27/06/2012 03:46:01
Mali. Affrontements Ó Gao: un mort et une dizaine de blessÚs
Au moins une personne a été tuée et une dizaine de blessés dont 2 très graves lors des affrontements qui ont lieu depuis mardi matin entre les jeunes et les groupes armées à Gao dans le nord-est du Mali, selon des sources concordantes, mais ce bilan c'est pas encore confirmé par les autorités maliennes.
Xinhua
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Gao, Mali

Au moins une personne a été tuée et une dizaine de blessés dont 2 très graves lors des affrontements qui ont lieu depuis mardi matin entre les jeunes et les groupes armées à Gao dans le nord-est du Mali, selon des sources concordantes, mais ce bilan c'est pas encore confirmé par les autorités maliennes.

L'affrontement entre la population et les groupes armées ont eu lieu lors d'une manifestation organisée pour proterster contre la mort de M. Idrissa Omorou, conseiller municipal du quartier Kidara et directeur de l'école Château, aussi membre de l'Alliance pour la démocratie au Mali (Adéma).

« Lundi soir deux imbéciles ont tiré sur M. Idrissa Omorou... lorsque celui-ci a réfusé de donner sa moto...Les assaillants qui ont tiré trois balles sur lui, ont pris la fuite en laissant leur moto de marque Sanily », a indiqué un témoin à Gao.

« De toutes les façons, ce sont des touaregs proches du MNLA. Ce sont eux qui circulent généralement sur les grosses motos », selon la même source. Mais, selon de nombreux manifestants joints aux téléphones, cette protestation n'est pas spontanée. « C'est l' expression d'un ras-le bol contre les occupants de Gao, notamment le MNLA dont les éléments commettent des crimes crapuleux afin de survivre. Avant l'enseignant tué hier, une autre personne avait été tuée la semaine dernière à Forgo, à 25 km de Gao. Et tout porte à croire qu'il a été tué à cause de sa moto qui a disparu depuis», souligne. A.S. Cissé, un jeune de Gao.

« Toutes les indices prouvent que ce sont les éléments du MNLA qui commettent ces crimes parce qu'ils sont sur le point de crever de faim. Ils attaquent alors les motocyclistes, les tuent et bradent leurs engins afin d'avoir de quoi manger », témoigne un jeune d'une association de jeunes de la Cité des Askia (Gao).

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE