12/08/2009 14:53:08
Ouest : produire 189.000 poulets de chair l'horizon 2011
Initiée par l’Union des sociétés coopératives des producteurs agropastoraux du Cameroun, Ucopadcam, il est question d’assurer au moins une hausse de 30% dans l’élevage de la volaille impliquant au moins 40% de femmes et de jeunes.
La Nouvelle Expression
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

L’objectif premier est de mettre à la portée des ménages des poulets de qualité à moindre coût.

Depuis quelques mois, une campagne de sensibilisation et d’accompagnement des aviculteurs dans l’élevage des poulets de chair est en cours dans la région de l’Ouest Cameroun. Initiée par l’Union des sociétés coopératives des producteurs agropastoraux du Cameroun, Ucopadcam, il est question d’assurer au moins une hausse de 30% dans l’élevage de la volaille impliquant au moins 40% de femmes et de jeunes.

L’objectif global visé est la mise sur le marché local d’un total de 189.000 poulets de chair à l’horizon 2011. Soit une quantité moyenne de 63.000 têtes par an. Tout est parti du constat selon lequel l’élevage des poulets de chair était, dans les années 1996, classé dans la priorité des filières retenues pour être menées par les membres du Binum, une organisation non gouvernemental et à but non lucratif ; et au moins 30% des membres portaient à cœur le développement de cette filière. Mais à cause des effets pervers des importations massives et incontrôlées des découpes de poulets congelées, suivi bien après par la psychose de la grippe aviaire qui a vu tomber en faillite plus de la moitié des aviculteurs de la région de l’Ouest, près de 80% des acteurs impliqués dans la filière ont jeté les armes.

Grâce aux actions conjuguées de l’Union européenne et de l’Ucopadcam-Binum, une subvention de plus de 322 millions vient d’être mis à la disposition des éleveurs et autres paysans de cette partie du pays. Il y a en projet la construction 1200 poulaillers (subventionnés à travers l’octroi des tôles, sacs de ciment, 200 poussins et neuf sacs d’aliments pour le lancement) qui devront permettre, au bout de 36 mois, les 189.000 sujets évoqués plus haut. En retour, chaque bénéficiaire devra, sur 325.535 Fcfa, mobiliser seulement 10% d’apport propre dans le projet. En plus de l’amélioration du revenu et des conditions de vie des aviculteurs, il sera aussi question d’augmenter leur production et la productivité des produits d’élevage grâce à des formations, à travers l’accès à des ressources de production et par le biais de ventes en groupe. A en croire Samuel Difouo, président exécutif de l’Ucopadcam, c’est pour «renforcer les capacités des membres des coopératives afin de leur permettre d’avoir des connaissances en techniques de production et des ressources pour réaliser leurs différentes activités.

Ce qui est remis aujourd’hui ce n’est pas un crédit mais un appui renforcé par la contribution des bénéficiaires.» Dieumo Madeleine est porte parole des bénéficiaires. Elle pense que «nos dirigeants qui ont pensé nous donner cet appui seront fiers de notre rendement. Ça va apporter un changement dans nos vies et nos activités. Avant de recevoir cet appui nous avons d’abord eu des sessions de formation qui vont permettre de faire du bon travail sur le terrain.»

Blaise Nzupiap Nwafo

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE