favoriser une véritable instauration de la démocratie au Cameroun.

Ce dimanche 12 mai 2012, peu après la clôture, autour de 16 heures, de la rencontre tenue à la résidence du Dr Adamou Ndam Njoya, maire de Foumban et président de l’Union démocratique du Cameroun(Udc), Albert Dzogang, leader de la Dynamique tient à s’offrir un bain de foule dans la ville de Foumban. « Merci à Foumban ! Cette ville qui s’avère être le soleil levant de la démocratie au Cameroun », scande-t-il. Avant de remettre le micro à l’hôte du conclave pour la suite de son mot de fin. Un discours dans lequel, le patron de la ville de Foumban doit préciser l’engagement et la détermination de ses pairs de l’opposition. « Cette déclaration est un document de travail. Rien ne peut arrêter ce ruisseau ou ce marigot. Tous sont là, de cœur, engagés pour le bien commun du Cameroun et pour la démocratie », indique-t-il, question de montrer que l’absence des leaders tels John Fru Ndi du Social démocratic front (Sdf) ou Kah Walah du Cameroon people party (Cpp) ne saurait réduire la portée des huit résolutions adoptées au terme des travaux de Foumban. Notons que cette dernière était représentée par Joseph Désiré Som I, secrétaire général de cette formation politique alors que le Sdf a mandaté M. Atekwana Akonji pour signer en son nom.

Cette déclaration porte donc principalement sur le rejet du code électoral, sur le boycott du défilé du 20 mai et sur l’annonce d’une visite à Paris pour discuter avec François Hollande, le président nouvellement élu de la France, des modalités de la coopération bilatérale entre le Cameroun et l’Hexagone. Les auteurs de la déclaration de Foumban sont autant convaincus que leurs orientations sont conformes à la position des « populations camerounaises de tous bords, partis politiques et société civile, mues par l’aspiration légitime de jouir pleinement des droits fondamentaux que nous confère la Constitution du Cameroun » et « soucieux de bâtir une véritable unité nationale fondée sur un large consensus politique».

Relativement à l’adoption du dernier code électoral, Adamou Ndam Njoya et ses pairs déclarent : «Nous rejetons purement et simplement le code électoral promulgué par le président de la République adopté à la suite de la démarche unilatérale du Rdpc ; réaffirmons notre détermination à emmener les populations camerounaises à se battre avec les moyens démocratiques pour l’avènement d’un véritable code électoral ; avons arrêté un ensemble de mesures pour renforcer l’unité de l’opposition avec l’ensemble des autres acteurs autour des objectifs définis demandons à nos militants et à tout compatriote épris d’unité à s’abstenir de défiler le 20 mai 2012 ». Parallèlement, il opte pour la promotion de ce qu’il appelle « la gouvernance démocratique ». Ce qui implique, dans un avenir proche, la mise en place d’un secrétariat stratégique en charge de proposer un cadre conceptuel et opérationnel pour la construction d’une République démocratique exemplaire par l’ensemble des forces du changement et la réaffirmation de leur engagement à toujours œuvrer pour l’avènement d’un Etat de droit au Cameroun où règne la même justice pour tous les citoyens.

Les résolutions 7 et 8 portent sur l’élection de François Hollande à la tête de la République française et son impact sur la vie des citoyens camerounais. « Nous apprécions hautement le déroulement des dernières élections en France qui est un exemple de démocratie et félicitons le peuple français et le président élu, M. François Hollande. Une délégation se rendra prochainement à Paris pour présenter aux nouvelles autorités nos attentes en matière de coopération bilatérale », annonce les leaders du « groupe des 7 » né à la suite de l’élection présidentielle d’octobre 2011.

Avant cette déclaration de Foumban, il a produit celle de Yaoundé et celle de Bamenda. Le groupe est notamment constitué des partis politiques et des organisations de la société civile. Il s’agit du Sdf, de l’Udc, de l’Afp, de l’offre Orange, de l’Add, de La Dynamique, Cpp et du Paddec. Selon Joseph Désiré Som I, ils sont déterminés à faire bouger les lignes. « Je suis le seul participant qui n’a pas vécu les événements de 1990. Mais je suis disposé à m’inscrire dans une logique de mobilisation populaire pour l’instauration d’une veritable démocratie au Cameroun », conclut-il.

Guy Modeste DZUDIE

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE