21/08/2009 15:09:54
Nouvel emprunt du Cameroun au FMI
Combien coûtera réellement le nouvel emprunt du Cameroun au FMI: Une contribution au débat
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Combien coûtera réellement le nouvel emprunt du Cameroun au FMI: Une
contribution au débat


Je suis avec beaucoup d’intérêt le débat sur le plus récent emprunt du Cameroun auprès duFMI. Fallait-il recourir au FMI pour une telle somme alors que la situation actuelle des réservesdu pays permettait au Cameroun d’autofinancer le déficit budgétaire attendu? S’il est vrai qu’un emprunt obtenu à des conditions avantageuses et bien utilisé reste le meilleur moyen de financement de ses besoins, un emprunt en monnaie étrangère comme celui obtenu par le gouvernement du Cameroun comporte de nombreux risques qui peuvent coûter très cher s’ils ne sont pas bien analysés et gérés.

Un emprunt en monnaie étrangère fait courir à l’emprunteur trois risques principaux: Le risque de taux d’intérêt (Risque que le taux d’intérêt augmente au moment du remboursement), le risque de change (le risque que le taux de change fluctue) et le risque de revenus (Insuffisance de revenus le moment de rembourser l’argent).
D’après les explications du ministre des finances (Le Messager n° 2898 du 16 juillet 2009, page 9), le prêt obtenu par le Cameroun a été accordé à un taux d’intérêt fixe de 0.5%. Ceci à l’avantage d’éliminer tout risque lié au taux d’intérêt. Mais jusqu’alors nous ne disposons d’aucune information sur la façon dont le gouvernement compte gérer les deux autres risques. Principalement le risque de change qui impact indirectement le taux d’intérêt dans le sens que le taux d’intérêt réel n’est pas celui fixé au moment de l’emprunt mais la différence exprimée en pourcentage de ce qui a été reçu entre ce qui est effectivement remboursé et le prêt accordé. Ce risque de taux change est celui sur lequel je vais focaliser ma contribution car c’est celui qui posera problème demain.

L’emprunt est de 144,1 millions de dollars U.S ; soit environ 67 milliards de FCA. Une simple règle de trois nous montre que le taux de change au moment de l’emprunt était d’environ $1 US = 465 FCFA. La parité $US/FCFA changeant constamment, au moment de rembourser l’argent, celle-ci risque d’être complètement différente de la parité au moment de l’emprunt. Ainsi, dans dix ans, l’une des trois situations suivantes se présentera :

La première situation
C’est le meilleur scenario ; celui-ci suppose qu’au moment du remboursement, le prix du dollar américain soit plus bas que son prix au moment de l’emprunt. Ce scenario est très peu probable car le dollar US a atteint un niveau qui commence à menacer sa crédibilité. Le prix très faible du dollar actuellement se justifie beaucoup plus par la volonté des Etats-Unis d’utiliser l’arme du taux de change pour essayer d’éliminer le déficit de sa balance commerciale. Mais cette solution s’est avérée très peu efficace comme par le passé car l’économie américaine fait face de nos jours à des économies aux structures différentes de la sienne. Des économies qui sont capables de rapidement adapter leurs coûts de production aux changements de taux de change. Les pays qui sont à l’ origine de l’énorme déficit actuel de la balance commerciale américaine sont des pays asiatiques et non plus les pays européens dont les structures étaient trop semblables à celle des États-Unis. Un dollar faible menace la crédibilité internationale de celui-ci. Puisque le dollar faible ne produit pas les résultats espérés, les américains ne continueront pas à maintenir leur monnaie à ce bas niveau car ils ont besoin que les investisseurs étrangers continuent à faire confiance à leur monnaie.

La deuxième situation
C’est le scenario de moindre mal. Ici nous allons supposer que le dollar change mais qu’il reste dans une fourchette acceptable. Une fourchette dans laquelle toute perte ou gain peut être considéré comme négligeable. Si au moment du remboursement, le dollar est de $1US = 466 FCFA ou $1US = 464 FCFA, le remboursement ne sera pas très différent de celui que tout le monde prévoit aujourd’hui. Le Cameroun aura alors réalisé une bonne affaire encore faut-il que le moment venu, la situation économique du Cameroun ne se soit empirée et que le Cameroun n’ai pas assez de revenus pour rembourser l’argent emprunter.

La troisième situation
C’est le pire des scenarios ; c’est que quand arrive l’heure des comptes, le dollar ce soit considérément apprécié par rapport au FCFA. Ce qui risque d’être le cas à mon avis. Le taux d’intérêt fixe de 0.5% dont certains en sont si fiers aujourd’hui sera complètement différent et insupportable. Voyons pourquoi...
Supposons que dans dix ans le taux de change soit seulement $1US = 500 FCA. Au lieu de rembourser 67.335.000,000 de FCFA, remboursera au total 72.385.000.000 FCA. Soit un taux d’intérêt de plus de 8%. Si le taux de change est par contre de $1US = 580 FCFA1, le Cameroun remboursera 83.913.000.000 soit un taux d’intérêt de plus de 25%. Ce taux est très loin du taux de 0.5% donc les spécialistes s’en orgueillent aujourd’hui.

Pourquoi je pense que dans dix ans le dollar américain va considérablement s’apprécié
par rapport au franc CFA.

Les Etats-Unis connaissent un déficit budgétaire cumulé de prés de 1,300 milliards de dollar US. Un record dans l’histoire de ce merveilleux pays. Pour honorer leurs engagements internes et externes, les américains auront besoin d’énormes réserves. L’achat et la détention des actifs en dollars par les investisseurs étrangers est le moyen le moins couteux pour les américains d’obtenir celles-ci. Les États-Unis auront alors besoin d’un dollar fort et stable pour convaincre les investisseurs étrangers d’acheter les bons du trésor américain pour qu’ils puissent financer son énorme déficit. En outre, il est très probable que dans dix ans, l’économie américaine soit sortie de sa crise actuelle et soit entrain de tourner à plein régime. Le prix du dollar sera par
conséquent élevé et la parité US dollar versus Franc CFA sera désavantageuse pour le Cameroun.

Que devrait faire le gouvernement du Cameroun?

Premièrement, le Cameroun devrait trouver un moyen d’emprunter dans l’avenir en FCA. Ceci à l’avantage de l’épargner du risque du taux de change dont j’ai l’impression qu’il n’a pas été malheureusement pris en considération dans le processus de prise de décision de l’emprunt. Emprunter en monnaie locale nécessite le développement d’un marché monétaire dans la sousrégion Afrique centrale. Le Cameroun en tant que principal moteur de l’économie de cette sousrégion devrait prendre l’initiative de la création d’un véritable marché monétaire. Deuxièmement, le Cameroun doit éviter les prêts contre-cycles. Eviter d’emprunter quand il peut s’autofinancer car comme nous l’avons démontré, un tel emprunt peut revenir trop cher au moment de le
rembourser. Maintenant que l’emprunt a été accepté, le Cameroun se doit d’acheter une assurance pour se protéger contre les changements prévisibles du taux de change $US contre FCFA

Edouard Pépin Taguedong
Calgary, Canada

_____________________________________________________________________________
1 $1 US = 580 FCA est la moyenne annuelle du taux de change annuelle des dernières dix années(1989-2009)
calculer en utilisant les données de la banque du Canada.
N.B: Dans tous nos calculs nous avons considéré que le taux d’intérêt est de 0.5% sur dix ans.


Edouard Pépin Taguedong

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE