17/05/2012 01:34:46
Fabius au Quai d'Orsay : on a changé de Juppé ? (Vidéo)
Laurent Fabius aux Affaires étrangères, Manuel Valls à l'intérieur. Inquiétant...
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

La nomination de Laurent Fabius comme ministre des Affaires étrangères n’est, a priori, pas particulièrement bonne pour la Syrie et ses amis. L’homme qui fut le plus jeune Premier ministre de la Ve République en 1984, et qui anima le « non » de gauche au référendum sur le projet de constitution européenne en 2005, avant d’incarner, un peu avant Arnaud Montebourg et Benoît Hamon,, la « gauche » du PS n’est pas – litote – un tiermondiste ni un adversaire déclaré d’Israël et des États-Unis. En revanche, il s’est nettement positionné comme un ennemi de la Syrie telle qu’elle est : en avril 2011, au tout début de la crise, il s’était bruyamment déclaré en faveur d’une intervention de l’ONU, demandant même à Sarkozy de « durcir le ton » vis-à-vis de Bachar al-Assad, qu’il menaçait déjà de la Cour pénale internationale. Tout en reconnaissant que la situation en Syrie était « particulière » (par rapport à la Libye ?)

Avec BHL contre Bachar

Mieux, c’est-à-dire pire, en juillet de l’année dernière, Fabius a participé au meeting-manip’ de Bernard-Henri Lévy sur la Syrie, un sommet de l’escroquerie intellectuelle et politique atlanto-sioniste , y prenant même la parole : après avoir salué son ami « Bernard » , il y avait notamment dit que ne pas intervenir en Syrie reviendrait à délégitimer l’intervention en Libye. Mais il avait eu aussi une phrase ambigüe et alambiquée sur le risque de voir des pressions s’exercer depuis des pays limitrophes de la Syrie, et qui permettraient de ressouder l’opinion syrienne autour de ses dirigeants. Songeait-il à la Turquie ? Et notre homme de proposer plutôt des pressions « directes ou indirectes » sur la Russie et les membres des BRICS. Plus au niveau de l’Europe un renforcement des sanctions sur les entreprises et intermédiaires financiers de Syrie ou travaillant avec la Syrie. Et Fabius avait conclu sa péroraison par une élégante pirouette historique, citant Hérodote, et accusant Bachar de « faire la guerre à son propre peuple» .

Bref, rhétoriquement et politiquement, Fabius faisait de la surenchère sur Juppé, et un concours d’interventionnisme et d’ingérence avec lui !

Plus récemment, au début de février dernier, François Hollande l’a envoyé en mission au Proche-Orient pour y faire mieux connaître celui qui était déjà son champion pour la présidentielle. Et certes, Fabius n’avait pas fait, alors, escale à Damas. Préférant rencontrer les responsables israéliens et qataris – et aussi palestiniens de Cisjordanie. Le futur successeur d’Alain Juppé était revenu « enchanté » de son périple. On espère que ce n’était pas parce que Shimon Peres et Ehud Barak lui avaient alors confiés que les Israéliens étaient prêts à intervenir en Iran ! Sans surprise, dans une interview accordée le 5 février au site israélien JSS News, Laurent Fabius, agent électoral de François Hollande, s’était déclaré un « ami d’Israël » . Une figure imposée des personnalités issues des forces politiques mainstream.

À la limite, sa visite d’amitié au Qatar est plus inquiétante, car rechercher l’ «aboubement » de son candidat auprès des pétro-potentats wahhabites et pro-OTAN, déstabilisateurs forcenés du monde arabe, n’est guère plus sympathique que de quémander le parrainage israélien.

Il n’y aura donc guère de changement à attendre de lui sur la crise syrienne : comme le veut depuis trente ans au moins les dures lois de l’alternance française, on a changé d’atlantiste et de sioniste. Il devrait faire « aussi bien » que Juppé en termes de déclarations médiatiques et de positionnement diplomatique. Oui, mais dans les actes ? Sa coloration de gauche socialiste – pour artificielle qu’elle puisse être – l’obligera – peut-être – avec une certaine prudence, et à ne précéder ni l’OTAN ni surtout l’ONU. Et la prudence de son présidentiel patron le contraindra peut-être à réfréner ses ardeurs. Et puis il y a la modification des rapports de forces depuis l’été dernier avec la solidité du régime, l’accélération de la dérive terroriste de l’opposition et l’apparition d’al-Qaïda dénoncée par l’ «ami américain ». Et puis bien sûr le renforcement du pôle international pro-syrien, qui a réduit l’Occident à une relative impuissance. Tout cela peut obliger le tandem Hollande-Fabius à une plus grande retenue – dans les faits – que le binôme Sarkozy-Juppé. C 'est tout ce qu’on peut espérer dans l’immédiat.

Pour finir cet article, disons que, du point de vue pro-syrien , Laurent Fabius, en dépit de tout ce qu’on sait déjà de lui, ne pourra probablement pas être pire – quand bien même il le voudrait – qu’Alain Juppé.

Ci-dessous, le lien vers l’intervention de Fabius à la réunion de BHL, le 10 juillet 2011 :

Par Louis Denghien

Comité-Valmy

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE