30/06/2012 01:39:07
RDC. Kabila salue le renouvellement du mandat de la Monusco
Le gouvernement congolais a salué le renouvellement, pour un an, du mandat de la Mission des Nations unies pour la stabilisation de la RDC (MONUSCO), a déclaré jeudi dans une communication à la presse le ministre congolais des Médias, chargé des Relations avec le Parlement et de l’Initiation à la Nouvelle Citoyenneté, Lambert Mende Omalanga.
Xinhua
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Joseph Kabila

Le gouvernement congolais a salué le renouvellement, pour un an, du mandat de la Mission des Nations unies pour la stabilisation de la RDC (MONUSCO), a déclaré jeudi dans une communication à la presse le ministre congolais des Médias, chargé des Relations avec le Parlement et de l’Initiation à la Nouvelle Citoyenneté, Lambert Mende Omalanga.

"Le renouvellement du mandat de la MONUSCO à partir du 30 juin répond à un souci clairement exprimé par le gouvernement de la RDC, à l’effet de consolider autant que faire se peut la paix et la stabilisation de l’est de la République, toujours en butte à certaines velléités mafieuses", a indiqué le porte-parole du gouvernement.

Selon lui, la MONUSCO a joué un rôle bien apprécié par le gouvernement dans la protection des populations civiles menacées par l’aventure sans lendemain des soldats mutins ayant à la tête Ntaganda et Ruzandiza, et dans l’appui apporté aux Forces armées de la RDC (FARDC), dans l’accomplissement de leurs tâches.

"Nous ne partageons donc pas les critiques sans nuances portées à l’endroit de la MONUSCO par le dernier rapport de ICG selon lequel la MONUSCO est en train d’échouer dans son mandat de stabiliser le pays et protéger les populations civiles" , a-t-il affirmé.

Il a ajouté que la RDC doit, de la même manière, dénoncer la désinvolture qui transparaît dans un document de l’ONG britannique Amnesty International qui "a tenté de profiter des actes d’ agression dirigés contre la RDC pour obtenir l’émasculation militaire de notre pays".

En effet, Amnesty International avait suggéré, en réponse à l’agression dont est victime la RDC, de renforcer l’embargo sur toutes les armes à vendre en RDC, y compris aux FARDC, car, selon lui, "la facilité d’obtention des armes par l’armée loyaliste et les groupes armés alimente la violence dont souffrent les populations".

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE