04/06/2012 03:26:46
Ayatollah Khamenei : La « foudre » tombera sur Israėl s'il attaque l'Iran
Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a prononcé un discours hier à l’occasion de l’anniversaire de la mort de l’imam Khomeyni, fondateur de la République islamique
L'Orient le jour
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille
Iran: Le Guide suprême de la révolution islamique, Ayatollah Ali Khamenei, a averti dimanche que toute attaque israélienne contre le programme nucléaire iranien "retombera comme la foudre sur la tête" sur l'entité sioniste. (AFP)

L’État hébreu et les États-Unis agitent à nouveau une éventuelle option militaire pour bloquer le programme de Téhéran.

 

L’Iran a lancé une nouvelle mise en garde contre toute attaque de ses sites nucléaires, alors qu’Israël et les États-Unis ont recommencé à agiter une éventuelle option militaire pour bloquer le programme nucléaire iranien si la diplomatie échoue.

« Si les dirigeants sionistes parlent d’action militaire (contre l’Iran), c’est parce qu’ils sont (...) plus vulnérables que jamais. Toute mauvaise décision (...) leur retombera sur la tête comme la foudre », a affirmé le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, dans un discours prononcé à l’occasion de l’anniversaire de la mort de l’imam Khomeyni, fondateur de la République islamique. En outre, l’ayatollah Khamenei a de nouveau accusé les Occidentaux d’agiter « le mensonge » du danger nucléaire iranien uniquement parce qu’ils « ont peur de l’Iran islamique » et pour « dissimuler leurs problèmes ». 

Si les dirigeants sionistes parlent d’action militaire (contre l’Iran), c’est parce qu’ils sont (...) plus vulnérables que jamais. Toute mauvaise décision (...) leur retombera sur la tête comme la foudre.


  - Ayatollah Ali Khamenei  

Son principal conseiller militaire, l’ancien commandant en chef des gardiens de la révolution Yahia Rahim Safavi, avait déjà averti samedi que Téhéran répondrait militairement à toute attaque. Il avait rappelé qu’Israël, les bases américaines au Moyen-Orient et la Ve flotte américaine dans le Golfe étaient à portée de l’important arsenal de missiles iraniens. Téhéran menace régulièrement de s’en prendre à Israël, son ennemi juré dont il a prédit la disparition, et aux forces américaines dans la région s’il est attaqué. Le général Rahim Safavi a toutefois estimé que le risque d’une attaque d’Israël ou des États-Unis était « faible ». Les deux bêtes noires de Téhéran pourraient « commencer une guerre mais pas la finir », donnant ainsi à l’Iran l’avantage de détenir « la clef de l’issue du conflit », a-t-il estimé.

Poutine-Ahmadinejad

Par ailleurs, le président russe Vladimir Poutine va rencontrer son homologue iranien Mahmoud Ahmadinejad en marge d’un sommet à Pékin la semaine prochaine, a indiqué hier le Kremlin. « Rencontrer Ahmadinejad va permettre à Poutine de ressentir personnellement la tension autour du problème iranien et comment cela est perçu à Téhéran », a déclaré un conseiller du Kremlin en politique étrangère, Iouri Ouchakov. Cette rencontre intervient alors que Moscou va accueillir les 18 et 19 juin le prochain round des négociations entre l’Iran et le groupe des « 5+1 » (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne). Ces prochaines négociations font suite à une précédente rencontre en mai à Bagdad, qui a eu pour seul résultat tangible ce nouveau rendez-vous à Moscou.

 

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE