20/08/2009 15:20:23
Mayo Kani : des armes découvertes Ó Doyang
Elles ont été retrouvées dans le cadre du démantèlement d'un vaste réseau de coupeurs de route.
Mutations
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Depuis vendredi dernier, une torpeur particulière enveloppe l'arrondissement de Mindif dans le département du Mayo-Kani. C'est qu'à la vérité, à la suite d'une perquisition effectuée sur la base des renseignements fournis au Procureur de la république près les tribunaux de 1ère et grande instance de Kaélé, neuf armes ont été saisis à Gagadjé, une localité située à une quarantaine de kilomètres de la ville de Maroua. Six fusils de calibre 12, deux pistolets à canon sciés, un fusil de calibre 12 manufacturé, des armes blanches (poignards, épées, flèches...), et un stock important d'amulettes ont été récupérés chez Abisso Adoum, Maloud Hassim, Ali Tonna, Mahamat Ali, Ahmed Maloud, Adoum Alamine, Maloud Alamine et Djibrin Abakar. Lesquels sont présentés dans la localité de Doyang leur canton, comme des bergers en transhumance et qui participent aux activités pastorales du coin.

Ils ont en effet été interpellés sur la base des dénonciations faites par Hamandjoda, coupeur de route mis sous mandat de dépôt depuis 2008. Condamné à 20 ans d'emprisonnement ferme, cet évadé de prison qui semait la terreur à Mizao, a entrepris de son point de vue de révéler ses compères dans les opérations d'enlèvement d'enfants, de vol du bétail… C'est ainsi que ces huit personnes ont été interpellées et mis en garde à vue à la compagnie de gendarmerie de Kaélé. Une situation que contestent les mis-en cause dans une lettre inspirée du député Haman Tchiouto, envoyé le 17 août 2009 au Vice-premier ministre en charge de la justice. D'après eux en effet, ils font l'objet "d'une fausse dénonciation fantaisiste d'un prisonnier nommé Hamadjoda qui dit nous avoir vendu des bœufs volés". Ils évoquent à leur décharge, les dénonciations qu'avaient déjà diligentées à leur endroit en 2008 le sieur Hamadjoda.

Arrestation
Une lettre avait dans ce sens été adressée au gouverneur de la région de l'Extrême Nord le 08 septembre 2008. Laquelle lettre est annexée au document transmis au Vice-premier ministre. Mais ce courrier ne fait pas mention de la prise faite par les éléments de la gendarmerie dans la journée de vendredi.
Joint au téléphone, le procureur de la république Aoudou de Kaélé confirme l'arrestation des huit personnes présentées comme des bergers. A ce sujet, il indique que les armes ont bel et bien été saisies dans le cadre d'une opération qu'il a diligenté sur le terrain en compagnie du capitaine commandant la compagnie de gendarmerie de Kaélé, Moafo. Pour le reste, il précise que les enquêtes ont en cours.

Mais cette affaire survient alors que dans le terroir des mis en cause, un propriétaire de bétail a été abattu, au cours d'un assaut des coupeurs de route. Aoudi Diguim a en effet été tué le 27 juillet 2009 alors qu'il tentait de se défendre de l'attaque des assaillants.

Un fait dont on dit au niveau du parquet qu'il n'est pas étranger aux personnalités interpellées. La gesticulation subite de quelques personnalités de l'arrondissement de Mindif autour de cette affaire est sujette à interrogation. Ce d'autant que les antécédents de quelques uns d'entre eux laisse transparaître, un passif de receleur avec quelque fois des condamnations.

DieudonnÚ Ga´ba´

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE