24/05/2012 03:07:54
Medvedev est sûr que les peuples ont le droit de décider de leur sort
Il est possible que l’ingérence armée extérieure dans les affaires souveraines des Etats entraîne les guerres régionales, notamment avec emploi des armes nucléaires, a déclaré le Premier ministre Dmitri Medvedev au forum juridique international à Saint-Pétersbourg.
RIA Novosti
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Dimitri Medvedev

Il est possible que l’ingérence armée extérieure dans les affaires souveraines des Etats entraîne les guerres régionales, notamment avec emploi des armes nucléaires, a déclaré le Premier ministre Dmitri Medvedev au forum juridique international à Saint-Pétersbourg.

Le Premier ministre a critiqué la politique extérieure de l’Occident à l’égard des pays qui ne s’inscrivent pas dans sa conception du monde.

Selon Dmitri Medvedev, la dilution de la souveraineté nationale recèle de multiples dangers, notamment l’éventualité d’une guerre avec emploi des ADM. Il y a beaucoup d’exemples d’atteinte à l’indépendance, il suffit d’évoquer l’Irak et la Libye. Cependant, la Charte de l’ONU exhorte à respecter la suprématie du droit et la souveraineté des Etats, a dit le Premier ministre.

" La doctrine de la souveraineté ne doit pas être diluée. Cela met en cause l’ordre mondial. Il y a eu ces dernières années de multiples atteintes à la doctrine de la souveraineté. Il convient d’évoquer les opérations armées contre les Etats étrangers au mépris de l’ONU, les déclarations sur l’illégitimité de tel ou tel régime politique, l’introduction des sanctions collectives au mépris des institutions internationales. Cela est loin de détendre la situation dans le monde. Les opérations armées précipitées dans les pays étrangers débouchent sur l’accession des radicaux au pouvoir ".

Dmitri Medvedev a souligné que toutes les nations sont dans la même mesure responsables de la sécurité universelle. En adoptant les décisions internationales, il faut prendre en considération les opinions de toutes les parties ainsi que les particularités historiques, culturelles et religieuses des pays, a dit pour conclure Dmitri Medvedev.

Les leaders des pays du G8 examineront prochainement les problèmes mondiaux d’actualité, notamment les relations internationales, à Camp David. Le problème syrien est à l’ordre du jour. Les positions de Moscou et des pays occidentaux divergent. Les Etats-Unis et leurs partenaires insistent sur la démission du président syrien Bachar Assad et l’arrêt de la violence par les forces gouvernementales. La Russie est convaincue que toutes les parties au conflit devraient cesser le feu. Selon certains analystes, il est peu probable que les participants au sommet à Camp David parviennent à s’entendre à ce sujet. Or, un dialogue c’est beaucoup mieux qu’une confrontation tacite ou les accusations réciproques.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE