21/08/2009 15:18:19
23 ans après : souvenirs de la catastrophe du lac Nyos
La grande tragédie du lac Nyos, qui provoqua il y a vingt-trois ans un deuil national à cause de la disparition tragique de 1746 personnes et la perte de 4 000 têtes de bétail, est un événement difficile à oublier.
La Nouvelle Expression
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le 21 août 1986, une explosion violente, suivie d’un nuage de fumée toxique, provoqua la mort par asphyxie de 1746 personnes dans le village de Nyos, situé dans département de la Mentchum, région du Nord-Ouest Cameroun.

La grande tragédie du lac Nyos, qui provoqua il y a vingt-trois ans un deuil national à cause de la disparition tragique de 1746 personnes et la perte de 4 000 têtes de bétail, est un événement difficile à oublier.

C’est l’une des plus grandes catastrophes naturelles que le Cameroun ait connu. Des hommes, femmes et enfants furent surpris dans leur sommeil dans la nuit du 21 août 1986 dans une localité jusque-là paisible.

Les eaux du lac étaient saturées en dioxyde de carbone. Dans son explosion, le lac avait libéré 300.000 tonnes de gaz carbonique (Co2). L’hypothèse scientifique qui a prospéré est qu’un événement perturbateur majeur venu de l’extérieur, très probablement un glissement de terrain a provoqué la remonté d’une énorme quantité de gaz depuis les profondeurs. Le gaz s’est alors échappé sous l’effet d’un « renversement » du lac. Le gaz s’est répandu dans les vallées situées autour du lac de cratère. Le dioxyde de carbone étant plus lourd que l’air, le nuage est resté au niveau du sol et alors asphyxié tous les êtres vivants sur son passage, jusqu’à 30 km du lac.

Aujourd’hui, un système permet le dégazage progressif des eaux profondes du lac Nyos. Afin d’éloigner à jamais le spectre de nouvelles émanation mortelles de dioxyde de carbone. Pareil au niveau du lac Monoun, en cours de dégazage, situé dans le département du Noun. L’explosion y avait provoqué la mort de plus de 37 personnes en 1984. Plusieurs dizaines de millions de m3 de gaz carbonique ont déjà été pompées dans les profondeurs des eaux des lacs Nyos et Monoun.

Le système de dégazage est prévu pour fonctionner pendant plusieurs années; dans le but d’éradiquer les risques de nouvelles explosions dans ces lacs dangereux. Des tuyaux verticaux relient les eaux profondes des lacs saturées en gaz carbonique à la surface. Le gaz carbonique est dissipé en quantité inoffensive dans l’atmosphère à travers des jets d’eau qui jaillissent à 50 mètres au dessus d
es lacs.

Edmond Kamguia K

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE