20/05/2012 07:55:04
Mali. Sit-in des jeunes pour réclamer la tête de Dioncounda
Les membres de l’Association Appel du Mali (APMA) et d’autres structures de jeunesse favorables à la junte ont occupé ce samedi la place de l’indépendance du Mali, ce, jusqu’au départ du président malien par intérim Pr. Dioncounda Traoré du pouvoir, a constaté un correspondant de Xinhua.
Xinhua
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Meeting Mali
Les membres de l’Association Appel du Mali (APMA) et d’autres structures de jeunesse favorables à la junte ont occupé ce samedi la place de l’indépendance du Mali, ce, jusqu’au départ du président malien par intérim Pr. Dioncounda Traoré du pouvoir, a constaté un correspondant de Xinhua.

Selon le président de l’APMA, Adama Coulibaly, « la jeunesse a décidé de prendre ses responsabilités en occupant le monument de l’ indépendance, place historique. Cette occupation continuera jusqu’ au départ de Dioncounda Traoré du pouvoir ».

Dans leurs propositions, les membres de l’APMA et leurs alliés notamment le Pacte des hommes debout contre l’injustice (PHDI), ont annoncé la tenue d’une convention nationale. Selon ceux-ci, c’ est lors de cette convention que le délai de la transition sera défini et qui sera ’’dirigée’’ par le président du Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’Etat (CNRDRE, junte qui a évincé le président Amadou Toumani Touré le 22 mars dernier, Ndlr), le capitaine Amadou Haya Sanogo.

Il est à noter que ce sit-in intervient en ’’opposition à la décision’’ des chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) relative à la fixation du délai de la transition au Mali à un an pour le président intérimaire.

Evoquant la constitution du Mali, le président de l’APMA a rappelé que « la constitution prévoit un intérim de 21 à 40 jours. Une fois ce délai passé, le président intérimaire en l’occurrence Dioncounda Traoré ne doit pas et ne fera pas une minute de plus ».

Lors de sa déclaration, le président de l’APMA, au nom de ses camarades et au sien propre, a tenu des propos hostiles à la Cedeao .« La Cedeao, syndicat des chefs d’Etats, a outre passé ses prérogatives. La prise de décision concernant la gestion de la transition est une question de souveraineté », a-t-il dit ajoutant « Nous ne sommes pas d’accord avec la décision de la Cedeao fixant la durée de la transition à 12 mois ».

Selon Adama Coulibaly, président de l’APMA, la priorité doit être donnée à la gestion de la crise du nord du Mali.

Par ailleurs, il est à souligner que la période intérimaire va prendre fin le 22 mai prochain, puisque c’est le 12 avril dernier que le président malien par intérim, Pr. Dioncounda Traoré a prêté serment devant le président de la cour suprême du Mali. De l’avis d’un observateur averti de la scène politique malienne, « tous les Maliens sont sur le qui-vive en attendant cette date du 22 mai ».

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE