07/06/2012 01:52:08
Déchéance. Comment la réponse à Marafa a failli diviser le sérail et la Crtv
Face à la difficulté à trouver l’oiseau rare qui devait porter le chapeau en défendant le « parrain » du régime Rdpc devant les attaques de Marafa le  camarade de parti, Jacques Fame Ndongo qui avait trouvé refuge dans un  édito au journal « L’Action » a du mouiller le maillot à Dimanche midi et transpiré dur pour trouver un remplaçant de dernière minute à Charles Atangana Manda, à l’émission « Politude » à la Crtv...
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Jacques Fame Ndongo

Face à la difficulté à trouver l’oiseau rare qui devait porter le chapeau en défendant le « parrain » du régime Rdpc devant les attaques de Marafa Hamidou Yaya le  camarade de parti, Jacques Fame Ndongo qui avait trouvé refuge dans un  édito au journal « L’Action » a du mouiller le maillot à Dimanche midi et transpiré dur pour trouver un remplaçant de dernière minute à Charles Atangana Manda, à l’émission « Politude » à la Crtv.
 
« Ils ont bien failli en arriver aux mains : le tonitruant, omniprésent, personnalité ressource du comité central, Charles Atangana Manda et François Marc Modjom, rédacteur en chef à la Crtv-radio.  Au niveau de la hiérarchie des services de l’information radio, les avis étaient partagés au sujet de la posture, la qualité, la prestance et le know how dont pouvait se prévaloir le journaliste, Charles Atangana  Manda, pour répondre à un homme du sérail de la taille et la dimension de l’ex-Minatd, ex-Minétat-Sgpr, Marafa Hamidou Yaya ».  Le journaliste de la Crtv qui raconte dans les détails l’altercation entre ces deux protagonistes ne cache pas ses émotions sur la question. Selon lui, 24 heures après la publication mercredi, de l’éditorial « d’enfer » de Jacques Fame Ndongo dans le journal du parti au pouvoir (l’Action), la réaction d’Atanagana Manda, interviewé par Alain Belibi, dans l’édition du journal parlé de 13 heures à la Crtv-radio, avait été ressentie comme quelque chose de  fade dans la sauce. Charles qui s’est senti également dans la peau d’un « sémillant » homme de pouvoir, a même été programmé pour  intervenir sur le même sujet (concernant Marafa), à l’émission « Politude », diffusée tous les samedis à partir de 12 heures au poste national de la Crtv.

Malheureusement pour le membre du secrétariat à la communication au secrétariat général du comité central du Rdpc, le rédacteur en chef, François Marc Modjom, créateur de ladite émission, s’y serait fermement et radicalement opposé. Les piques et le zèle habituels de l’infortuné intervenant, n’auraient pas ramené le rédacteur en chef à la raison. Bien au contraire, certaines sources soulignent que François Marc Modjom, a conseillé à « l’envoyé spécial de Jacques Fame Ndongo » de grandir encore et de ne pas se laisser « utiliser » par les apparatchiks et les ferrailleurs de la mangeoire, dans un combat des requins et crocodiles, dont il n’est en rien concerné.

De la parole à l’acte, le rédacteur en chef aurait joint le professeur Jacques Fame Ndongo, pour lui demander de désigner un autre client.  Faute d’avoir pu obtenir le rédacteur en chef, nous avons joint au téléphone, Chetah Bilé, présentatrice attitrée de l’émission « Politude », chef service politique à la Crtv Radio. Elle affirme assumer la responsabilité d’avoir porté le choix sur Charles Atangana Manda, pour être son invité. Malheureusement, une grippe l’a empêchée de faire l’émission ; sauf que Valérie Essebé qui l’a remplacée, a dû faire avec un autre invité de dernière minute, choisi au pif. Curieusement. 

Pr. Dieudonné Oyono, en sapeur pompier
 
Des sources dignes de foi indiquent qu’au niveau du secrétariat du comité central du Rdpc, qui jusqu’ici étale ses dissensions et divisions quant à la stratégie et la nécessité de répondre à Marafa Hamidou Yaya, la chasse à l’oiseau rare a été laborieuse. Très peu de responsables avisés, convaincus de la banqueroute et le chant du cygne qui pointent à l’horizon, n’ont pas voulu se jeter à l’eau.

« Le choix s’est porté à un moment donné sur l’enseignant Ndembiyeme ; mais il a décliné l’offre. Oublié et mal remercié lors du partage du gâteau après la dernière présidentielle de 2011, celui là même qui était au four et au moulin, dans l’élaboration des stratégies, n’a pas été récompensé et n’est pas prêt à rechausser les godasses ; surtout qu’il s’agit des problèmes qui concernent le chef de l’Etat Paul Biya, dans ses prérogatives de président de la République et l’un de ses plus proches collaborateurs du sérail » explique un journaliste en service à la Crtv. 

Déjà invité de l’émission « Dimanche midi » dans le même week-end, le ministre Jacques Fame Ndongo, craignant de faire dans la saturation médiatique ou de créer un embouteillage suspect aux antennes de la Crtv radio, a porté son dévolu sur le Pr. Dieudonné Oyono, l’homme « providentiel » de la bonne gouvernance, membre du comité centrale et personnalité ressource de haut vol, dans le département de la Mefou et Akono. Le prof a d’après certaines sources, transpiré toute la sueur de son corps pour réussir le challenge.

« Il a tenu à présenter aux journalistes pendant l’enregistrement de l’émission, ses excuses par rapport à la qualité de l’intervention qu’il devait faire, mais davantage par rapport à l’impréparation ; le choix porté sur lui ayant été fait à la dernière minute. Méticuleux et très attentionné sur le juste propos de son intervention, le prof a réécouté la bande plusieurs fois avant de donner son okay » raconte une source.

Souley ONOHIOLO

 

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE